ANNONCES ( faire défiler pour ne rien laisser passer...)

GIAT

Forte du succès des deux précédentes éditions, l'équipe de bénévoles de la bibliothèque organise une troisième dictée de la bonne humeur le vendredi 8 décembre à 17 h 30 à la bibliothèque. Pour participer, il suffit de s'inscrire au 06.84.46.51.04 ou 04.73.81.09.52 et venir avec son stylo. L'épreuve n'est pas une compétition, mais juste un temps de bonne humeur pour tester ses connaissances en orthographe et grammaire. Attention, le nombre de places est limité. 

 

SAINT-AGNANT PRES CROCQ

Le comité des fêtes organise un concours de belote le samedi 9 décembre à la salle des fêtes à 20 h 30. Inscriptions dès 19 h 30, engagements : 12 €/équipe. 

 

SAINT-ETIENNE DES CHAMPS

Le Comité des fêtes organise un marché de Noël le samedi 16 décembre sur la place de l'église et à la salle des fêtes, de 9 h à 18 h, avec une vingtaine d'exposants : spécialités culinaires et artisanat local, sculpture, peinture, bijoux. Restauration rapide. Infos : 06.75.66.25.56. Entrée libre. 

 

MONTEL DE GELAT

Le comité des fêtes ouvre les portes de son village de Noël le samedi 16 décembre dès 9 heures sur la place de l'église. Un petit marché de Noël, des huîtres ou des tripes à déguster sur place ou à emporter, des balades en calèche, des jeux et animations pour les enfants avec visite du père Noël à 11 h et à 15 heures, lecture de contes, et démonstration de forge sont à l'affiche de cette journée. Renseignements et réservations : 06.70.29.02.29 ou 07.89.60.56.95.  

 

MIREMONT

L'association Campagne Fleurie en Haute Combraille organise un nouveau stage d'art créatif le lundi 11 décembre à la salle des fêtes de Miremont à 14 h 30. Au programme : un cadre végétalisé. Pour cela les participants devront apporter : baguettes de bois (noisetier, saule...), boules de noël (qui seront ouvertes pour servir de vases au décor), pour le décor : houe, gui, sapin, lierre..., fils de fer (a tortiller), raphia, ciseau, pince, sécateur. Pour une bonne organisation, s'inscrire auparavant au 06.87.49.98.71 ou 06.72.42.86.35. Gratuit.

 

PRONDINES

La chorale "A travers chants" donnera son traditionnel récital de Noël le dimanche 17 décembre dans l'église à 15 heures . Participation au chapeau. 

 

VILLOSSANGES

La chorale "A tout chœur" donnera un concert autour des chants de Noël le vendredi 15 décembre dans l'église à 20 h (et aussi en l'église de Saint-Bard en Creuse le dimanche 17 décembre à 16 h) . Libre participation. 

 

GIAT

L'Amicale laïque des parents d'élèves et la municipalité organisent le traditionnel marché de Noël sous la halle le dimanche 17 décembre de 9 h à 15 h. Autour des exposants habituels du marché dominical et des stands spécifiques à la période festive, de nombreuses animations seront proposées : village du père Noël, contes de Noël  (à 11 h), dégustation d'huîtres et autres gourmandises locales. Entrée libre. 

 

GIAT

L'association "des pelotes des fils" sera présente à la foire du mercredi 13 décembre avec son exposition hivernale de ses productions faites mains à l'aiguille ou au crochet : tout un éventail d'objets de laines, de tissus, de fils qui forment des petits cadeaux utiles et originaux. A découvrir à la salle des fêtes de 9 h à 13 h. Entrée libre. 

 

FLAYAT

Le café de l'Espace va résonner au sons des cloches du trio « Batalh ! » qui viens présenter sa dernière invention, le «Campanophone » : étrange et bruyante machine à Estive, elle rassemble sonnailles, clapes, clapettes, bronzes, piques, sonnettes et autres cloches de transhumances. Au fil d'une tintinabulation de rue, les trois bergers sans bêtes à la manœuvre du Campanophone déploient une musique brute et singulière inspirée par l'orchestration des sons de leurs cloches, entre batucada de poche, gamelan des alpages, musiques répétitives et charivaris harmoniques autour du monde musical du pastoralisme occitan. Cloches et sonnailles, orchestrées sur une carriole tintinnabulante de bric et de broc, évoquent en chacun quelque chose d’innommable, d’on-ne-sait-où de familier. Rendez-vous le dimanche 3 décembre à 15 heures. Tous publics, 5 euros, suivi d'un goûter partagé. Renseignements et inscriptions au 05.55.67.51.38. 

 

SAUVAGNAT PRES HERMENT

L'association la Bonde organise un marché de Noël le dimanche 3 décembre à la salle des fêtes de 10 h à 17 h : nombreux exposants dont un affuteur de couteaux, stand gourmand avec prolongation de 17 h à 20 h autour du bar et dégustation d'huîtres. Entrée libre. 

 

VERNEUGHEOL

Les écoles du RPI Herment-Verneugheol organisent un marché de Noël le samedi 2 décembre à la salle des fêtes de 16 h à 20 h. Présence de producteurs et artisans, photos avec le père Noël, promenade en poneys, maquillage enfants. Entrée libre. 

 

FERNOEL

Le comité des fêtes organise son grand loto annuel le dimanche 3 décembre à 14 heures . 

