INFOS PLUS

 

 

 

 


Service facile et gratuit

Je crée mon site

Edition du 26 avril 2018

Jonquilles

le Printemps

EDITORIAL

Voilà les Pâques derrière nous, le printemps va finalement arriver pour notre plus grande joie. Et il était temps parce que l'hiver n'en finissait pas avec son lot de grisailles et de fraîcheur continues depuis si longtemps.

La fin de l'hiver a été marquée aussi par l'actualité tragique dans l'Aude, avec le rappel du risque terroriste, jamais éliminé. Des victimes innocentes, un gendarme héroïque sont tombés sous les balles d'un fanatique radicalisé affilié aux extrêmistes islamistes. Un homme installé en France, repéré pour sa radicalisation, au passage à l'acte indétectable, meurtrier solitaire, bombe à retardement comme il y en a tant encore.

Alors, les "experts en mesures toutes aussi radicales que simplistes" se sont déchaînés pour demander l'expulsion, l'enfermement des fichés "S", le retour de l'état d'urgence ! C'est si facile quand "y'a qu'à, faut qu'on". Les messages publiés sur les réseaux sociaux, bien à l'abri derrière les écrans, sont autant dangereux que ceux des djihadistes. La démocratie, la liberté ne sont pas à la carte. La liberté d'expression doit être encadrée, mais ne saurait souffrir d'une limitation partisane que certains aimeraient bien voir apparaître. La tolérance, ce n'est pas admettre qu'une seule vérité, c'est comprendre l'autre, c'est partager des valeurs, c'est apprendre, découvrir, sortir de son milieu et de son enfermement  culturel. On gagne à s'ouvrir au monde, à voir plus loin. Cela ne veux pas dire qu'il faille renoncer à ce que l'on est, au contraire, c'est affirmer sa personnalité tout en prenant conscience de celles qui nous entourent.

Réduire ou supprimer la liberté d'action, d'expression au prétexte qu'elles ne sont pas conformes à la pensée morale, politique ou religieuse , c'est une allégeance à un pouvoir, un pas vers la dictature, un recul du droit. Bien sûr, il faut lutter contre les extrêmismes, contre les radicalisations, sans fléchir mais sans perdre l'honneur et la liberté.

Avec le printemps, le cinquantenaire de mai 68, la montée des conflits sociaux, la lutte pour le maintien  des services publics, les revendications fleurissent comme les pissenlits dans les champs. Si certaines sont justifiées, on peut être étonné par d'autres comme celle d'étudiants qui exigent la moyenne pour les notes de leurs partielles : l'égalité des chances peut-être, mais la baisse du niveau sûrement...Tous à l'université, pas de sélections. L'utopie est belle, mais pendant ce temps, les emplois manuels ne trouvent pas preneurs, les artisans et les entrepreneurs souffrent de la dévalorisation des métiers et filières techniques qui n'ont pas pourtant à rougir de leur spécificité, elles assurent le gîte et le couvert, la mobilité et la transmission... Que deviendrons-nous quand il n'y aura que des cols blancs incapables de résoudre les problèmes simples, mais qui sauront si bien expliqué sans que l'on comprenne,  qu'une maison peut se bâtir sans maçons, avec une imprimante 3D, sur un terrain inondable peut-être.

Dans une société, avoir les pieds sur terre n'est pas un défaut, et ceux qui ont la tête bien pleine devraient se rappeler la sagesse des anciens qui, sans équations ni ordinateurs, ont réalisé de belles prouesses techniques qui duraient, qui durent encore. Le monde n'est pas virtuel, il est bien réel.

 

 

 

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

 

Toujours dans les têtes, les images des attentats du 7 janvier à Paris s’estompent doucement comme l’unité nationale mise en avant depuis ce moment-là. La vie reprend ses habitudes. Que va-t-il rester de cette cohésion exemplaire qui a montré la possibilité de l’union d’un peuple, de la réunion des gouvernants démocratiques si belle à l’image ?

