ETAT-CIVIL

MARIAGES

 

2019 : 1

 

10 août

Laura Blauwart

Mathieu Boissier

Charbonnières les Varennes - Giat

 

3 août

Nathalie Patard

Marc Giraudon

Giat

 

2018 : 5

 

NAISSANCES

2019 : 9

 

3 décembre

Angèle Fraisse

Giat

 

10 octobre

Nolan Michon

Giat - Fernoël

 

12 septembre

Naomi Renic Babut

Giat

 

9 août

Léo Ratelade

Giat

 

1 août

Sandro Queyrut

Giat

 

24 juillet

Tylio Louis

Saint-Hilaire les Monges - Giat

 

27 juin

Léo Romaneix-Alleyrat

Léa Romaneix-Alleyrat

Dallet - Condat - Giat - Voingt

 

23 juin

Constance Mège-Laporte

Voingt

 

2018 : 9

-18 %


DECES

2019 : 45


30 novembre

Jeanine Matas

Prondines

 

23 novembre

Marinette Alleyrat

Giat

 

20 novembre

André Boyer

Voingt

 

20 novembre

Marie-Louise Madeleine Ratelade

née Mazet

Giat

 

13 novembre

Raymonde Dumas

née Villatelle

Condat-en-Combraille

 

13 novembre

André Dalloubeix

Argenteuil - Fernoël

 

11 novembre

Mauirce Thomazon

Saint-Merd la Breuille

 

25 octobre

Albert Mège

Tortebesse

 

23 octobre

Patrice Anjubault

Condat - Pontaumur

 

21 octobre

Marie Reuge

Née Legoueix

Saint-Merd la Breuille

 

16 octobre

Marie-Louis Delaval

née Combas

Giat

 

15 octobre

Pierre Alleyrat

Giat

 

12 octobre

Michel "caco" Peyraud

Basville

 

11 octobre

Andrée Gendraud

née Giraudon

Saint-Etienne des Champs

 

11 octobre

Max Cousteix

Giat

 

4 octobre

Rémi Geneste

Condat en Combraille

 

29 septembre

Lina Desseauve

née Paulet

La Celle d'Auvergne

 

28 septembre

Guy Mallet

Giat

 

25 septembre

Marthe Maillot

Clermont-Fd - Giat

 

24 septembre

Abel André Tixier

Cournon - Verneugheol

 

18 septembre

Louisette Faugeron

née Bourrand

Verneugheol

 

17 septembre

Lucien Duron

Romagnat - Flayat

 

8 septembre

Adrienne Bardolle

née Villatel

Crocq - Fernoël

 

19 août

Jeannine Mourton

née Vadrot

Condat en Combraille

 

6 août

Edmond Paris

La Celle d'Auvergne

 

4 aoüt

Jean-Paul Astre

Verneugheol

 

22 juillet

Marcel Estival

Giat - Verneugheol

 

16 juillet

André Courtadon

Condat en Combraille

 

14 juillet

Marie Bouchaud

née Chalaphy

Giat

 

13 juillet

Jean Giraudon

Giat

 

6 juillet

Marcelle Thévenon

née Arfeuille

Flayat

 

5 juillet

Paul Constanty

Flayat

 

5 juillet

Amédée Ribaud

Saint-Avit

 

22 juin

Jean-Pierre Marleix

Grenoble - Verneugheol

 

21 juin

Danielle Dufrançais

Giat

 

18 juin

Marie-Thérèse Garde

née Giraudon

Saint-Avit

 

13 juin

Maurice Jabouille

Fernoël - Clermont-Fd

 

2018 : 50

-2%


 

 


NOVEMBRE

GIAT

26 novembre / Ecole de la Salle

 

Mardi 26 novembre, Robin Contrepois, intervenant de l'UGSEL (Union générale sportive de l’enseignement libre) qui est la Fédération sportive et éducative de l'Enseignement catholique, est intervenu dans notre établissement auprès des élèves de CE2 - CM afin de les initier au secourisme.

 

  


Entre théorie et exercices pratiques, les élèves de l'école Jean-Baptiste de la Salle sont désormais sensibilisés aux gestes qui sauvent (alerter les secours, protéger les victimes, connaître quelques gestes à faire ou à ne pas faire en cas de chute, brûlure, malaise, blessure...).Attentifs, intéressés et sérieux, ils sont tous repartis avec leur attestation de réussite en poche. Une initiative utile et très appréciée par les enfants et les familles ! "

 

GIAT

25 novembre /  Ecole de la Salle

 

L'école Jean-Baptiste de la Salle a décidée de participer à l'action de l'association "les bouchons 63" qui collecte  bouchons et couvercles en plastique dans une démarche  écologique (les bouchons sont vendus et recyclés) et solidaire (le produit financier est reversé pour participer à l'achat de matériel pour les personnes en situation de handicap).

 

 

Le 25 novembre, des personnes bénévoles de l'association sont intervenues à l'école pour sensibiliser les enfants. Ces derniers se sont montrés très attentifs et curieux quant aux bouchons à récupérer. Un point de collecte vient d'être mis en place au sein de l'établissement et l'opération fonctionne déjà très bien.

 

CHAVANON COMBRAILLES ET VOLCANS

26 novembre / Maisons France services

 

C'est bien l'ensemble des MSAP (Maisons de services à la population) du territoire de Chavanon Combrailles et Volcans qui ont été reconnu par l’Etat parmi les 460 premières Maisons France Services labellisées au niveau national et parmi les 8 labellisées au niveau départemental. Le Premier ministre a dévoilé, vendredi 15 novembre, la liste des premières Maisons France Services labellisées, suite à un « processus extrêmement rigoureux". Les efforts engagés par le territoire investi dans une maillage territorial essentiel pour répondre au plus près des besoins de la population organisé autour de bourg-centres est ainsi pleinement reconnu. Les Maisons de Service au Public de Pontaumur, Bourg-Lastic, Giat et Pontgibaud deviendront  Maisons France Services au 1er janvier 2020. Cette organisation permet à chaque habitant du territoire de pouvoir accéder à un ensemble de service public à moins de 15 minutes de chez soi. Le cahier des charges était ambitieux, chaque maison aura deux agents d’accueil polyvalents formés à sa disposition et d’appuiera sur un socle de 9 partenaires obligatoires, opérateurs ou administrations (Pôle emploi, Caisse Nationale d’Assurance Maladie, Caisse Nationale d’Allocations Familiales, Mutualité Sociale Agricole, …), auxquels s’ajouteront d’autres services publics ou privés déjà conventionnés avec les Maisons de Services au Public. Les agents d’accueil apporteront des informations ou un accompagnement de premier niveau et pourront réorienter les personnes vers les référents identifiés. L’accès au numérique sera notamment un des piliers d’accompagnement de ces Maisons France Services, avec l’accès à du matériel (ordinateur, scanner, imprimante…) et un accompagnement à la prise en main et aux démarches en ligne. Les MSAP sont installées dans les locaux de la communauté de communes sauf celle de Giat qui est à la mairie.

 

ROCQ

25 novembre / Economie


Dans les rues de Crocq, de nombreuses vitrines servent d'écrin à des oeuvres d'artistes locaux : c'est beaucoup mieux  que de voir des rideaux baissés ou des vitres blanchies pour cacher le vide des magasins fermés depuis longtemps pour les plus anciens. Le déclin commercial suit le déclin démographique, les modes d'achats en grandes surfaces ou par Internet aggravent le problème. Le départ en retraite d'un commerçant, ou l'arrêt d'une activité est souvent synonyme de fermeture définitive dans les petits bourgs comme dans les centres des villes moyennes. A la fin de l'année, la dernière boucherie de Crocq (il y en avait quatre il y a 50 ans) fermera ses portes : Pascal Roche pose le tablier à 58 ans après une carrière artisanale bien remplie, dernier boucher de trois générations.

