INFOS PLUS

 

 

Une réaction à l'éditorial précédent :

 

à lire ici

 

 


Edition du 19 février 2018

Service facile et gratuit

Je crée mon site

EDITORIAL

Oh ! il neige en février ! Le monde connecté découvre les rigueurs de l'hiver dans le bassin parisien bloqué par quelques centimètres de neige ou des rivières en crues : la nature se rappelle aux bons sentiments des locataires de la planète qui s'en croient propriétaires.  La société urbaine et moderne révèle ses fragilités dès qu'un grain de sable grippe les engrenages d'une technologie sophistiquée et huilée sensée faciliter la vie quotidienne, ce qui n'est pas faux quant tout va bien.

Alors que l'administration peine à gérer ces problèmes  climatiques, elle reste fidèle à ses principes de précaution contraignants pour les usagers qui la dédouanent de ses responsabilités parce que les gouvernants successifs ne se donnent pas les moyens de mettre en place des politiques en faveur de tous les citoyens pour permettre à d'autres d'avoir la meilleure part du gâteau. En même temps, la période est à la réorganisation scolaire : le  monde rural trinque une fois de plus à cause de sa démographie déclinante, de nombreuses classes vont fermées au nom des économies budgétaires et de la réduction  de la dette, car l'imagination du pouvoir reste limitée aux vieilles recettes du moins disant qui garantissent le maintien des avantages des mieux placés.

Les jérémiades des révoltés du système sont légions sur les réseaux sociaux. Mais combien de ces internautes s'investissent dans la vie collective et publique ? S'ils étaient aussi actifs en action qu'en commentaires, les choses pourraient peut-être bouger. Cela est aussi vrai dans la vie locale : les pleurnichards qui regrettent le bon vieux temps, qui se plaignent de la torpeur ambiante, qui attendent le messie pour que ça change vont pouvoir acheter des palettes de mouchoirs s'ils ne se bougent pas eux-mêmes. Cela a été dit et se répète : il ne faut rien attendre du monde d'en haut, le ruissellement des premiers de cordée est insignifiant pour le monde d'en bas où la ruralité se trouve.

Prenons-nous en main ! soyons inventifs ! créons les conditions pour le changement ! C'est vrai que ce ne sont que des slogans, faciles à dire, mais pourtant comment faire autrement sinon se laisser aller ? Avant tout, il faut aussi se rappeler que l'avenir sera collectif, le chacun chez soi, la défense des chapelles ou l'intérêt des communes n'a aucun sens, le développement doit s'imaginer en politique d'aménagement de territoire pour que tous en bénéficie et que le désert ne s'installe pas.

Février commence en blanc, les paysages sont beaux, le monde est calme : qu'on est bien au Pays de Giat !

 

 

 

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

 

Toujours dans les têtes, les images des attentats du 7 janvier à Paris s’estompent doucement comme l’unité nationale mise en avant depuis ce moment-là. La vie reprend ses habitudes. Que va-t-il rester de cette cohésion exemplaire qui a montré la possibilité de l’union d’un peuple, de la réunion des gouvernants démocratiques si belle à l’image ?

 

Depuis aussi, il y a eu les élections en Grèce avec l’arrivée au pouvoir d’un parti de la gauche radicale. De quoi alarmer les représentants de la politique de rigueur qui ne sont pas touchés par les mesures qu’ils imposent. En effet, les dirigeants, notamment libéraux, ont été surpris de la contestation de l’austérité par des citoyens grecs à qui les salaires et les retraites ont été diminuées drastiquement, qui ne trouvent pas de travail mal rémunéré, qui n’ont plus les moyens de se soigner… Alors qu’en même temps, la dette de l’Etat grec s’amplifiait inexorablement, démontrant les limites de cette politique, qui permet au passage quand même à quelques organismes financiers et à certains états de prendre quelques appointements non négligeables. Alors, il ne faut surtout pas effacer la dette grecque, disent les experts de l’expertise libérale, tout en ajoutant sans rire que celle-ci ne sera jamais remboursée ! Tant qu’il y a du profit à faire, et de la laine à tondre sur les moutons que sont les pauvres, pendant que les riches deviennent encore plus riches, tout ne va pas si mal.

 

Où va-t-on ? Le système économique dans lequel le monde évolue est voué à l’échec, puisqu’il est basé sur la production à base de ressources naturelles volées aux peuples des pays où elles se trouvent, et dont l’épuisement des stocks arrive à grand pas. D’autre part, les incidences de l’humanité sur la nature ne sont pas neutres, et il semblerait que la planète soit mal en point. D’accord, l’homme a une réelle capacité d’adaptation, mais cela suffira-t-il ?

 

Beaucoup de questions sont posées pour l’avenir. Peu de réponses sont apportées. Entre les violences guerrières des extrémistes de tout bord dans tout le monde, entre les violences économiques des financiers sans scrupules qui exploitent le monde, entre les violences écologiques des capteurs avides des dernières ressources naturelles, y compris l’eau douce, comment ne pas s’étonner que d’autres violences populaires ne voient pas le jour ici et là ?

 

Mais ne désespérons pas : l’image des anciens déportés des camps de la mort nazis, libérés il y a 70 ans, montrent que l’homme a aussi des facultés à trouver l’énergie pour survivre et revivre, car il peut être capable du pire, mais heureusement aussi du meilleur.

Bas du formulaire

500.000 visites !

 

un cap symbolique a été franchi

le 24 janvier,

366 jours après celui des 400.000.

 

Soit autour de 8.000 visites par mois.

Horaires TER

Cliquez :

 

Ligne Montluçon-Ussel

TER 12

 

Ligne Felletin-Clermont

TER 17

La Promenade d'Herment 

6 février - Photo : Cl. Armand

Stat

la fréquentation moyenne actuelle s'établit à  

262 visites

par jour

 

Depuis la création du site,

 le 6 novembre 2009,

 

au 18 février 2018

on comptabilise 

 

509721 visites


Merci de votre confiance.

 

 

La 500.000ème visite du site a eu lieu le

mercredi 24 janvier 2018

vers 10 heures 

Record des visites : 624

24/03/2014

600.000ème visite prévue vers le 22/01/19

 


 

MESSAGES : un chevreuil au couchant

 

 

 

 

Bordereau d’article                                                                            Date d’édition : 6 avril 2015          

 

Commune :                                                                                                 Date de la manifestation 

GIAT

 

12/04/15

Titre :

BANQUET DES 60 ANS

 

Un banquet des 60 ans est organisé le 21 juin à 12 heures au restaurant du Foirail. Toutes les personnes nées en 1955 originaires ou habitantes des communes de la Celle d'Auvergne, Fernoël, Giat et Voingt, et leurs conjoints, sont invitées à participer à cette manifestation. Participation: 25 €/personne. Inscriptions dès maintenant au 04.73.21.69.22.

Les dirigeants du club informent qu'il y a encore 4 places disponibles pour le voyage à La Rochelle avec visite de l'Hermione les 1 et 2 septembre pour 260 €/personne. Renseignements :04.73.21.72.07 avant le 24 avril.

Plus d'infos, plus de précisions dans le quotidien régional La Montagne. Chez les dépositaires ou sur http://www.lamontagne.fr