INFOS PLUS

Une très bonne analyse démontre que les politiques visant la réduction des voitures roulant au diesel est un non sens, une hypocrisie destinée à rapporter quelques euros de plus dans les caisses de l'Etat payés par les petits contribuables obligatoires que nous sommes.
Les Poids lourds, Autocars, Navires, sont exclus !
Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule DIESEL, il faut leur révéler les données de l’'industrie maritime qui a démontré qu'’en considérant la taille des moteurs et la qualité du carburant utilisé, les 15 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millions d’'automobiles de la planète.
Ces porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabrique dans nos usines délocalisées, aujourd’hui, ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe.
Ces malheureux 15 navires font partie d’'une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui sillonnent les mers.
Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres, et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver.
Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à travers la France,
Les milliers d’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’'automobile.
Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.

 

Conclusion : Payez, vous ne serez pas mieux considérés.

 

 


Service facile et gratuit

Je crée mon site

Edition du 22 septembre 2017

étang du Balbuzard

EDITORIAL

Après un été plutôt calme, agrémenté des manifestations habituelles, et une actualité toujours inquiétante au niveau international, la rentrée au Pays de Giat n'a pas été marqué par de grands changements.

La tranquillité locale a repris ses droits, les écoliers le chemin de l'école sans turpitude, les travailleurs la direction de leur entreprise, les retraités sont partis quelquefois en voyage, ou se sont remis à leurs activités classiques au sein des associations, dans les jardins, et à la garde des petits-enfants quand c'est nécessaire.

Du côté du monde, l'été 2017 est resté violent : le terrorisme a frappé Barcelone, le bras de fer entre les présidents des Etats-Unis et de la Corée du Nord fragilise la paix en Asie, l'affaire Grégory n'en finit pas de rebondir dans le vide depuis 1985, les incendies de forêt ont ravagé le Midi. Seule actualité joyeuse : l'arrivée de Neimar au PSG pour 222 millions d'euros a satisfait un grand nombre d'amateurs de ballon rond !

Et maintenant, le monde continue de tourner pas très rond. L'ouragan Irma a détruit les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy dans les Antilles françaises, des paradis touristiques touchés de plein fouet. Le changement climatique annoncé pourrait bien avoir lieu, jamais un ouragan n'avait eu autant de force. Et sa force a eu des répercussions sur l'actualité politique, déclenchant des polémiques sur les éventuelles impréparations de secours sur ces territoires d'Outre-mer, démontrant au passage que la technocratie envahissante ne remplacera jamais les hommes de terrain. Car la gestion administrative de cet évènement n'a pas été à la hauteur du cataclysme, mais à force d'avoir des techniciens évoluant dans un monde virtuel, sûrs de leurs algorithmes et autres logiciels, mais sans connaissance du monde réel, on se prépare à d'autres crises autrement plus graves. D'autant plus que les décideurs et responsables  préfèrent se fier aux experts de l'expertise 2.0  qu'à la sagesse et au bon sens des gens de terrain.

Les ordonnances pour la réforme du travail ont été rédigées selon ce principe. Il est certain qu'il fallait faire bouger les règles, la solution innovante qui était attendue débouche sur une sérieuse marche arrière sociale : on craignait le côté Tatcher de Fillon et le libéralisme des années 1980, avec le gouvernement, on recule encore plus. Certes, avec cette réforme, il sera plus facile de trouver un emploi, mais à quel prix : précarité et avantages sociaux réduits vont faire baisser le taux de chômage, et risquent de faire augmenter la pauvreté des travailleurs. Derrière la façade de faciliter l'emploi, de baisser les coûts du travail, de favoriser le pouvoir d'achat, il y a des transferts de charge vers les classes moyennes et des améliorations sensibles des revenus les plus hauts. La France va revenir dans les niveaux économiques des pays comparables, selon les comparaisons des spécialistes de l'économie libérale. Mais le monde change, le modèle économique tant vanté et tant souhaité par ces derniers est à bout de souffle. Basé sur la production de biens, et la consommation d'énergies fossiles, le modèle ne pourra continuer à vivre très longtemps. Ce ne sont pas les annonces d'amélioration pour l'environnement de la planète, pas très bien suivies de faits, ni les grandes réunions mondiales pour faire croire à la prise de conscience du changement, qui feront basculer le monde dans une nouvelle ère. Nous sommes dans la phase de transition, et nos dirigeants continuent de raisonner comme si rien ne se passait, incapables et lâches, soumis à l'avidité et à la cupidité des plus riches et influents personnages, qui ne veulent pas que ça change.

La numérisation de la société, la robotisation des tâches, même les plus ordinaires, l'intelligence artificielle et la réalité augmentée installées sur les produits informatiques de base, la connexion permanente vont bouleverser l'humanité dans les prochaines années, cela pourrait être rapide, et l'adaptation va poser de nombreux problèmes sociétaux. De cela, il n'en est pas question dans les réformes, ni dans les négociations : on va de l'avant sans savoir, sans prévoir, parce que c'est peut-être impossible, ou simplement imprévisible. Il restera bien un sage paysan pour se rappeler que c'est la nature qui commande, et que toutes les technologies n'y pourront rien. Et tant qu'il y aura des hommes....