 

 

Fils et petit-fils de bouchers, il est tombé dans la marmite du métier tout petit et c'est naturellement qu'il a travaillé aux côtés de son père Jean avant de reprendre à son compte l'affaire familiale. Passionné de son travail, la démotivation est arrivé petit à petit, parce qu'il est difficile de trouver des employés qualifiés et encore plus de les garder, parce que la clientèle a changé, plus exigeante  sur le service, demandant la meilleure qualité au moindre coût si possible, parce que les normes s'ajoutent aux normes déjà importantes pour des investissements difficiles à rentabiliser. Pascal aurait pu aller jusqu'à la retraite, il s'arrête un peu avant pour ne pas avoir à s'engager dans un avenir compromis. Déjà, il avait arrêté d'aller au marché d'Auzances le mardi matin où il travaillait bien, il a été remplacé par un collègue de Saint-Gervais d'Auvergne.  Il sait qu'il pourra travailler autrement et ailleurs, Depuis la fin de l'été , il a annoncé sa décision, jetant le trouble dans une population qui a déjà vu partir ces derniers temps la librairie, les vêtements, la pâtisserie, le restaurant, le garage automobile.

 

 

Au collège Georges-Nigremont, l'intendante est en recherche d'un autre fournisseur de viande pour compléter son dispositif d'achats en circuit-court pour la cantine et préserver la qualité des menus servis. Le maire Jacques Longchambon s'active aussi pour ne pas voir sa commune péricliter commercialement. Il a posé une affiche dans la grande rue pour signaler la recherche d'un boucher et d'un garagiste. Le 20 novembre dernier, il a initié une réunion pour évoquer le problème de la disparition de la boucherie. Des éleveurs, des commerçants et des élus communautaires entouraient des membres du conseil municipal. Cette réunion était plus une prise de contact, de conscience, pour débattre d'un projet d'installation d'une boucherie-charcuterie. Le débat a porté sur l'engagement possible des éleveurs dans la fourniture de matière première dans l'éventuel projet de création d'un outil professionnel sous l'égide de la communauté de communes Marche Combraille en Aquitaine à l'exemple d'un projet abouti à Auzances avec la transformation de la charcuterie Auzelle en lien avec un GIE d'éleveurs locaux. Le vice-président en charge des affaires économiques, Serge Perrier, indique que la collectivité appuiera toute initiative en ce sens à condition d'avoir le porteur de projet et des garanties qui vont avec.

 

 

Il existe des opportunités de financement, l'Etat pourrait être sollicité avec la DETR, un lieu d'implantation doit être choisi. Dans l'immédiat, il y a des points positifs qui créent de l'espoir : la maison de santé devrait avoir deux nouveaux médecins dans quelques semaines, le projet de la fondation Chapal avance bien, l'installation de la fibre dans tous les foyers est une question de mois.

 

GIAT

25 novembre / Ehpad

 

Le pays des Combrailles se veut structurant dans beaucoup de domaines et particulièrement celui de la santé avec notamment l'association "Avenir et santé en Combrailles" qui est un interlocuteur majeur entre les professionnels, les établissements, les institutions et les collectivités. Parmi ces actions, un réseau des établissements médico-sociaux du territoire a été créé dans le quel sont présents les EHPAD. D'autre part, depuis le 1er février, l' Association régionale pour l’amélioration des conditions de travail a mis en place trois clusters  "Qualité de vie au travail" (cluster peut se traduire par groupe) sur la région Auvergne Rhône-Alpes dont un regroupant huit EHPAD du pays des Combrailles dont les responsables et personnels travaillent collectivement à l'amélioration des conditions de travail.

 

 

L'EHPAD de Giat jouit d'une certaine notoriété pour un environnement social apprécié des personnels. Dernièrement, une journée de travail du cluster était basée dans cet établissement avec une partie consacrée à la visite des lieux pendant lequel a été évoquer le projet de programme d'accompagnement des personnes désorientées et à des échanges avec les employés.  Jean Schweyer, directeur de la délégation départementale de l'Agence régionale de santé (ARS) s'était joint à la délégation d'une trentaine de personnes pour constater le bien-fondé de la réputation de la maison de retraite et participer aux travaux du groupe.  Le déjeuner a été pris ans l'établissement, avec le même menu que les résidents : les petits plats cuisinés sur place ont été bien appréciés, ajoutant un bon point au crédit de l'EHPAD.

 

SAINT-AVIT

24 novembre / CCAS

 

Comme chaque année, le Centre communal d'action sociale (CCAS) a organisé le repas des aînés de la commune auquel sont conviés les saintavitois de plus de 65 ans. Le 24 novembre, tous n'avaient pas répondu à l'invitation pour diverses raisons, malheureusement souvent liées à la santé, et avec les élus et membres du CCAS présents, il y avait une cinquantaine de personnes autour de la table.

 

 

Tous ont apprécié l'excellent menu du restaurateur local et la bonne ambiance de la journée. Pour l'allocation de bienvenue, le président du CCAS Nicolas Montpeyroux, heureux de voir cette assemblée, a souligné que ce repas communal était son dernier....comme maire, souhaitant que cette tradition perdure encore longtemps.

 

GIAT

19 novembre / Commune

 

L'arrivée des premiers frimas, des premières gelées et des premiers flocons a été accompagnée par celle d'une saleuse dans l'atelier communal pour renforcer l'équipement communal de la viabilité hivernale. La commune a investi 13.560,00 € TTC, soutenue par le département à hauteur de 8.000 € soit plus de 70 % du montant hors taxes. Il reste à charge de la commune  3.640 € environ, après compensation de la TVA.

 

 

De plus, un plan de déneigement communal a été élaboré, il reprend les règles et les consignes de déneigement de la collectivité et des administrés. Il sera effectif dès les premières neiges, les concitoyens intéressés pourront le consulter en mairie

 

CROCQ

18 novembre / Anciens combattants

 

Une partie des 35 membres du Comité local de la FNACA (Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie), originaires de onze des treize communes de l'ancien canton de Crocq, étaient réunis pour leur assemblée générale le 18 novembre. Parmi ces adhérents, le maire de Crocq, Jacques Lonchambon a pris la parole pour regretter l'absence des écoliers à la cérémonie du 11 novembre dernier, remarquant de moins en moins d'engagements pour le devoir de mémoire. Il souhaiterait que des anciens combattants puissent aller dans les établissements scolaires parler aux élèves de leur histoire sous les drapeaux en Algérie. Jean Dosne, également adhérent du comité local, mais aussi délégué national de la FNACA, a fait état de sa colère contre le gouvernement qui tend à faire passer le droit à réparation (acquis difficilement pour quelques avantages fiscaux minimes) comme une niche fiscale sans reconnaissance du devoir accompli des soldats appelés.

 

 

Il souligne qu'avec la diminution du nombre des anciens combattants , et  une certaine mise à l'écart de la FNACA des institutions nationales et une absence totale de dialogue avec les parlementaires LREM, une influence grandissante des OPEX (anciens soldats engagés des opérations extérieures de la France), les acquis sont rognés petit à petit. Au regard de l'activité du comité local, il est apparu la nécessité d'améliorer le fonctionnement de celui-ci, notamment la communication interne pour faire connaître les informations du comité départemental. Il est signalé une réunion régionale à Aubusson en avril prochain. Le trésorier a fait état du bilan dont une partie des recettes proviennent des subventions communales et des adhésions. Le secrétaire, satisfait de la réussite de la célébration du 19 mars à la Villetelle, a proposé que Crocq soit l'hôte de cette manifestation en 2020.

 

CHAVANON COMBRAILLES ET VOLCANS

18 novembre / Enfance et jeunesse

 

Retrouvez ICI un article de la Montagne relatif aux services communautaires pour l'enfance et la jeunesse.