 

CROCQ

Les associations « Plateau des Arts » et « l’association culturelle Saint Eloi » annoncent l'ouverture de leur boutique éphémère du 25 novembre au 19 décembre. Les deux associations ont décidé de travailler ensemble autour de cette initiative durant le mois de décembre qui incarne la préparation des fêtes de fin d'année, une occasion de faire profiter les visiteurs des créations originales  proposées par les artistes qui y participent : des idées cadeaux, de la décoration de noël, des bijoux et une multitude de petits présents atypiques à offrir. La boutique sera installée 3 place du monument.  Elle ouvrira en même temps que le marché de Noël organisé par le Comité des Fêtes le samedi 25 novembre et sera ouverte aux mêmes horaires que celui-ci, samedi 25 novembre, 11 - 19 h, dimanche 26, 10 h - 18 h. Ensuite jusqu'au mardi 19 décembre, la boutique éphémère accueillera le public de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h le mardi, jeudi, vendredi et samedi. Des gourmandises seront également proposées à la vente pour le plaisir des petits et des grands. Pour toute information complémentaire : Plateaudesarts23@gmail.com ou Acse23@laposte.net 

 

CROCQ

L'association des parents d'élèves organise une bourse aux jouets le samedi 2 (10 h -12 h 30 / 14 h 30 - 18 h) et dimanche 3 décembre (10 h - 12 h 30) à la salle polyvalente.  Pour les exposants, dépôt vendredi en fin de journée, retrait dimanche en début d'après-midi , contact : ape.crocq@gmail.com - 06.60.63.10.97.  

 

A L'AFFICHE

Samedi 2 et dimanche 3 décembre

Bourse aux jouets

Crocq

***

Samedi 2 décembre

Marché de Noël

16 h

Verneugheol

***

Dimanche 3 décembre

Marché de Noël

10 h

Sauvagnat-près-Herment

***

Dimanche 3 décembre

Loto

14 h

Fernoël

***

Dimanche 3 décembre

Concert cloches et sonailles

15 h

Flayat

***

Vendredi 8 décembre

Soirée basse-cour

19 h

Flayat

***

Samedi 9 décembre

Concours de belote

20 h

Saint-Agnant près Crocq

***

Dimanche 10 décembre

Loto

14 h

Herment

***

Mercredi 13 décembre

Expo-vente des Pelotes des Fils

9 h

Giat

***

Jeudi 30 novembre

Cinéma

20 h 30

Giat

***

Vendredi 15 décembre

Concert chorale

20 h

Villossanges

***

Samedi 16 décembre

Marché de Noël

9 h

Saint-Etienne des Champs

***

Samedi 16 décembre

Marché de Noël

9 h

Montel-de-Gelat

***

Dimanche 17 décembre

Marché de Noël

Giat

8 h

***

Dimanche 17 décembre

Concert chorale

15 h

Prondines

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 Espace Associatif Alain-Fauriaux

23260 Flayat - eaaf@orange.fr  - 05.55.67.51.38

***

Théâtre Helios

Marlanges - 23420 Mérinchal

05 55 66 10 78

association.helios@orange.fr

 

OCTOBRE - NOVEMBRE

 

CROCQ

18 novembre / Crocq Tout-Terrain

 

A la lecture de la Montagne, nous trouvons le compte-rendu de l'association Crocq Tout-Terrain qui a visiblement perdu les coordonnées du correspondant local de presse. 

 

https://www.lamontagne.fr/crocq-23260/actualites/crocq-tout-terrain-renouvelle-son-bureau_14412890/

 

 

LA CELLE D'AUVERGNE

12 novembre / Chasse

 

Voilà maintenant quelques années que les chasseurs du secteur ont changé leurs pratiques. Fini le temps du chasseur de Michel Delpech qui partait seul avec son chien, c'est devenu une image d’Épinal même s'il y a encore quelques bécasses, ou autres volatiles qui demandent cette solitude. Avec la prolifération du gros gibier, les chevreuils ayant été les premiers à devenir nombreux dans les campagnes au grand dam des forestiers, suivi des sangliers qui inquiètent les agriculteurs par les ravages des cultures, la chasse en battue s'est développée ces deux dernières décennies.

 

 

Depuis peu, les cerfs s'installent pour agrandir leur territoire tant leur densité devient problématique sur leurs terres d'origine. La désertification des campagnes offre de la tranquillité aux animaux. Le 12 novembre, une douzaine de chasseurs de la Diane ont mis fin à l'escapade d'un beau cerf de 228 kg dans les bois de Chaupeyre dans le cadre d'une chasse réalisée en toute conformité.

   

Quelques temps auparavant, un autre cerf avait été tué à Fernoël, signe d'une extension du royaume de ces animaux qui restaient cantonnés sur La Courtine il y a peu de temps encore. 

 

CROCQ

25 novembre / Marché de Noël

 

Depuis le début du mois, les équipes du comité des fêtes se mobilisent pour préparer le marché de Noël, un des premiers de la saison et un des plus importants du territoire, qui se déroulera les 25 et 26 novembre prochain. Au fil des années, cette manifestation a pris de l'envergure et il faut reconnaître que les bénévoles et sympathisants de l'association ne ménagent pas leur temps et leurs forces pour obtenir le succès mérité. L'installation des cabanes en bois ou des stands de toiles des exposants, la mise en place des décorations sur les espaces du marché magnifient l'écrin de pierre qu'offre la ville médiévale. Le décor est important, son animation est primordiale : 75 exposants, commerçants ou producteurs, proposeront des objets de décoration, de cadeau, des vins fins, des confiseries de saison, des ingrédients des bonnes recettes des menus de fin d'année. Ici, le fait main, le fait maison est privilégié pour donner une âme locale à ce marché authentique.