 

 

 

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

 

Toujours dans les têtes, les images des attentats du 7 janvier à Paris s’estompent doucement comme l’unité nationale mise en avant depuis ce moment-là. La vie reprend ses habitudes. Que va-t-il rester de cette cohésion exemplaire qui a montré la possibilité de l’union d’un peuple, de la réunion des gouvernants démocratiques si belle à l’image ?

 

Depuis aussi, il y a eu les élections en Grèce avec l’arrivée au pouvoir d’un parti de la gauche radicale. De quoi alarmer les représentants de la politique de rigueur qui ne sont pas touchés par les mesures qu’ils imposent. En effet, les dirigeants, notamment libéraux, ont été surpris de la contestation de l’austérité par des citoyens grecs à qui les salaires et les retraites ont été diminuées drastiquement, qui ne trouvent pas de travail mal rémunéré, qui n’ont plus les moyens de se soigner… Alors qu’en même temps, la dette de l’Etat grec s’amplifiait inexorablement, démontrant les limites de cette politique, qui permet au passage quand même à quelques organismes financiers et à certains états de prendre quelques appointements non négligeables. Alors, il ne faut surtout pas effacer la dette grecque, disent les experts de l’expertise libérale, tout en ajoutant sans rire que celle-ci ne sera jamais remboursée ! Tant qu’il y a du profit à faire, et de la laine à tondre sur les moutons que sont les pauvres, pendant que les riches deviennent encore plus riches, tout ne va pas si mal.

 

Où va-t-on ? Le système économique dans lequel le monde évolue est voué à l’échec, puisqu’il est basé sur la production à base de ressources naturelles volées aux peuples des pays où elles se trouvent, et dont l’épuisement des stocks arrive à grand pas. D’autre part, les incidences de l’humanité sur la nature ne sont pas neutres, et il semblerait que la planète soit mal en point. D’accord, l’homme a une réelle capacité d’adaptation, mais cela suffira-t-il ?

 

Beaucoup de questions sont posées pour l’avenir. Peu de réponses sont apportées. Entre les violences guerrières des extrémistes de tout bord dans tout le monde, entre les violences économiques des financiers sans scrupules qui exploitent le monde, entre les violences écologiques des capteurs avides des dernières ressources naturelles, y compris l’eau douce, comment ne pas s’étonner que d’autres violences populaires ne voient pas le jour ici et là ?

 

Mais ne désespérons pas : l’image des anciens déportés des camps de la mort nazis, libérés il y a 70 ans, montrent que l’homme a aussi des facultés à trouver l’énergie pour survivre et revivre, car il peut être capable du pire, mais heureusement aussi du meilleur.

Bas du formulaire

Horaires TER

Cliquez :

 

Ligne Montluçon-Ussel

TER 12

 

Ligne Felletin-Clermont

TER 17

Stat

la fréquentation moyenne actuelle s'établit à  

249 visites

par jour

 

Depuis la création du site,

 le 6 novembre 2009,

 

au 10 septembre 2017

on comptabilise 

 

464899 visites.


Merci de votre confiance.

 

 

La 400.000ème visite du site a eu lieu le

lundi 23 janvier 2017

vers 8 heures 

Record des visites : 624

24/03/2014

500.000ème visite prévue vers le 22/01/18

 


 

MESSAGES : Cellule de répit pour les proches aidants

La cellule itinérante de répit et de soutien aux proches aidants, structure portée par le SMAD des Combrailles, organise des ateliers pour offrir du répit aux proches aidants. Un proche aidant est celle ou celui qui accompagne et s'occupe au quotidien d'une personne de son entourage souffrant de maladies neurodégénératives et/ou en perte d'autonomie. Pour offrir un temps de répit à la personne aidante, des ateliers sont organisés par secteur pour accueillir les personnes aidées. Ces ateliers s'articulent autour de différentes activités motrices, manuelles, cognitives permettant maintien des capacités et socialisation. Les ateliers sont gratuits. Le nombre de places est limité. Un transport peut être assuré sur le secteur et dans la limite des places disponibles. Le transport est réservé aux aidés dont l'aidant n'a pas de moyens de locomotion. L'inscription est obligatoire après une rencontre avec l'animatrice de la cellule.

Sur le secteur autour de Giat, les ateliers ont lieu à la salle de la mairie de Giat de  14 heures à 17 heures les mardis 19 septembre, 3, 17 et  31 octobre, 14 et 28 novembre.

Renseignements et inscription : Marie-Ange Nénot, animatrice de la cellule, 07.50.65.60.72 ou repit@combrailles.com 

Bordereau d’article                                                                            Date d’édition : 6 avril 2015          

 

Commune :                                                                                                 Date de la manifestation 

GIAT

 

12/04/15

Titre :

BANQUET DES 60 ANS

 

Un banquet des 60 ans est organisé le 21 juin à 12 heures au restaurant du Foirail. Toutes les personnes nées en 1955 originaires ou habitantes des communes de la Celle d'Auvergne, Fernoël, Giat et Voingt, et leurs conjoints, sont invitées à participer à cette manifestation. Participation: 25 €/personne. Inscriptions dès maintenant au 04.73.21.69.22.

Les dirigeants du club informent qu'il y a encore 4 places disponibles pour le voyage à La Rochelle avec visite de l'Hermione les 1 et 2 septembre pour 260 €/personne. Renseignements :04.73.21.72.07 avant le 24 avril.

Plus d'infos, plus de précisions dans le quotidien régional La Montagne. Chez les dépositaires ou sur http://www.lamontagne.fr