 

Depuis aussi, il y a eu les élections en Grèce avec l’arrivée au pouvoir d’un parti de la gauche radicale. De quoi alarmer les représentants de la politique de rigueur qui ne sont pas touchés par les mesures qu’ils imposent. En effet, les dirigeants, notamment libéraux, ont été surpris de la contestation de l’austérité par des citoyens grecs à qui les salaires et les retraites ont été diminuées drastiquement, qui ne trouvent pas de travail mal rémunéré, qui n’ont plus les moyens de se soigner… Alors qu’en même temps, la dette de l’Etat grec s’amplifiait inexorablement, démontrant les limites de cette politique, qui permet au passage quand même à quelques organismes financiers et à certains états de prendre quelques appointements non négligeables. Alors, il ne faut surtout pas effacer la dette grecque, disent les experts de l’expertise libérale, tout en ajoutant sans rire que celle-ci ne sera jamais remboursée ! Tant qu’il y a du profit à faire, et de la laine à tondre sur les moutons que sont les pauvres, pendant que les riches deviennent encore plus riches, tout ne va pas si mal.

 

Où va-t-on ? Le système économique dans lequel le monde évolue est voué à l’échec, puisqu’il est basé sur la production à base de ressources naturelles volées aux peuples des pays où elles se trouvent, et dont l’épuisement des stocks arrive à grand pas. D’autre part, les incidences de l’humanité sur la nature ne sont pas neutres, et il semblerait que la planète soit mal en point. D’accord, l’homme a une réelle capacité d’adaptation, mais cela suffira-t-il ?

 

Beaucoup de questions sont posées pour l’avenir. Peu de réponses sont apportées. Entre les violences guerrières des extrémistes de tout bord dans tout le monde, entre les violences économiques des financiers sans scrupules qui exploitent le monde, entre les violences écologiques des capteurs avides des dernières ressources naturelles, y compris l’eau douce, comment ne pas s’étonner que d’autres violences populaires ne voient pas le jour ici et là ?

 

Mais ne désespérons pas : l’image des anciens déportés des camps de la mort nazis, libérés il y a 70 ans, montrent que l’homme a aussi des facultés à trouver l’énergie pour survivre et revivre, car il peut être capable du pire, mais heureusement aussi du meilleur.

Bas du formulaire

Horaires TER

Cliquez :

 

Ligne Montluçon-Ussel

TER 12

 

Ligne Felletin-Clermont

TER 17

Epoques

Par Jean Marret

 

1969
Je suis instituteur, il gèle à pierre fendre, je jette des seaux d'eau dans la cour de récré pour que les élèves puissent faire des glissoires. Tout le monde est content ! On prolonge les récrés.

2016
Je suis directeur, la cour est verglacée, je demande aux ouvriers de l'école de jeter du sel de déneigement sur toute la cour.
Tout le monde est content ! On abrège les récrés extérieures.

Vacances.
1969 :
Après avoir passé 15 jours de vacances en famille, en Bretagne, dans la caravane tractée par une 403 Peugeot, les vacances se terminent.
Le lendemain, tu repars au boulot, frais et dispos.

2016 :
Après 2 semaines à la Réunion et à l'Ile Maurice, obtenues à peu de frais grâce aux « bons vacances » du Comité d'Entreprise, tu rentres fatigué et excédé par 4 heures d'attente à l'aéroport, suivies de 12 heures de vol.
Au boulot, il te faut 1 semaine pour te remettre du décalage horaire !

Du lait, du beurre et des œufs
1969 :
Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour, avec ton bidon en alu, et tu prends du beurre, fait avec du lait de vache, coupé à la motte. Puis tu demandes une douzaine et demi d'œufs qu'il sort d'un grand compotier en verre.
Tu paies avec le sourire de la crémière, et tu sors sous un grand soleil.
Le tout a demandé 10 minutes.

2016 :
Tu prends un caddie de merde dont une roue est coincée et qui le fait aller dans tous les sens sauf celui que tu veux.
Tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée par ce qu'un benêt l'a poussée, puis tu cherches le rayon crémerie, où tu te les gèles, pour choisir parmi 12 marques le beurre qui devrait être fait à base de lait de la communauté. Enfin tu cherches la date limite...
Pour le lait :
Tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades ou mieux en promo avec la date dessus et la composition ......
Pour les 12 œufs :
Tu cherches la date de la ponte, le nom de la société et surtout tu vérifies qu'ils ne soient pas fêlés ou cassés et paf !!! Tu te mets plein de jaune sur le pantalon !!!
Tu fais la queue à la caisse. La grosse dame devant toi a pris un article en promo qui n'a pas de code barre ... Alors tu attends, et tu attends .....,
Puis toujours avec ce foutu caddie de merde, tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie. Tu ne le retrouves pas car tu as oublié le N° de l'allée .........
Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l'engin pourri et là, tu vas t'apercevoir qu'il est impossible de récupérer ta pièce de 1 euro .....
Tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé.
Cela fait plus d'une heure que tu es parti.