 

 

Pendant les deux jours, le visiteur aura de quoi s'occuper en plus du lèche-vitrine : la patinoire sera de retour au pied de la mairie, le père Noël sera présent, des tours de calèche seront possibles, la crèche vivante sera installée à la chapelle. Samedi après-midi, les chants de Noël résonneront avec la chorale et les musiciens des classes CHAM des établissements scolaires crocquants, et avec les Chardonnerets, choristes venus de Chard ; vers 19 heures, un feu d'artifice illuminera le ciel pour lancer la saison des lumières. Un marché de Noël ne saurait être sans un moment gourmand de restauration : fondu-frites et chou de Noël samedi midi, truffade-émincé de bœuf et tarte aux poires samedi soir,  pot-au-feu et fromage dimanche midi composeront les menus du week-end, auxquels  on peut ajouter le jus de pomme pressé sur place en boisson d'accompagnement.

Rendez-vous samedi 25 novembre de 11 h à 19 h, et dimanche 26 novembre de 10 h à 18 h. Entrée libre. 

 

CROCQ

7 novembre / Aînés crocquants

 

C'était la réunion de la dernière chance et l'assemblée générale du club des Aînés crocquants n'a pas répondu aux espoirs de ses derniers dirigeants qui auraient aimé passé la main à une autre génération afin de faire perdurer l'association. Au bout de 44 ans, et après deux ans de sommeil, les neuf adhérents présents, formant un collège électoral de 20 personnes sur les 33 membres, ont voté la dissolution, chargeant Claude Loubaud de liquider l'actif. Ce dernier, trésorier en poste, avait convoqué cette assemblée, après avoir lancé aussi fort que possible l'appel aux habitants pour ne pas laisser tomber une association qui participait à l'animation locale tout en organisant des activités, des temps de rencontre pour les personnes  retraitées, créant du lien social, rompant l'isolement de certains.

 

 

La secrétaire, Pierrette Allègre, a dit sa déception après avoir demandé une pensée pour les disparus,  pour ceux qui ne pouvaient plus être là, pour ceux qui ont œuvré à la bonne marche du club. Le club était une vitrine de la vie locale, avec une trésorerie saine, un local envié mis à disposition par la commune. Maintenant, le solde conséquent de la trésorerie va être dévolu à d'autres associations à vocation culturelle, d'animation, d'action pour les jeunes. Cela sera fait en lien avec la municipalité dont les membres présents ont regretté l'absence d'un représentant  à la réunion. L'équipement de la salle sera aussi évoqué dans les discussions avec la mairie. Une page se tourne, la dernière d'un livre qui a marqué le secteur pendant quatre décennies.

 

FLAYAT

31 octobre / MAM les Bibinous

 

Cette année qui est celle des 10 ans de la maison des assistantes maternelles "les bibinous" restera aussi une année de couleurs et de fêtes. On se souvient du carnaval en fin d'hiver dernier dont la première édition avait été remarquée dans des rues bien joyeuses.

 

 

 

Pour les vacances de Toussaint, les enfants ont une nouvelle fois été mis en avant avec Halloween : depuis cette maison d'accueil des bambins, une bande d'une trentaine de personnes, grimés et déguisés pour faire peur en rigolant,  parcouru le bourg, s'arrêtant ici et là pour frapper aux portes et réclamer une part de friandises en échange de sourires et d'une protection contre les mauvais sorts.  Au retour, un goûter récompenser les efforts avant que chacun ne reparte avec ses confiseries.

 

HERMENT

31 octobre / Mille pattes

 

Les bénévoles des Mille pattes peuvent être satisfaits de leur soirée d'Halloween qui a encore connu un beau succès à la veille de Toussaint. Comme chaque année, l'association avait organisé une randonnée nocturne d'une longueur raisonnable et enrichie de surprises autant frissonnantes que drôles, très appréciées des enfants notamment.

 

   

 

Au retour, une soupe des sorcières attendait les participants et la salle des fêtes était juste assez grande pour accueillir tous les convives, signe d'un succès remarquable, et pour cette édition, la météo était avec les organisateurs : ni pluie, ni vent pour contrarier la randonnée.  

 

GIAT

28 octobre / Halloween

 

L'amicale laïque des parents d'élèves perpétue sa traditionnelle course aux bonbons à l'occasion d'Halloween. Le dernier samedi d'octobre, l'association invite les enfants présents dans la commune ce jour-là à participer au rassemblement de petits monstres : si les sorcières, bien gentilles, étaient les plus nombreuses,, il y avait aussi de petites citrouilles , un homme araignée, et d'autres enfants déguisés ou pas.

 

 

Toute la bande, scindée en deux groupes selon les âges, a parcouru une partie du bourg pour revenir les paniers chargés de sucreries qui ont été partagées équitablement entre tous, avant de prendre le temps d'un goûter auquel les accompagnateurs étaient aussi conviés.  

 

VERNEUGHEOL

28 octobre / Club des Vergnes

 

Grâce à un des dirigeants de l'association qui le connaît depuis des lustres, le club des Vergnes a reçu Patrice Le Guen à la fin octobre pour un concert de chansons françaises auquel a assisté un public nombreux et conquis. Le chanteur breton est le sosie de Pierre Bachelet, en apparence, bien que plus costaud, et en voix qui ramène le spectateur dans le dernier quart du siècle dernier.

 

 

Patrice le Guen a interprété des tubes du chanteur du Nord, depuis Emmanuelle aux Corons, du marionnettiste à l'an 2001, et quelques autres plus ou moins connues, parfois intimistes et toujours riches de sens, de mots, de cette  langue française  qui met en valeur la poésie des textes,  la puissance des émotions, la force des expressions. Si le concert est empreint de nostalgie dans sa première partie, il a été plus varié dans la suite avec d'autres auteurs, d'autres chansons, de choses plus personnelles de l'interprète.