 

 

GIAT

17 novembre / CCAS

 

Invités par le Centre communal d'action social (CCAS), une petite centaine de personnes ont participé au repas offert aux personnes âgées de plus de 70 ans résidant dans la commune. Une partie du conseil municipal et des membres du CCAS étaient présents à leurs frais à cette manifestation. Depuis quatre ans, cette initiative est devenue une tradition appréciées des convives qui trouvent une occasion de sortie gourmande, de retrouvailles entre gens de la même génération, de rupture d'isolement  pour les personnes seules.

 

 

C'est aussi le moment pour les élus de rencontrer cette partie de la population afin d'échanger et de connaître les avis, besoins et attentes, les conseils et les remarques qui rapprochent les citoyens des autorités municipales. En dehors de cela, c'est d'abord et principalement un moment de partage et de convivialité qu'ont découvert les nouveaux participants et vécu les habitués. Pour les personnes qui n'ont pu venir ou n'ont pas voulu assister au repas, un colis gourmand sera distribué  pour les fêtes de fin d'année.

 

 

VILLOSSANGES

17 novembre / Café communal

 

Comme dans les temps anciens, le café communal a servi de tribune dimanche dernier pour un débat d'actualités. La venue de la députée Christine Pirès-Beaune pour évoquer le projet de privatisation des Aéroports de Paris avait été annoncée : une trentaine de personnes se sont retrouvés dans la salle du bistrot ouvert chaque dimanche matin, lieu de rencontre et de convivialité apprécié. Ce dimanche, il y avait de nouvelles têtes aux côtés des habitués, dont quelques élus du territoire.

 

 

Apparemment, tous étaient plutôt convaincus de l'erreur de la privatisation, en échos à celle des autoroutes qui pour eux n'a pas été une bonne affaire pour l'Etat, donc pour le contribuable. La discussion a abordé le projet de référendum d'initiative populaire (RIP) dont le soutien pour qu'il puisse avoir lieu passe par une inscription pas toujours aisé sur Internet. Une permanence pour aider à cette inscription a été proposée à la mairie de la commune ce jeudi matin.

 

 

En dehors du sujet, la députée a répondu aux questions du public sur l'avenir des services publics, de la fermeture des trésoreries locales, de la vitalité du milieu rural fortement réduite par les réformes territoriales et l'hégémonie des métropoles.

 

TORTEBESSE

16 novembre / Commune


A l'occasion du repas de fin d'année offert aux personnes âgées de plus de 60 ans de la commune, le maire Daniel Arnaud a fait une courte allocution pour remercier les participants ayant répondu à l'invitation et pour officialiser l'annonce de ne plus se représenter à l'élection municipale, ce que tous savaient. Pour l'occasion, à défaut de nouvelles personnes entrant dans la catégorie d'âge requise, et saluant celles qui n'avaient pu être présentes pour des raisons de santé ou personnelles, il a félicité le nouvel employé communal qui a fait un travail remarquable de remise à niveau des abords de chemins, un investissement nécessaire après leur rénovation il y a  plusieurs décennies lors du remembrement.

 

 

Le maire a aussi parlé de son dernier combat municipal, aux côtés de son équipe,  sur le retour attendu de l'installation des éoliennes dans les prochains mois, voulant faire profiter à la cinquantaine de foyers de la commune  la recette générée sous une forme inédite que les services de l'Etat  doivent étudier.

 

 

GIAT

15 novembre / Foire

 

Il y avait comme un ressenti d'hiver à la grande foire d'automne : "ça sent la neige" écoutait-on régulièrement dans la foule venue de parfois bien loin pour ce grand rendez-vous commercial. Si le machinisme agricole est la vitrine de cette foire, occupant une très grande partie du foirail où les plus anciens se souviennent avoir vu un millier de veaux de boucherie attendre le maquignon il y a plus de 50 ans, le reste des places est un grand marché. Parfois quelques exposants d'entreprises de travaux publics, d'artisans se font connaître au grand public.

 

  

 

   

 

Fromages, légumes et fruits sont les marchandises qui s'écoulent le mieux et des bonnes affaires se font sur les différents étals qui meublent places et rues, en faisant de cette foire un grand espace marchand, un des plus grands de la région, mais qui ne dure qu'une matinée. 

Ce jour-là, des journalistes de la Montagne étaient présents pour un sujet sur les élections municipales :Lire le reportage ici

 

GIAT

12 novembre / UCAG

 

A la fin du printemps, une réunion initiée par la municipalité, avait rassemblé beaucoup de commerçants et d'artisans soucieux de l'avenir économique local après la fermeture définitive de plusieurs magasins pour cause de retraite principalement. La reprise ou l'ouverture d'autres entreprises ne compensent pas le sentiment de déclin et au cours de cette réunion, il est apparu qu'une action commune ne serait pas de trop pour accompagner le développement économique du secteur. Quelques mois plus tard, après questionnement des quelques  80 entreprises concernées, dont la moitié a répondu, une seconde réunion s'est déroulée en mairie le 12 novembre, sans élus présents. La volonté de la majorité était de remettre en marche l'association des commerçants et artisans en sommeil prolongé depuis plusieurs décennies.

 

 

Ainsi, un bureau a été composé : Isabelle Conchon a accepté d'en prendre la présidence aux côtés de Céline Altadi-Solal, Cédric Fraisse, appuyés à la trésorerie de Christophe Poumeyrol et Valérie Perrat, au secrétariat de Véronique Mazet et Françoise Détour, à la communication de Sébastien Bouchet. Les premières idées émises ont évoqué l'amélioration de la signalétique et de la promotion des entreprises, et la mise à niveau de la décoration urbaine pour les fêtes de fin d'année.

 

 

Dès le lendemain, les bénévoles étaient au travail, motivés et engagés, en faisant le tour de ville à la rencontre de ceux qui assurent une grande partie de la vitalité et de la notoriété giatoise.

 

LA CELLE D'AUVERGNE

11 novembre / ACPG-CATM

 

La section intercommunale des anciens combattants ACPG-CATM et veuves de combattants a commémoré l'armistice 1918 et l'hommage aux morts pour la France de tous les conflits aux côtés des municipalités et de la population devant les trois monuments aux morts de la commune de Giat, de celui de Fernoël et pour terminer celui de la Celle d'Auvergne où était associé la commune de Voingt. Cette commémoration était la dernière de la mandature municipale et selon la tradition établie localement, Henri Eberlé, président de la section, a salué l'implication des élus municipaux dans le devoir de mémoire sur le territoire avec les anciens combattants. Les communes allouent aussi une subvention à l'association, marquant leur soutien aux membres de celle-ci.

 

 

 

En reconnaissance de cet engagement, Henri Eberlé à remis la médaille d'honneur de la Fédération nationale des ACPG-CATM aux maires de Voingt et la Celle : Annie Rivet et Elisabeth Demeneix, à l'image de leurs collègues de Giat et Fernoël, et de leurs prédécesseurs, ont participé tout au long de leur mandature à l'expression du souvenir du sacrifice des combattants morts pour la patrie.

 

En conclusion des cérémonies de commémoration du 11 novembre, le président de l'association intercommunale des anciens Combattants ACPG-CATM a voulu rendre hommage au dernier ancien combattant de la Celle : Edmond Paris, décédé il y a quelques mois. Rappelant sa vie rurale depuis sa naissance à la Régeasse en 1932 qui s'est écoulée dans son village, comme agriculteur et chef d'exploitation de 1967 à 1993,  jusqu'à son départ pour l'Ehapd de Giat en 2017, Henri Eberlé a évoqué la parenthèse militaire dans cette vie pour le service en Algérie, après 18 mois passés en Allemagne (16ème RA) de 1952 à 1954, et le rappel sous les drapeaux en juin 1956. Il restera six mois à Tamanrasset,  dans le 30èmùe régiment d'infanterie, dans le sud algérien, temps de service exigé pour les rappelés.