Faire un voyage en avion.
1969 :
Tu voyages dans un avion d'Air France. On te donne à manger et t'invite à boire ce que tu veux, le tout servi par de belles hôtesses de l'air, et ton siège est tellement large qu'on peut s'assoir à deux.

2016 :
Tu entres dans l'avion en continuant d'attacher ton ceinturon qu'on t'a fait retirer à la douane, pour passer le contrôle.
Tu t'assoies sur ton siège et, si tu éternues un peu trop fort, tu mets un coup de coude à ton voisin.
Si tu as soif, le steward t'apporte la carte et les prix sont ahurissants.


Michel doit aller dans la forêt après la classe. Il montre son couteau à Jean avec lequel il pense se fabriquer un lance-pierre.
1969 :
Le directeur voit son couteau et lui demande où il l'a acheté pour aller s'en acheter un pareil.

2016 :
L'école ferme. On appelle la gendarmerie. On emmène Michel en préventive.
TF1 présente le cas aux informations en direct depuis la porte de l'école.


Discipline scolaire.
1969 :
Tu fais une bêtise en classe. Le prof t'en colle deux. En arrivant chez toi, ton père t'en recolle deux autres.

2016 :
Tu fais une bêtise. Le prof te demande pardon.
Ton père t'achète une console de jeux et va casser la gueule au prof.!!!

Dominique et Marc se disputent. Ils se flanquent quelques coups de poing après la classe.
1969 :
Les autres les encouragent, Marc gagne.
Ils se serrent la main et ils sont copains pour la vie.

2016 :
L'école ferme. FR3 proclame la violence scolaire, relayée par BFMTV et ITélé en boucle et TF1 au journal de 20 heures.
Le lendemain, Le Parisien et France Soir en font leur première page et écrivent 5 colonnes sur l'affaire.

 

Jean tombe pendant une course à pied. Il se blesse au genou et pleure. Sa prof Jocelyne le rejoint, le prend dans ses bras pour le réconforter.
1969 :
En deux minutes Jean va beaucoup mieux et continue la course.

2016 :
Jocelyne est accusée de perversion sur mineur et se retrouve au chômage, elle écopera de 3 ans de prison avec sursis.
Jean va de thérapie en thérapie pendant 5 ans. Ses parents demandent des dommages et intérêts à l'école pour négligence, et à la prof pour traumatisme émotionnel. Ils gagnent les deux procès.
La prof, au chômage et endettée, se suicide en se jetant d'en haut d'un immeuble. Plus tard, Jean succombera à une overdose au fond d'un squat!!!


Arrive le dernier dimanche d’octobre.
1969 :
Il ne se passe rien.

2016 :
C'est le jour du changement d'horaire : les gens souffrent d'insomnie et de dépression.

Comme dit l'autre : On vit une époque vraiment formidable !

Stat

la fréquentation moyenne actuelle s'établit à  

227 visites

par jour

 

Depuis la création du site,

 le 6 novembre 2009,

 

au 22 avril 2018

on comptabilise 

 

525864 visites


Merci de votre confiance.

 

 

La 500.000ème visite du site a eu lieu le

mercredi 24 janvier 2018

vers 10 heures 

Record des visites : 624

24/03/2014

600.000ème visite prévue vers le 22/01/19

 


 

MESSAGES :

 

 

 

 

Bordereau d’article                                                                            Date d’édition : 6 avril 2015          

 

Commune :                                                                                                 Date de la manifestation 

GIAT

 

12/04/15

Titre :

BANQUET DES 60 ANS

 

Un banquet des 60 ans est organisé le 21 juin à 12 heures au restaurant du Foirail. Toutes les personnes nées en 1955 originaires ou habitantes des communes de la Celle d'Auvergne, Fernoël, Giat et Voingt, et leurs conjoints, sont invitées à participer à cette manifestation. Participation: 25 €/personne. Inscriptions dès maintenant au 04.73.21.69.22.

Les dirigeants du club informent qu'il y a encore 4 places disponibles pour le voyage à La Rochelle avec visite de l'Hermione les 1 et 2 septembre pour 260 €/personne. Renseignements :04.73.21.72.07 avant le 24 avril.

Plus d'infos, plus de précisions dans le quotidien régional La Montagne. Chez les dépositaires ou sur http://www.lamontagne.fr