 

 

Proche de son public, un peu gouailleur, certainement sympathique et rugueux comme le granit de sa Bretagne, ou celui de la Combraille, Patrice Le Guen a offert un moment hors du temps, loin des tracas de monde, en douceur et en musique. Et ça fait du bien.

 

CROCQ

21 octobre / AC Saint Éloi

 

L'association culturelle Saint Éloi pense déjà aux prochaines ostentions de 2030 et elle va organiser jusque là des manifestations afin de prévoir le financement de leur accueil dans la cité. Samedi après-midi, dans l'église, elle proposait d'écouter les choristes d'à travers chants venus de Prondines dans le Puy-de-Dôme pour un concert riche de diversités dans le programme annoncé, allant de chants anciens à la variété française, montrant ainsi des nuances vocales affirmées que sait mettre en valeur la cheffe de chœur Maryvonne Andraud.

 

 

En seconde partie, celle-ci a offert au public une facette de son talent en interprétant seule des chansons de Barbara et Serge Reggiani. La qualité de la sonorisation aura un peu atténué la perfection de l'artiste sans pour autant gâté le plaisir du public qui a salué la prestation de chaleureux applaudissements.

 

CROCQ

24 octobre / Aînés croquants

 

Depuis deux ans, le club des aînés crocquants est en sommeil et il est temps de mettre fin à cette hibernation prolongée.  L'association regroupe des personnes de la commune et des communes environnantes de plus de 60 ans, afin de se rassembler pour organiser des activités communes en toute convivialité (sorties, voyages, repas, séances de jeux régulières, belote, scrabble...) sans autres contraintes que d'adhérer au club. Pour assurer le financement de celles-ci, des manifestations sont réalisées chaque année comme des lotos, des concours de belote, des représentations théâtrales... Tout cela nécessite une structure avec une équipe dirigeante nommée par un conseil d'administration élu par les adhérents. La municipalité soutient le club et souhaite vivement sa pérennité active.  C'est pourquoi il a été décidé une réunion, sous forme d'assemblée générale, pour déterminer l'avenir de l'association , c'est-à-dire  accueillir un maximum de nouveaux adhérents pour assurer un renouvellement complet des instances. Les personnes intéressées pour rejoindre le club - dont quelques-unes pourraient s'investir afin de repartir d'un bon pied dans une dynamique collective locale pour animer le secteur et offrir notamment  aux jeunes retraités des occupations, des distractions de proximité - sont conviées à assister à cette réunion le jeudi 9 novembre à 14 h 30 dans les locaux du club (ancienne école de la grande rue). En l'absence de volontaires, l'association sera dissoute.  

 

CROCQ

19 octobre / Plateau des arts

 

Grâce au Plateau des Arts, l'association dédiée à la promotion de l'art en général et de la peinture en particulier au niveau local, la Grande lessive a trouvé un nouveau point de chute dans la cité crocquante.  Cette Grande lessive, créée en 2006,  est une installation artistique éphémère intergénérationnelle et internationale conçue à partir d'une invitation commune, avant d’être suspendue en extérieur à des fils tendus à travers cours, places et rues, au moyen de pinces à linge. Deux fois par an, les amateurs de peinture sont invités à s'exprimer avec leurs pinceaux et crayons pour offrir au public une exposition.

 

   

 

A l'initiative des responsables de l'association, avec le soutien de la commune, l'opération a été dirigée vers les écoles : pendant plusieurs semaines, des ateliers de peinture ont été organisés avec les écoliers pour produire des œuvres qui ont été étendues sous la halle, pour être protégées des intempéries, et montrées au public le 19 octobre. Des ateliers parallèles ont aussi été organisés à la bibliothèque.

 

   

 

Une centaine de réalisations ont été accrochées pour décliner en image le thème de cette session "avec ou sans eau", riche d'inspirations aquatiques originales qui apportent un peu de légèreté et d'innocence dans ce monde bien troublé depuis quelques jours. Pour mieux toucher le public, l'exposition est restée en place jusqu'au dimanche et nul doute qu'elle sera reconduite au printemps.

 

PRONDINES

15 octobre / Visite guidée du patrimoine

 

A la suite de la découverte de la tourbière de l'Eclache, les participants à la visite guidée du patrimoine se sont dirigés au bourg de Prondines où, avant de visiter l'église, Renée Couppat et Pierre Ganne ont rappelé quelques notions d'histoire du lieu. Deux voies romaines traversaient la commune : au nord du bourg, l’illustre voie d’Agrippa,  dont un remarquable alignement de pierres de bordure est encore visible sur près de 100 mètres sur la route des Chaumeix, et au nord-est, vers Pérol, s’embranchait la voie romaine Clermont-Bordeaux, dont des vestiges s'observent mieux dans le bois de Clergeat à Tortebesse. 
Sur 3 000 hectares de surface, la commune compte trois églises, celles du bourg et les chapelles de Pérol et de l’Éclache. Si la commune compte 272 habitants aujourd’hui, on en recensait 995 en 1800, ce qui peut expliquer la dimension actuelle de l’église du bourg. Celle-ci a été construite de 1881 à 1935. Auparavant, une église romane originelle n’était pas orientée comme celle d’aujourd’hui :  elle était en forme de croix latine, couverte en lauzes et pavée de pierres.