 

 

Le président appréciait chez ce fidèle de l'association le plaisir de la conversation avec une personne qui s'intéressait à l'actualité et au monde en général, puisant ses connaissances dans la lecture et les échanges avec les autres. Edmond avait été conseiller municipal pendant le mandat 1971-1977.

 

HERMENT

11 novembre / UNC

 

Après la commémoration de l'Armistice 1918 et l'hommage rendu aux combattants morts pour la France dans les différents conflits, la cérémonie du 11 novembre s'est prolongée un instant au monuments aux morts avec des remises de médailles. Au nom de la Secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, le président de la section locale UNC-Soldats de France Jean-Marie Dumas a épinglé la Croix du combattant à deux anciens combattants de la guerre d'Algérie : Paul Vigignol et Roger Quéroux. 

 

  

 

Ensuite, en reconnaissance de son implication depuis 1971 à la tête de l'association intercommunale des anciens combattants de l'ancien canton d'Herment, pour son action qui a permis l'organisation de quatre congrès départementaux apportant de la notoriété à la commune, le maire Boris Souchal a remis la médaille  d'honneur de la ville à Jean-Marie Dumas.

 


 

SAINT-AVIT

9 novembre / Municipalité

 

Le 9 novembre restera une date importante pour les conseillers municipaux et le maire Nicolas Montpeyroux : ce jour-là est un peu celui du bilan de la mandature puisque deux inaugurations et un lancement de travaux ont été officialisés. Autour des élus communaux et d'une partie de la population, les autorités départementales étaient représentées pour un parcours des investissements engagés par la commune. En premier lieu, et déjà terminé depuis quatre ans, la salle d'activités périscolaires, à côté de l'école, a été aménagée en son temps pour répondre aux besoins créés par la loi d'aménagement des temps scolaires et le passage à la semaine de quatre jours et demi.

 

 

Cette salle sert aussi aux réunions d'associations et à des réceptions de petite envergure. Moins de 100.000 € ont été dépensés, avec un subventionnement d'Etat et du département, auquel s'ajoute une part de l'enveloppe parlementaire de la députée Christine Pirès-Beaune, soit un total d'environ 70 % pour un équipement bien utile et utilisé. Deuxième étape dans la promenade du bourg, l'église sont la première tranche de restauration vient de se terminer. Ce chantier à l'étude depuis 2010 aboutit à un projet d'un demi-million d'euros de travaux, beaucoup trop pour le budget communal. Le conseil a demandé et obtenu des subventions : 25 % de l'Etat, 30 % de la Région et 24 % du département. Le Crédit agricole via la caisse locale de Giat a donné 5.000 €, la souscription auprès de la Fondation du patrimoine, qui reste ouverte jusqu'à la fin de l'ensemble de la restauration, s'élève à ce jour à 7.000 €. La suite du chantier, pour une seconde tranche, sera à l'ordre du jour de la prochaine municipalité. Le coût de cette première tranche représente 150.000 €. Enfin, pour conclure le tour de bourg, le maire a présenté le chantier de la future mairie dans laquelle l'agence postale va s'installer : une mutualisation qui améliorera le service et sera source d'économie. Ce projet, parfois décrié dans la population, est la meilleure réponse adoptée par les élus pour faire face aux mises aux normes d'accessibilité réglementaires et améliorer les conditions d'accueil et de travail à un moindre coût : grâce aux subventions (30 % Etat, 21 % Région et 25 % Département), le reste à charge pour la commune se monte à 70.000 €, couvert par un emprunt sur 20 ans. Dans ses remerciements aux institutions, Nicolas Montpeyroux a ajouté le sénateur Jacques-Bernard Magnier qui a aidé à l'acquisition de matériels techniques pour l'entretien des espaces verts. Il a salué les architectes Christian Laporte et Pascale Cohade, les entreprises qui ont oeuvré avec compétence sur les différents chantiers, les élus qui l'ont accompagné pendant ses mandats auxquels il mettra un terme en mars prochain. Les personnalités présentes ont pris la parole pour rappeler leur soutien dans l'action locale et leur appui à la municipalité dans son dynamisme d'équipement, d'amélioration des services et l'entretien du patrimoine. Ces investissements aboutis ou engagés sont la vision de l'achèvement d'un mandat pour la conseillère départementale, la revitalisation des bourgs qu'accompagne la région , 86.000 €, rappelle Marie-Thérèse Sikora, conseillère régionale qui dit regretter la décision du maire," bon gestionnaire et bon prêcheur pour récupérer des sous". La députée a insisté sur l'engagement des maires dans la République, des bénévoles en permanence sur le pont pour servir le citoyen, indiquant le débat sur le statut de l'élu en cours au Parlement. Enfin, le sous-préfet, Olivier Maurel, a évoqué la mutualisation affichée par cette tournée de bourg de projets structurants qui préparent l'avenir, et qui dessinent aussi le portrait-robot d'un maire qui travaille.

 

GIAT

20 novembre / Municipalité


Précision : a la suite de la publication du compte-rendu du conseil municipal d'octobre dans lequel il était indiqué :"Personnel : en prévision du départ en retraite de Martine Cros, il est décidé de créer un poste d'adjoint administratif stagiaire à compter du 1er novembre", la mairie précise que le poste est pourvu et occupé par Virginie Parry.


GIAT / PAYS DES COMBRAILLES

7 novembre / Contrat local de santé

 

Depuis six mois, l'association Avenir et Santé en Combrailles est en réflexion pour le renouvellement du Contrat local de santé qui doit être validé au début 2020. En partenariat avec les trois communautés de communes du périmètre du SMADC, cinq réunions de concertations ont été organisées sur le territoire afin de recueillir les attentes et les besoins, de soulever les problématiques en matière de santé des populations. La dernière réunion s'est déroulée à Giat en novembre sous la forme d'ateliers regroupant des professionnels et des élus.

 

 

Autour de trois tables aux thèmes spécifiques du parcours de santé dès le plus jeune âge et des maladies chroniques, de  celui de la personne âgée, du soutien à l'insertion en milieu de vie ordinaire et accès aux droits communs des personnes handicapées, une vingtaine de personnes se sont penchées sur les questions pour établir un diagnostic et des préconisations sur les sujets proposés. Ceux-ci s'ajoutent à ceux traités lors des autres réunions : les inégalités territoriales sur l'accès aux soins, la coordination entre les acteurs et les opérateurs de prévention, la mobilité et les distances tant pour les professionnels que pour les patients, la prise en charge des personnes handicapées, des personnes âgées la nuit ou en sortie d'hospitalisation, la formation des personnels intervenants à domicile ou en milieu spécifique pour les personnes âgées ou les jeunes enfants, le relais médical pour la population, les problèmes de santé mentale liées aux addictions (alcool, tabac...) à la dépression (burn-out, prévention du suicide...) , au harcèlement (notamment scolaire), en enfin la communication et le bilan sur les actions en matière de santé à l'échelle des Combrailles.

 

  

 

La coordinatrice de santé, Marie-Pierre Condat, va élaborer une synthèse de ces réunions qui sera présentée à Saint-Gervais dans quelques semaines afin de tirer les grandes lignes du prochain contrat local de santé.