 

   

 

À la jonction entre la nef et le chœur s’élevait un clocher-mur (comme à Combrailles, Condat-en-Combraille et Gelles, aujourd’hui tous disparus également). En 1881, deux architectes (Mège puis Marc) seront au départ des travaux de reconstruction qui ont duré près de 55 ans. Durant cette période, pas moins de 14 legs privés ont permis de participer à la construction de la tribune, de la cloche…qui, pour cette dernière a été installée avant la fin des travaux du clocher et sans autorisation. En 1935, une carte postale immortalise la pose de la croix au sommet de la flèche sur le clocher en construction.
La rénovation intérieure de l’église est quant à elle récente, puisque réalisée en 1995.  L’église est placée sous le double patronage des jumeaux saint Côme et saint Damien, médecins anargyres (qui soignaient sans se faire payer). Décapités en 303, ces deux martyrs ont fait l’objet d’un culte dès la fin du IVe siècle, suivi d’un regain de ferveur pendant les croisades. Ils sont invoqués contre toutes les maladies. Un autre culte est voué à saint Sébastien contre les épidémies. Malgré ces saintes protections, la commune connaîtra de nombreuses épidémies au XVIIIe siècle. Saint Côme et saint Damien sont bien représentés autant dans la statuaire que les vitraux réalisés par Chatain (1846-1886), maître verrier clermontois.
Plus loin, le propriétaire d’une partie du château de Prondines, Daniel Souchal a reçu le groupe qui a découvert quelques vestiges inconnus montrant la splendeur du lieu à une autre époque.  Les publications de Bouillet, Tardieu ou Manry relatives à ce château sont assez sommaires ; le cadastre de 1813 nous indique que le château s’organisait alors autour d’une cour centrale carrée, d’une grange, d’une écurie, d’un four et d’une pièce d’eau. Les linteaux en lave des fenêtres, avec des arcs surbaissés et délardés, sont typiques du règne de Louis XV (1710-1774) tout comme les ferronneries du balcon en façade. À l’intérieur du château, les vestiges de décoration intérieure en gypserie (notamment des panneaux avec trophée et médaillon),  sans doute de la même période, ont surpris les visiteurs.

 

 

Si ceux-ci appartiennent plutôt à l’époque moderne, on sait qu’il y a eu plusieurs seigneurs et propriétaires depuis le Moyen-âge : les Prondines au XIIe et XIIIe siècle, puis les Chalus, les Neuville, Les Leloup , les Chalus récupèrent finalement la propriété par mariage jusqu’à la Révolution. La séparation actuelle du château, en deux parties, apparaît sur le cadastre rénové de 1983. Seul subsiste un magnifique escalier entre les deux bâtiments. 

 

   

 


Pour clore cette dernière visite de la saison, le président du SMADC, Boris Souchal, a remercié les participants dont la plupart sont des habitués et des fidèles, et a salué le remarquable travail de l'équipe des visites qui est déjà en train de plancher sur le programme 2024. Autour du maire de Prondines, Sébastien Monnéron et de conseilleurs municipaux, un temps de convivialité a mis un terme à cette saison. 

 

PRONDINES

15 octobre / Visite guidée du patrimoine

 

Pour la dernière sortie patrimoniale de la saison 2023 proposée par le service culturel du SMAD (syndicat mixte d'aménagement et de développement) des Combrailles, plus de 70 personnes étaient présentes au départ du centre de Prondines pour aller rejoindre l'Eclache où cette-fois, la chapelle n'était pas en vedette. Pour cette première partie de la visite guidée, place était laissé à la nature et à Romain Legrand, chargé de projets au Conservatoire d'Espaces Naturels (CEN) d'Auvergne pour mettre les pieds dans une tourbière locale.  Cet espace d’environ 20 hectares, plus communément appelée  « les sagnes », auquel s’ajoutent 5 hectares de l’autre côté de la route, baptisés « les vergnes), est géré par le CEN depuis le début du siècle, au titre des mesures compensatoires des constructions de l’Autoroute A89 et de l’usine EO2 à côté d'Herment. Le guide a expliqué les conditions d'existence de cette tourbière : l’altitude (950 mètres), une pluviométrie importante de 800 à 900 ml par an, un sol acide (granit) et une dépression topographique comme la cuvette concernée. Acidité du sol et abondance d'eau contraignent la dégradation des matières organiques  qui s'accumulent jusqu'à combler la dépression topographique et former une roche végétale appelée la tourbe, pouvant atteindre 10 mètres de profondeurs dans certains lacs.  A l'Eclache, on estime celle-ci de 1 à 2 mètres, avec une composition essentielle de restes de roseaux (aujourd’hui disparus de cet espace) et des bouts de bois de bouleaux et d’aulnes. Historiquement, la raréfaction du charbon a poussé à l’exploitation de la tourbière de « l’Éclache » comme solution alternative pour le chauffage domestique durant la seconde guerre mondiale. Ce sera son seul intérêt économique connu, le terrain étant  sans valeur agronomique. La végétation présente n'est pas très variée, mais particulière : des bruyères dans les parties sèches, des « calunes » qui sont des buttes sur lesquelles poussent également les genévriers, des pins et de la linaigrette vaginée qui ressemble à un tapis de coton en juin. Dans les parties basses plus humides, on aperçoit des mousses, à coloration rouge en automne, appelées polytrics. Au niveau de la faune, le lézard vivipare, la vipère péliade et le pic noir voisinent avec des variétés de papillons dont le « damier à succise » ou le « cuivré de la bistorte ». En seconde partie, le patrimoine historique et humain est revenu dans le programme.Pour la dernière sortie patrimoniale de la saison 2023 proposée par le service culturel du SMAD (syndicat mixte d'aménagement et de développement) des Combrailles, plus de 70 personnes étaient présentes au départ du centre de Prondines pour aller rejoindre l'Eclache où cette-fois, la chapelle n'était pas en vedette. Pour cette première partie de la visite guidée, place était laissé à la nature et à Romain Legrand, chargé de projets au Conservatoire d'Espaces Naturels (CEN) d'Auvergne pour mettre les pieds dans une tourbière locale.  

 

 

Cet espace d’environ 20 hectares, plus communément appelée  « les sagnes », auquel s’ajoutent 5 hectares de l’autre côté de la route, baptisés « les vergnes), est géré par le CEN depuis le début du siècle, au titre des mesures compensatoires des constructions de l’Autoroute A89 et de l’usine EO2 à côté d'Herment. Le guide a expliqué les conditions d'existence de cette tourbière : l’altitude (950 mètres), une pluviométrie importante de 800 à 900 ml par an, un sol acide (granit) et une dépression topographique comme la cuvette concernée. Acidité du sol et abondance d'eau contraignent la dégradation des matières organiques  qui s'accumulent jusqu'à combler la dépression topographique et former une roche végétale appelée la tourbe, pouvant atteindre 10 mètres de profondeurs dans certains lacs.  A l'Eclache, on estime celle-ci de 1 à 2 mètres, avec une composition essentielle de restes de roseaux (aujourd’hui disparus de cet espace) et des bouts de bois de bouleaux et d’aulnes. Historiquement, la raréfaction du charbon a poussé à l’exploitation de la tourbière de « l’Éclache » comme solution alternative pour le chauffage domestique durant la seconde guerre mondiale. Ce sera son seul intérêt économique connu, le terrain étant  sans valeur agronomique. La végétation présente n'est pas très variée, mais particulière : des bruyères dans les parties sèches, des « calunes » qui sont des buttes sur lesquelles poussent également les genévriers, des pins et de la linaigrette vaginée qui ressemble à un tapis de coton en juin. Dans les parties basses plus humides, on aperçoit des mousses, à coloration rouge en automne, appelées polytrics. Au niveau de la faune, le lézard vivipare, la vipère péliade et le pic noir voisinent avec des variétés de papillons dont le « damier à succise » ou le « cuivré de la bistorte ». En seconde partie, le patrimoine historique et humain est revenu dans le programme.

 

CONDAT EN COMBRAILLE

15 octobre / Heure du conte

 

L'Heure du conte débute sa saison par le Festi'contes organisé au bord de l'étang du domaine du Balbuzard. Ce rendez-vous automnal permet de rassembler des petits enfants du territoire pour une après-midi où l'imaginaire tient une bonne place. Autour de conteurs qui savent captiver l'attention des chérubins pour les faire voyager dans des mondes irréels, magiques, où les animaux parlent, où les marionnettes prennent vie, avec autant d'histoires qui seront sources de rêves la nuit suivante.

 

 

Dimanche, les loups de Monsieur Sylvestre ont entamé une série d'occupations successives, entre raconte-tapis, jeux, clowneries et jongleries qui  n'ont pas laissées indifférents le jeune public qui en oubliait la fraîcheur du moment.  Dans quelques temps, le programme de la saison sera dévoilé avec des spectacles, des animations proposées sur le territoire. 

 

CONDAT EN COMBRAILLE

14 octobre / CC Condat 63

 

La saison cycliste de Condat 63 se poursuit allègrement et à la mi-octobre, les membres de l'association se sont retrouvés pour faire le point en même temps qu'ils renouvelaient une partie de leurs équipements vestimentaires. Les dirigeants sont revenus sur le relatif succès de la randonnée pédestre et VTT du 12 mai dernier, et listés les participations des coureurs dans diverses compétitions de cyclo-cross, dont le championnat national UFOLEP, à des randonnées en Auvergne et Limousin, ou encore dans des manifestations cyclo-sportives un peu partout en France, selon les envies de chacun, d'autant plus que de nouveaux éléments, plus jeunes, ont renforcé les effectifs depuis deux saisons. Le président Alain Louis indique que le club est prêt à accueillir d'autres sportifs pour se joindre au groupe qui se retrouve tous les samedis après-midi pour randonner en vélo de route dans un esprit convivial et à allure modérée.

 

 

Le président ajoute qu'il donne rendez-vous à ses troupes bien sûr, mais aussi aux amateurs le 30 décembre prochain pour le cyclo-cross organisé par la maison à Puy-Maury, une épreuve comptant pour le championnat régional Auvergne-Rhône-Alpes. Pour conclure, il a remercié Pascal Mouton, maire de la commune qui représentait aussi la communauté de communes pour le soutien des collectivités et Julien Dubot, ambassadeur d'une entreprise locale qui aide à l'équipement du club. 

 

FERNOEL

13 octobre / Amicale laïque

 

"Cette dernière saison a encore été meilleure que la précédente qui avait déjà été meilleure que celle d'avant" a déclaré le président de l'Amicale laïque en introduction de l'assemblée générale de l'association qui s'est déroulée en même temps que la reprise des soirées hebdomadaires liées à la danse et à la musique traditionnelle. Chaque vendredi, les adhérents passent deux à trois heures à partager leur passion sur le parquet de la salle polyvalente, entraînés par les musiques jouées avec talent grâce aux musiciens de la maison, sachant manier l'accordéon, la cabrette ou la vielle depuis des lustres.

 

 

Patrick Mounaud a dressé un bilan positif de l'année écoulée, satisfait des échanges avec le café de l'espace à Flayat notamment, où la musique trad suscite un intérêt croissant. Les effectifs de l'association restent stables, toutefois, il reste de la place pour accueillir de nouveaux venus et chacun,  à l'image de Christophe Rovet ce jour-là, peut amener une personne pour intégrer l'association.