 

SAINT-AGNANT PRES CROCQ

5 novembre / Erasmus

 

La dauphine de Miss Beauté Limousin est aussi étudiante à l'Institut de formation  en soins infirmiers d'Ussel pour suivre un cursus d'infirmière praticienne, une nouvelle option créée dans le cadre des dernières lois sur la santé. Nadège Klein est une jeune fille curieuse de la vie, elle veut découvrir le monde, et l'envie d'aller étudier à l'étranger la titillait. Les opportunités du programme européen ERASMUS lui ont offert une chance de satisfaire ses envies. Elle aurait aimé aller au Canade, mais ce pays n'entre pas dans les nations du programme, alors elle a opté pour la Scandinavie, intéressée par les styles de vie du grand Nord. En poussant plus loin ses recherches, la Suède s'est avérée instructive parce qu'il y a moins de maladies métaboliques là-bas qu'en France. Etudier la prévention, décortiquer le mode de vie, voir les usages médicaux et les techniques liées à ce fait,  et aussi parce que les suédois sont parfaitement bilingue avec l'anglais qu'elle pratique, ont finaliser le choix. Arrivée à Stockholm à la mi-octobre, Nadège a d'abord apprécié l'accueil, la bienveillance de ses hôtes qui l'ont mise à l'aise tout de suite, s'intéressant aux conditions de son voyage. Première surprise dans les rapports avec les gens, moins de distance qu'en Creuse, on se serre dans les bras pour se dire bonjour. La culture du "cosi" se développe jusqu'à l'hôpital où les malades se retrouvent dans un univers familier : le salon commun ressemble à un salon d'une maison, avec de vrais canapés et des tables basses qui ne sont pas celles d'une salle d'attente. Côté professionnel, dans ce premier temps des cinq mois à passer en Suède, Nadège n'a pas senti le poids de la hiérarchie au niveau des postes comme en France : "c'est très agréable de travailler en équipe où la cohésion est forte, ce qui facilite la transmission des informations dans les deux sens".

 

 

L'étudiante a aussi vu une autre facette du métier : l'infirmier suédois à un rôle renforcé dans la coordination des oins, le management des équipes. Les aides-soignants, appelés littéralement "sous-infirmiers",  dans le sens hiérarchique du terme, ont des autorisations de pratiquer des soins absolument prohibés en France comme le nettoyage de sonde, la pose de postes techniques  leur rôle est plus poussé , il y a moins de cloisonnements dans la pratique qu'en France. "Je suis surprise de  ne pas avoir à faire des gestes réservés aux infirmiers chez nous". D'autres stages à venir feront découvrir l'éventail complet du métier dans différentes structures suédoises jusqu'au printemps.

En dehors de l'intégration professionnelle, Nadège a visité un peu la capitale où elle a été stupéfaite d'être dans une ville très cosmopolite, avec un brassage ethnique impressionnant, une bienveillance et une tolérance exemplaires. "Il y a des magasins d'alimentation où chaque rayon représente un pays, apportant une diversité de produits et de goûts extraordinaires!" Preuve de ce melting-pot  au travail : elle a trouvé des personnels d'origines diverses, Irak, Turquie, Philippines, Gambie, Kenya... sont représentés dans l'équipe médicale où elle est en formation.

 

CANTON DE SAINT-OURS

4 novembre / Département

 

La Commission Permanente du Conseil Départemental qui s’est réunie le 4 novembre 2019  a accordé les subventions suivantes sur le canton de Saint-Ours :

- Education : 1 092 € dans le cadre de la valorisation de l’engagement des collèges publics puydomois dans le dispositif Agricolcal63 au collège Anna-Garcin-Mayade à Pontgibaud.

- Sécurité routière : dans le cadre de la répartition et l'utilisation des recettes provenant du produit des amendes de police, 7 500 € pour la sécurisation des Girauds à Chapdes-Beauford, 5 812 € pour l’installation de garde-corps sur le Pont des Côtes et sécurisation de la voie communale du Cheix à Cisternes-la-Forêt, 2 625 € pour l’acquisition d’un radar pédagogique à Herment, 3 023 € pour la sécurisation arrêt de bus Maison Rouge à Saint-Ours les Roches, et 4 020 € pour la sécurisation du carrefour du village de Bannières et acquisition d’un radar pédagogique à Saint-Pierre le Chastel

- Fonds d'intervention communal (FIC) : 6 087 € pour la mise aux normes de bâtiments communaux à Messeix, 6 480 €  à MIremont et 27 468 € à Saint-Jacques d'Ambur pour des travaux de voirie communale.

- Eau et assainissement : à Saint-Germain près Herment,  pour la création d’une nouvelle station d’épuration des eaux usées à Montelbrut :  27 504,75  et,    22 914,15 € à Farges pour l'assainissement collectif  ; 107 280,96 € pour la construction d’un réservoir de tête de 120 m3 et la mise en place d’une unité de chloration sur le réseau d'eau potable.

- Sports : 1 500 € au « Moto club de Messeix » pour l’organisation de la Finale du Championnat de France de Moto Cross Pit Bike, le 15 septembre 2019 à Messeix.

 

CROCQ

4 novembre / Collège Georges-Nigremont

 

Le jour de la rentrée après les vacances d'automne, les 32  élèves de 3ème du collège Georges-Nigremont ont eu la visite en fin de matinée de la Présidente du Conseil Départemental Valérie Simonet et du trésorier de l'association creusoise des membres de la Légion d'honneur pour leur remettre deux documents en présence du principal Christophe Burc et du professeur d'histoire Régis Mignaton.

 

 

Depuis cinq ans, le département est associé à aux membres de la Légion d'honneur pour la publication et la distribution du recueil de témoignages de 3 résistants creusois revenus de l'enfer de Dachau, Mathausen et Buchenwald : "Mémoires de 3 Déportés creusois". Cette distribution s'accompagne d'un autre livret édité par l'association nationale :"éducation citoyenne" qui reprend les valeurs et dignes de la République française afin de les transmettre aux collégiens d'abord mais aussi grâce à eux à leur entourage et plus largement à tous les publics. "La jeunesse est au coeur de notre action" déclare Roland Colanges" qui estime qu"'il ne faut pas rater la France de demain représentée par les jeunes. Ces documents sont des outils pour former des citoyens responsables". Valérie Simonet a souligné l'exemple du Service National Universel dont une première session s'est déroulée à Felletin pour insister sur la nécessité de connaître les valeurs républicaines indispensables au bien vivre en société, avec respect et tolérance.

Le 9 novembre restera une date importante pour les conseillers municipaux et le maire Nicolas Montpeyroux : ce jour-là est un peu celui du bilan de la mandature puisque deux inaugurations et un lancement de travaux ont été officialisés. Autour des élus communaux et d'une partie de la population, les autorités départementales étaient représentées pour un parcours des investissements engagés par la commune. En premier lieu, et déjà terminé depuis quatre ans, la salle d'activités périscolaires, à côté de l'école, a été aménagée en son temps pour répondre aux besoins créés par la loi d'aménagement des temps scolaires et le passage à la semaine de quatre jours et demi. Cette salle sert aussi aux réunions d'associations et à des réceptions de petite envergure. Moins de 100.000 € ont été dépensés, avec un subventionnement d'Etat et du département, auquel s'ajoute une part de l'enveloppe parlementaire de la députée Christine Pirès-Beaune, soit un total d'environ 70 % pour un équipement bien utile et utilisé. Deuxième étape dans la promenade du bourg, l'église sont la première tranche de restauration vient de se terminer. Ce chantier à l'étude depuis 2010 aboutit à un projet d'un demi-million d'euros de travaux, beaucoup trop pour le budget communal. Le conseil a demandé et obtenu des subventions  : 25 % de l'Etat, 30 % de la Région et 24 % du département. Le Crédit agricole via la caisse locale de Giat a donné 5.000 €, la souscription auprès de la Fondation du patrimoine, qui reste ouverte jusqu'à la fin de l'ensemble de la restauration, s'élève à ce jour à 7.000 €. La suite du chantier, pour une seconde tranche, sera à l'ordre du jour de la prochaine municipalité. Le coût de cette première tranche représente 150.000 €. Enfin, pour conclure le tour de bourg, le maire a présenté le chantier de la future mairie dans laquelle l'agence postale va s'installer : une mutualisation qui améliorera le service et sera source d'économie. Ce projet, parfois décrié dans la population, est la meilleure réponse adoptée par les élus pour faire face aux mises aux normes d'accessibilité réglementaires et améliorer les conditions d'accueil et de travail  à un moindre coût : grâce aux subventions  (30 % Etat, 21 % Région et 25 % Département), le reste à charge pour la commune se monte à 70.000 €, couvert par un emprunt sur 20 ans. Dans ses remerciements aux institutions, Nicolas Montpeyroux a ajouté le sénateur Jacques-Bernard Magnier qui a aidé à l'acquisition de matériels techniques pour l'entretien des espaces verts. Il a salué les architectes Christian Laporte et  Pascale Cohade, les entreprises qui ont oeuvré avec compétence sur les différents chantiers, les élus qui l'ont accompagné pendant ses mandats auxquels il mettra un terme en mars prochain. Les personnalités présentes ont pris la parole pour rappeler leur soutien dans l'action locale et leur appui  à la municipalité dans son dynamisme d'équipement, d'amélioration des services et l'entretien du patrimoine. Ces investissements aboutis ou engagés sont la vision de l'achèvement d'un mandat pour la conseillère départementale, la revitalisation des bourgs qu'accompagne la région , 86.000 €, rappelle Marie-Thérèse Sikora, conseillère régionale qui dit regretter la décision du maire," bon gestionnaire et bon prêcheur pour récupérer des sous". La députée a insisté sur l'engagement des maires dans la République, des bénévoles en permanence sur le pont pour servir le citoyen, indiquant le débat sur le statut de l'élu en cours au Parlement. Enfin, le sous-préfet, Olivier Maurel, a évoqué  la mutualisation affichée par cette tournée de bourg de projets structurants qui préparent l'avenir, et qui dessinent aussi le portrait-robot d'un maire qui travaille.

Repas des anciens

Tortebesse - 16 novembre

Statistiques

Etat Civil Pays de Giat

 MND
20185
9
50
201781151
20166
13
66
2015111444
201410
1246
201311962

 

ANNONCES

 


LA CELLE D'AUVERGNE

13 décembre / Mairie

 

La mairie sera fermée le mardi 17 décembre et la semaine du 23 au 28 décembre.

 

GIAT

13 décembre / RIP ADP


Dans le cadre du Référendum d’Initiative Partagée contre la privatisation des Aéroports de Paris (ADP) le Collectif de Défense et de Développement des Services Publics en Combrailles se tiendra à la disposition des citoyens vendredi 13 décembre sur la foire (mairie - salle coté place du marché) pour les informer et  leur permettre de connaître les modalités d'inscription  au soutien du référendum (il est par exemple impératif de se munir de sa carte d’identité et de sa carte d’électeur).

 

SAINT-MERD LA BREUILLE

5 décembre / Faits divers


Incendie au Mazergue : info La Montagne

 

 

HERMENT

14 décembre / Sainte Barbe

 

La cérémonie de sainte Barbe en l'honneur des sapeurs-pompiers, à laquelle la population des communes dépendant du centre de secours est invitée, se déroulera le samedi 14 décembre selon le programme suivant : messe à la collégiale à 18 heures, prise d'armes et dépôt de gerbe à la caserne à 19 heures suivi des discours des autorités et de remise de médailles d'honneur, galons et diplômes aux personnels concernés (Capitaine Thierry Berger, lieutenants Christian Berger et Marc Amadon). Un vin d'honneur clôturera la manifestation. 

 

HAUTE-COMBRAILLE

26 novembre / Collecte des épaves

 

Une campagne d’élimination des épaves, sur le territoire des Combrailles, est en cours sour l'égide du SMADC, afin de débarrasser les épaves de voitures, véhicules et matériels agricoles, à titre gratuit. Les personnes ayant des épaves à collecter doivent se faire connaître en mairie où seront données les modalités et conditions d'enlèvement. La collecte est programmée début janvier, il est encore temps de prendre contact rapidement avec la mairie pour ceux qui sont concernés.

 

GIAT

28 octobre / Enquête logement

 

Le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales réalise  au quatrième trimestre 2019 et pendant l'année 2020 une enquête sur le logement en France métropolitaine. L'enquête a pour objectif d'avoir une photographie complète précise du parc de logements et de ses conditions d'occupation : indicateur sur la qualité de l'habitat ; part des dépenses de logement dans le budget des ménages, etc... Dans la commune, quelques logements seront sollicités. Un enquêteur de la société IPSOS chargé' d'interroger les ménages occupant ces logements  prendra contact avec certains d'entre vous. Il sera muni d'une carte officielle  l'accréditant.

Pour toute information complémentaire : www.enquete-logement2020.fr - 0800.970.674 et en mairie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                            Date d’édition : 18 mai 2018          

                                                                                                 Date de la manifestation :

A l'occasion du départ en retraite après plus de 41 années de fonction d'Eliane Villatelle, secrétaire de mairie, la mairie invite la population à participer à un moment de convivialité le vendredi 26 octobre à partir de 19 heures à la salle des fêtes.

Le Conseil départemental informe les usagers de la route départementale 204 (Herment- Crocq)  que des travaux de renouvellement de chaussée vont être réalisés sur celle-ci (PR31+867 à 32+683) et au carrefour avec la RD 13 (La Celle-Flayat) dit  carrefour Tartière, en traverse de Giat.

Ces travaux seront réalisés sous route barrée, du mercredi 22 au jeudi 23 mai. Des déviations seront mises en place par les services du Conseil départemental, à l’attention des automobilistes et poids lourds. Le stationnement sera interdit de chaque côté de la RD204 dans l'emprise du chantier.

Les usagers sont invités à adapter leur itinéraire durant cette période et à respecter la signalisation mise en place. Cette opération, entièrement financée par le Conseil départemental, représente un coût de 44.000 €. La maîtrise d’œuvre est effectuée par la Division Routière Départementale Combrailles - Renseignements au : 04.73.79.79.69. Automobilistes, pour votre sécurité et celle des travailleurs du chantier, soyez particulièrement attentifs à la signalisation mise en place !

Il a été constaté des dégâts causés par des chiens en divagation , aussi le maire rappelle aux propriétaires  qu’il est interdit de laisser divaguer leurs animaux (article L211-19-1  du code rural) : les contrevenants sont passibles d'une ’amende (jusqu'à 150 €). Tout chien errant sera récupéré et amené à la fourrière. Les frais seront à la charge du propriétaire.

Un arrêté municipal réglementant la circulation depuis le 30 septembre interdit la circulation de tous les véhicules sur la voie passant devant l'église, c'est-à-dire la voie communale n°6 partant du bâtiment anciennement Salon de Coiffure à l’embranchement de la voirie communale n°7 afin de faciliter l’accès des véhicules des entreprises pour les travaux de l’Eglise jusqu’à la fin de ceux-ci.

La mairie et l'agence postale seront fermées mardi 22 et mercredi 23 octobre l'après-midi, vendredi 25 et samedi 26  octobre toute la journée.

Repas du CCAS  à Saint-Avit

le 24 novembre

 

Repas du CCAS

Giat - 17 novembre

e

OCTOBRE

CONDAT EN COMBRAILLE

29 octobre / Commune


Créé dans le courant de l'année après la démolition de bâtiments anciens en ruine repris par la commune derrière la mairie, un parking a été aménagé dernièrement apportant un supplément de places pour se garer facilement et en sécurité. Si le stationnement occupe la partie autrefois bâtie, il reste une grande parcelle herbagée entre la route et celui-ci d'où la décision du conseil municipal d'en aménager la partie la plus proche du parking. L'idée est d'arborer les abords du parking, non pas pour l'ombre qu'il pourrait y avoir le matin, mais plus un aménagement paysager harmonieux qui valorise le quartier.