 

 

Le bal trad du printemps a été un succès remarqué, il sera reconduit en 2024, et il a été décidé d'en faire un de plus à l'automne dès la prochaine saison . Le rapport financier laisse un résultat négatif qui n'a pas de conséquence pour la suite des opérations, le montant des cotisations reste fixé à 20 €. Le bureau est inchangé. Le président souhaite se rapprocher du collège George-Nigremont où existe une classe CHAM (classe à horaires aménagées musique) spécialisée en musique trad. Après la réunion et un temps de convivialité, chacun a repris sa place, musiciens  sur la scène, danseurs sur la piste.

 

CONDAT EN COMBRAILLE

8 octobre / Club saint Martin

 

Le club saint Martin affiche un dynamisme  qu'envie nombre d'associations locales. Avec près de 150 adhérents, ses effectifs sont remarquables et l'équipe d'animation qui est aux commandes sous la présidence de Josiane Pénichou ne reste pas les deux pieds dans le même sabot pour assurer au moins une manifestation chaque mois : on ne peut pas s'ennuyer au club ! Octobre est le mois du thé dansant d'automne, et s'il y avait des craintes à voir moins de monde à cause d'une météo très clémente qui incite à des activités en extérieur, elles ont vite été levées : jamais il n'y a eu autant de monde à un thé dansant condatois.

 

 

Plus de 180 entrées ont obligé les organisateurs à rajouter des tables, et la piste de danse  était bondée  et on a dansé coller-serrer. Parmi les danseurs, souvent habitués aux valses, tangos et autres madison, et d'une génération de retraités bien assumés, la présence de Mathis, 17 ans, venu de Saint-Alpinien dans la Creuse ,a été remarquée et remarquable.

 

 

Le jeune lycéen est passionné des danses pratiquées sur les parquets des guinguettes, des salles de bal n'explique pas comment cela est arrivé, il assume son plaisir au milieu d'une foule qui à l'âge de ses grands-parents, mais qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse pour user d'une expression qui va bien avec un thé dansant formidable, qui doit beaucoup aussi à l'orchestre mené avec brio par Jean-Pierre Cousteix.

 

 

FERNOEL

7 octobre / Saint Pardoux

 

Comme chaque début d'octobre, une partie des fernoëlois, habitants ou natifs de la commune, se sont retrouvés pour fêter saint Pardoux le 7 octobre à l'occasion d'une messe célébrée par le père Granet. Ce moment de communion s'est prolongé devant l'église à l'issue de la cérémonie : la municipalité était présente pour servir le verre de l'amitié sous le chaud soleil de cet automne estival. Ce temps de convivialité reste très apprécié des participants qui trouvent ici une occasion de rencontres attendues et d'échanges qui permettent de garder un contact précieux.

 

 

En soirée, le comité des fêtes a accueilli plus de 120 personnes à sa paëlla que ses cuisiniers réalisent à la perfection qui en fait sa réputation depuis de longues années, au point d'avoir des gourmets qui viennent de loin rien que pour savourer ce plat.  

 

FLAYAT

7 octobre / Café de l'Espace

 

La sortie de résidence de la compagnie "La présidente a eu 19" le 7 octobre a conclue un temps de partage entre les comédiens et des habitants, les écoliers, des élus de la commune, des membres des Genêts d'or et du café de l'espace. Avec un spectacle, le troisième épisode  de "c'est la terre qui gronde", les membres de la compagnie théâtrale réalisent une œuvre originale qui met au centre les préoccupations des personnes rencontrées pendant deux jours : un texte est écrit, une musique composée pour traduire les impressions, les émotions vécues afin de les rendre au public lors de la représentation qui a eu lieu au café de l'espace.

 

 

Dans cette lecture à trois voix, les spectateurs peuvent retrouver la vie locale, des portraits de figures reconnues, des expressions d'enfants , des souvenirs d'antan comme des respirations d'aujourd'hui, de l'intégration réussie des nouveaux habitants, de la vision d'un territoire qui change, qui évolue avec ces nouveaux venus, avec le climat qui bouleverse les habitudes, avec les résistances qui fuient le changements. Pendant près d'une heure, le public a été accroché par les comédiens, pénétrés par leurs paroles, par la bande-son sur laquelle certains se sont reconnus. Pour la troupe, cette parie rurale succède à deux précédents épisodes réalisés à Limoges et Guéret, avant un prochain prévu à Nantes, comme autant d'immersions urbaines dont Flayat restera le pendant campagnard. Autant d'expériences, de regards, de partages qui formeront une compilation sociologique et culturelle intéressante.

 

PAYS D'EYGURANDE

7 octobre / Icoranda

 

Tout juste sortie de sa fête de « Gerbe-Baude » marquant la fin des travaux d’été, les "icorandiens" se sont retrouver pour leur assemblée générale annuelle qui marque le vingt-cinquième anniversaire de l'association.  "Que de chemin parcouru depuis le 15 novembre 1998. Avec de la persévérance, et de l’abnégation, Icoaranda s'est hissée au nievau des grands et avoir pignon sur rue. Le succès est venu crescendo grâce au recrutement, l’apport des vieux métiers, le travail, la formation, la solidarité et l’implication de tous. Ensemble de belles expériences et même quelquefois exceptionnelles qui, sans le folklore n’auraient pas été réalisables, ont été vécues par des adhérents actifs" déclare en intricuction le président Michel Barrier avant de rendre hommage aux membres disparus depuis l’année dernière : Jean Michon, Alain Troubady, Marcelle Varachaud et René Mouton.