 

   

 

Le 29 octobre, c'était journée citoyenne pour faire ce travail car en plus de l'employé municipal, le maire, quelques conseillers sachant manier la pioche, la pelle et même sa pelleteuse pour l'un d'entre-eux qui apportait ainsi une aide mécanique appréciable, et des habitants impliqués dans la vie communale ont pris de leur temps pour travailler gracieusement pour la commune. La gestion dans les petites communes (qui coûtent chères selon certains experts)  est aussi affaire de bénévolat républicain. Des plantes florales, des arbustes et quatorze pommiers ont été mis en terre maintenant que la pluie est revenue mouiller les terres, ce qui devrait faciliter l'enracinement et au printemps, les premiers bourgeons devraient égayer le site. 

 

 

HAUTE COMBRAILLE VOLCANS

26 octobre / Santé - CPTS


Bien que créées en 2016 par la loi Touraine, les Communautés professionnelles territoriale de santé (CPTS) sont encore à un stade embryonnaire, il devrait s'en créer un millier d'ici 2022. Depuis quelques mois, une CPTS a vu le jour sur le territoire de Haute Combraille, comprenant une quarantaine de communes (1) regroupant plus de 18.000 habitants. Ce territoire compte vingt médecins généralistes, dix-neuf masseurs-kinésithérapeutes, huit pharmacies, douze dentistes, deux orthophonistes, quatre sages-femmes, et une densité d'infirmières libérales de 2,5 pour 1.000 habitants. Les communautés ont pour objectif de concourir à l'amélioration de la prise en charge des patients dans un souci de continuité ,de cohérence, de qualité et de sécurité des services de santé, par une meilleure coordination des acteurs qui la composent. Pour cela, un projet de santé est mis en place, il a été validé au mois d'octobre au cours d'une assemblée générale présidée par le docteur Etienne Deslandes (médecin généraliste en projet d'installation à la MSP de Pontaumur dès son ouverture). Trois axes vont être développés : la gestion des soins non programmés (consultations sans rendez-vous) et développement de la télémédecine, la communication entre les professionnels, le meilleur accès au soins avec la coordination des sorties d'hospitalisation qui nécessite la création d'un emploi spécifique (cadre de santé ambulatoire coordinateur) . L'ambition est de dépasser les limites du fonctionnement de chacune des maisons de santé plurisiciplinaires (Pontgibaud et Pôle de santé de Haute-Combraille). La sortie d'hospitalisation a été identifiée comme principal point de rupture dans le parcours de santé des patients, il convient de mettre en place les moyens dune démarche d'anticipation du retour au domicile en coordonnant les acteurs (soins et aide à domicile du secteur social) devant intervenir dans le processus post-hôpital, avec la meilleure efficacité et efficience souhaitables (orientation vers le bon interlocuteur). A tout cela s'ajoute des actions de prévention dont la CPTS pourrait porter des projets et d'abord relayer celles qui existent ou en réflexion. L'accompagnement des professionnels de santé sur le territoire est déjà développé en Combrailles avec le Contrat local de santé porté par l'association Avenir Santé Combrailles et le SMADC et sa coordinatrice de santé Marie-Pierre Condat pour promouvoir et faciliter l'installation de futurs professionnels en partenariat avec ceux installés : la CPTS permettra de renforcer ces actions. Dix-huit mois ont été un temps estimé pour mettre en oeuvre ce projet de santé, une fois les missions établies.

 

(1) les communes des anciens cantons de Pontaumur et d'Herment (sauf Tortebesse et Saint-Germain), de Pontgibaud, Saint-Pierre le Chastel, Chapdes-Beaufort, La Goutelle, Bromont-Lamothe, Saint-Jacques d’Ambur, Montfermy, Cisternes la Forêt, Saint-Ours, Les Ancizes, Saint-Georges de mons, Gelles,  Flayat, Saint-Agnant près Crocq, Mérinchal, Charensat, Dontreix, Saint-Merd-la-Breuille.

 

 

SAINT-AGNANT PRES CROCQ

26 octobre / Municipalité

 

Comme chaque année pour les congés de Toussaint, le maire de la commune invite les habitants à participer à une manifestation communale de rencontre avec les élus, une sorte de cérémonie de voeux en avance. Cette date a l'avantage d'associer les propriétaires des résidences secondaires à la vie locale alors qu'en janvier, ils ne seraient pas présents. Une centaine de personnes sont venues écouter Jean-Paul Welzer faire le bilan de la gestion municipale depuis un an.

 

 

La bonne nouvelle, c'est l'arrivée de 14 nouveaux habitants . Reprenant la chronologie des évènements, le maire a évoqué l'épisode neigeux d'il y a un an avec les conséquences des branches tombés sur la voirie, sur les câbles des réseaux avec des problèmes de circulation,  téléphonie, électricité et eau à résoudre. S'ajoutant à cela, les problèmes de la sécheresse, il y a de quoi agacer les élus quand les services de l'Etat, et les entreprises de service ne percutent pas à améliorer les situations. Il a fallu un "coup de gueule" médiatisé pour qu'Orange intervienne sur la commune pour solutionner 35 défauts en six jours ! Rappelant que l'élagage est de la responsabilité des riverains des voies communales et des lignes téléphoniques, bientôt aussi des lignes électriques, le maire a donné un coût de 35.000 € à charge du contribuable pour faire les travaux à la place des propriétaires, indiquant qu'un forfait leur sera appliqué si la commune fait leur travail.

 

 

Après ce rappel à l'ordre, une autre bonne nouvelle a soulagé l'auditoire : le relais poste va rouvrir à la mi-novembre au restaurant repris depuis cet été par les époux Soucasse. Arguant sur les inepties des réformes territoriales inefficaces et coûteuses, le maire a aussi déclaré que "les maires n'étaient pas demandeur de plus d'indemnités, prises sur le budget communal, mais de plus de moyens pour les communes". Il a décliné ensuite sur la nécessité de fusionner des communes, mais en concertation et consultations : la mutualisation de certains travaux a montré une réelle efficacité.

 

 

Cela étant dit, Jean-Paul Welzer a conclu en soulignant que des élections municipales auraient lieu en 2020 : "la fonction de maire est un temps complet avec l'emprise de la communauté de commune et les obligations administratives, retombées de réformes  décidées en haut, s'ajutant à la gestion quotidienne de la commune, ce qui demande d'avoir une équipe disponible avec des gens disponibles. Je suis un retraité qui voudrait profiter aussi de sa retraite;" Laissant le public à la méditation sans dire s'il serait candidat à sa succession, le maire  l'a invité à un moment de convivialité riche en discussions.

 

GIAT

26 octobre / Foire

 

La halle de marché,; généralement peu occupée les jours de foire;, était bien garnie pour celle du 26 octobre. L'association des parents d'élèves y avait installé sa bourse aux jouets et vêtements qui offrait de bonnes affaires aux visiteurs dont certains ne se sont pas privés.

 

  

 

En dehors de la halle, la foire des vacances de toussaint est un rendez-vous annuel pour l'exposition et la vente des fleurs de la saison. Sur plusieurs mètres carrés, les chrysanthèmes de toutes sortes, les bruyères colorées, et autres plantes vues dans les cimetières donnaient au foirail un aspect de mosaïque multicolore qui brillait sous le soleil. A côtés des étals habituels, il en manquait quelques-uns, les nombreux marchands de fromage tiraient leur épingle du jeu, comme ceux des fruits et légumes qui font la réputation actuelle des foires.

 

  

 

On notait parmi les exposants un nouveau venu, jeune agriculteur de Sauvagnat, qui proposait à la vente ses premiers fromages produits à la ferme : la vente directe est une solution d'amélioration du revenu avec un goût authentique qui rappelle celui des tables paysannes d'une autre époque. Voilà une des raisons qui donnent à la foire de Giat sa raison d'être et de durer : le lien entre le producteur et le consommateur.