 

 

La saison passée a été très chargée et on est revenu à un rythme soutenu comme avant la crise sanitaire. Les rapports moraux et financiers font état d'une situation La saison démarre avec les répétitions programmées, pour assurer les représentations et sorties fixées ou projetées au calendrier : l'association rappelle qu'elle est ouverte à tous et qu'elle accueille avec bienveillance toutes les personnes, de tous âges, pour renforcer les équipes de danse, musique, vieux métiers, logistique et intendance. Prochain rendez-vous : le stage de vannerie-cannage-pailhas les 16, 17, 18 et 19 octobre à la salle des fêtes de Couffy/Sarsonne (renseignements et inscriptions au 05.55.94.84.72 ou icoranda19@orange.fr)

 

FERNOËL

1 octobre / Visite guidée du patrimoine

 

La visite patrimoine du bourg de Fernoël a réuni  près de 70 personnes pour suivre et écouter Pierre Ganne, archéologue et animateur de la Maison archéologique des Combrailles qui annonçait au départ qu'il n'y aurait rien à voir sur certains points de la visite mais il était bien de s'y rendre.  En introduction, il a indiqué l’origine du nom de Fernoël, « le frêne », et plus probablement « la clairière aux frênes ». Première halte en "banlieue" à la fontaine Saint-Pardoux, située à Gorce, en face du cimetière. L'origine de ce captage remonte probablement entre le VIIIe et le Xe siècle, autrement dit à la période carolingienne. En effet, le culte de saint Pardoux, abbé et patron de Guéret, s’est répandu très vite après sa mort en 737. Au-delà du Xe siècle, plus aucune église ou fontaine, qui était souvent invoquée pour les maux d’yeux, ne semble avoir été consacrée à ce saint. Gorce peut se traduire par haie, c'est un nom souvent associé à des vestiges anciens  et ici il pourrait s’agir des anciennes fortifications en terre, et sans doute en bois, qui ceinturaient la croupe où est établi le bourg actuel.

 

 

 En ce lieu, une église est mentionnée dès 1165. Seules les visites pastorales de 1668 indiquent son emplacement, « au milieu du cimetière », situé alors juste derrière la fontaine saint Pardoux. Le procès-verbal retranscrit que « le clocher est tombé, le couvert qui est à paille, tout usé ». En 1700, les reliques de saint Pardoux qui s’y trouvaient, sont transférées à la chapelle castrale (l’église du bourg). En 1737, l’usage de l’église de Gorce est interdit, « pour n’être point en état » ; au XIXe siècle, elle n’apparaît même plus sur le cadastre napoléonien de 1817, contrairement au cimetière qui l’entourait.

 

 

De là, les visiteurs sont remontés au bourg, s'arrêtant contempler les vestiges de remparts au carrefour d'un chemin, pour atteindre l'église qui était avant tout la chapelle castrale dont le comte d'Auvergne a fait donation à l'église de Giat en 1167, donc à l'abbaye de Mozac dont dépendait celle-ci.   Du château construit, à côté, par les comtes d’Auvergne au XIIe siècle, il ne reste rien. Seul subsiste aujourd’hui un portail en granite beaucoup plus récent, sans doute du XVIIIe siècle, qui présente un bossage à onglet (semblable à celui de la chapelle de Corne à Bourg-Lastic). Avant d’être détruit par le dernier propriétaire, de la famille Habrial, en 1821, le château est passé entre plusieurs mains : les comtes d’Auvergne au XIIe siècle, la famille de Tinières aux XIIIe-XVe siècles, puis les Veyny d’Arbouse, du XVIe siècle jusqu’à la Révolution. La chapelle castrale, de dimensions assez impressionnantes pour un édifice privé, est taillée dans du granite local. Elle est aujourd’hui l’église paroissiale, succédant à celle de Gorce. Initialement placée sous le vocable de saint Patrocle (originaire du Berry, établi à Néris puis à La Celle, dans l’Allier), elle sera placée sous celui de saint Pardoux après le transfert de ses reliques vers 1700. La décoration intérieure du chœur mise à jour lors d’une campagne de restauration il y a 20 ans, est l’un des atouts majeurs de cette église.

 

 

Derrière les restes d’un retable qui les masquent encore aujourd’hui, des personnages dont on distinguait les jambes ont été peints au XVe ou XVIe siècle, tandis le décor végétal de l’arc triomphal, toujours visible, est typique du XVIIe siècle. Une carte postale ancienne du premier quart du XXe siècle montre le chœur avec un décor purement ornemental, peint au pochoir à la fin du XIXe siècle. Il recouvrait un autre décor, historié et polychrome, qui représente les quatre évangélistes, sous leurs formes allégoriques. Cette œuvre originale, restaurée en 2002, est précisément datée de 1837. Elle est signée François Vanelli, sans doute un peintre itinérant d’origine italienne.

 

 

Pour clore la visite à la mairie,  Pierre Ganne a fait découvrir deux personnages illustres du village dont les portraits tronent dans la salle du conseil, comme maires emblématiques de la commune : Alexandre Villatel, industriel, et Charles Rouchon, instituteur et érudit local. Avant de déguster le pot de clôture de la visite offert par la mairie de Fernoël, Pierre Ganne a rappelé que cette commune était traversée par l’illustre voie romaine d’Agrippa reliant Lyon à Saintes, longue de 600 kilomètres et construite en moins de 30 ans, sous le règne de l’empereur Auguste. Un panneau pédagogique, exposé en permanence dans la mairie, rappelle les résultats du sondage archéologique réalisé en 1994 dans la commune.

 

Foire à Giat

Mercredi 13 décembre

Les foires et marchés 2023 à Giat -->

CINEMA A GIAT

jeudi 14 décembre

20 : 30

Service gratuit, facile et accessible Ă  tous

Créer mon site web