 

GIAT

22 octobre / CCAS

 

Sur le thème " Détente et mobilité corporelle, le bien-être par le mouvement et la relaxation ", proposé par le CCAS en lien avec le club de l'Amitié, des séances hebdomadaires d'actions de prévention santé  ont eu lieu chaque mardi depuis la fin septembre au chalet du club.  Pendant deux heures, sous la direction d'une psychomotricienne de l'association Brain'up, une dizaine de femmes (les hommes sont en pleine forme...) s'est pliée aux exercices alliant mouvements corporels et  techniques de relaxation bénéfique au bien-être mental et le degré d'autonomie des personnes âgées.

 

 

Découvrir et  s'initier à certaines techniques de relaxation et de détente physique en toute convivialité et dans la bonne humeur était  au centre de cette opération dont les objectifs doivent améliorer la vie quotidienne des participantes : savoir mieux gérer les émotions et le stress de certaines situations au quotidien ; favoriser un état de bien-être corporel ; renforcer le lien social et valoriser l'estime de soi. Ces séances permettent aussi d'avoir une occasion supplémentaire de se retrouver et de rompre un certain isolement.

 

GIAT

17 octobre / Ecole Simone-Veil

 

A l'école Simone-Veil, le projet d'école est placé sous le signe d'un  voyage autour du Monde qui a  conduit les élèves à la rencontre de spécialités culinaires de différents continents pendant la semaine du goût. Ainsi, chaque classe a élaboré une recette avec l'aide précieuse et efficace de la cheffe du restaurant scolaire Laurence Pomparat. A tour de rôle, investissant la cantine, parés de leurs habits de cuisinier de circonstance, et afin de respecter les règles d'hygiène, les groupes ont réalisé les recettes qu'ils avaient choisies. En amont,  Laurence s'était organisé pour les commandes afin d'avoir tous les ingrédients souhaités ,Dans le réfectoire, une fois les ateliers préparés (matériel, récipients, ingrédients), le travail a pu commencer.

 

 

Pour la classe des maternelles et CE1 de Séverine Morel , c'était un gaspacho d'Espagne à base de carottes, tomates et oignons, accompagné de ses tartines grillées, pour la classe des CP / CE2 de Carine Payard, des hamburgers et des "potatoes" des USA, et pour la classe des CM d'Aurélie Colombier , un dessert brésilien à base de noix de coco: des quindins, avec ses brochettes de fruits.

 

 

Le lendemain, tous ensemble, les écoliers et les personnels ont savouré et échangé autour de ces plats, découvert de nouvelles saveurs, appris les règles d'hygiène au sein de la cantine, partagé et pris conscience du travail de la cuisinière. Un grand moment de convivialité où enfants et adultes de l'école se sont retrouvés avant de partir pour les vacances de Toussaint.

 

CROCQ

16 octobre / Economie

 

Avant que de voir le jour, le projet de la Fondation Chapal a déjà commencé à se mettre en place sur le site des anciennes usines de traitement des peaux construites il y un demi-siècle au pied de la ville de Crocq. Elles accueillaient alors plusieurs centaines d'employés. Les années 80 et la mondialisation ont eu raison du site industriel pour n'y laisser qu'une petite unité de production de vêtements en cuir de luxe qui emploie une quinzaine de personnes.

Dans le projet de restructuration du site, il y a la création d'un espace muséographique sur le thème de l'automobile de prestige et bien avant son ouverture, un atelier de restauration d'automobiles de collection s'est installé sur le site, avec l'arrivée de Julien Capoulade, occupant une petite partie de l'imposante surface bâtie. Julien est originaire de l'Aveyron, son père était un ami de Pierre Bardinon : la rencontre avec Jean-François Bardinon à l'initiative du projet Chapal et son amour des belles mécaniques l'ont convaincu de venir à Crocq pour développer son talent de mécanicien haut de gamme.

Ce talent, Julien l'a acquis au cours d'un carrière débutée par une formation  au GARAC, l'école nationale des professions de l'automobile, en région parisienne avant d'intégrer un atelier spécialisé de voitures exceptionnelles, en Angleterre du côte de Norfolk. Fin 2005, il revient sur le continent et travaille quatre ans en Suisse sur des voitures américaines sportives type GT40, Cobra, Mustang. Au bout de ces expériences riches de savoir sur la mécanique des plus beaux modèles de l'histoire de l'automobile, passionné de ceux des années 1950-1960, Julien se met à son compte en auto-entrepreneur en Aveyron dès 2010, puis à Montreuil et enfin à Crocq en 2016. Jean-François Bardinon avait le désir d'avoir un atelier sur le site où il veut implanter un musée de l'automobile et sur un coup de tête, Julien accepte la proposition qu'il ne regrette pas.

Car il a du travail, et il restaure, répare, remet en état des voitures sportives d'avant 1970, telles ces Ferrari de 1961 et 1966 confiées par un même collectionneur  ou ces Jaguar  passées entre ces mains. Les finitions de la carrosserie sont sous-traitées à la carrosserie Giat à Saint-Avit (63), à quelques kilomètres de là. 

 

 

Actuellement, il est affairé sur une Lola T70 MK III de 1967. Un modèle qui ne parle pas au premier venu mais qui est un mythe dans le monde des passionnés, et ce qui est rare pour une voiture de course, elle est homologuée "route". Très peu d'exemplaires ont été construits, celui présent dans l'atelier est le deuxième d'une série de 12, il appartenait à l'écurie de Sid Taylor en 1967 au moment de sa participation à l'unique course des 12 heures de Reims. Cette voiture a une histoire : rachetée en Allemagne en 1975, elle gagne la Suède par la route. Elle sera démontée en 1978 jusqu'à ce qu'un vendeur de voitures de Lille en devienne propriétaire. En l'état, elle est livrée à Crocq pour être remise dans sa configuration d'origine et être présentée à l'exposition Rétro Mobile en février 2020.

Cet exemple démontre la passion de Julien, véritable artiste de la mécanique, capable de démonter entièrement une voiture pour vérifier chaque pièce, chaque écrou et la remonter afin qu'elle roule en toute sécurité : les modèles exposés dans le futur musée seront en état de marche, comme le veulent les collectionneurs et clients de Julien.

 


Pour faire face aux commandes, un premier emploi a été créé mais le recrutement est difficile, comme dans tout le secteur. Le garage classique du bourg a fermé il y a quelques mois faute de trouver des mécaniciens. L'aboutissement du projet de la Fondation Chapal devrait amener d'autres commandes, comme d'autres emplois sur le site : un nouveau souffle pour l'économie locale.

 

Contact : Julien Capoulade Classic, route de Clermont, 23260 Crocq - 05.55.66.83.21

 

HAUTE-COMBRAILLE

15 octobre / Faits divers

 

En milieu de mois, une bande de malfaiteurs a sévit sur le territoire en volant un véhicule 4X4 sur la commune du Montel de Gelat qui a été retrouvé brûlé vers Volvic , visitant l'atelier municipal de Saint-Avit, l'agence postale de Condat-en-Combraille où le coffre-fort a été descellé et emmené avec son contenu (le système d'encrage  ayant fonctionné, les billets de banque sont difficilement utilisables), et l'atelier municipal de Miremont. La gendarmerie dirige l'enquête pour retrouver les délinquants.

 

GIAT

15 octobre / Municipalité


Le conseil municipal s'est réuni pour une assemblée riche de petits dossiers aux sujets variés.

Personnel : en prévision du départ en retraite de Martine Cros, il est décidé de créer un poste d'adjoint administratif stagiaire à compter du 1er novembre.

Plan local d'urbanisme : il est définitivement adopté après  avoir supprimé une indication incompatible avec la loi Montagne, le droit de préemption urbain a été mis à jour pour les nouvelles zones concernés.

Travaux : des réfections de cloisons sont à ajouter aux travaux de rénovation du snack-bar de la Ramade et nécessitent une variante aux marchés.

 

 

Il est décidé de déposer un dossier DETR pour un changement de fenêtres à l'école. Un dossier de subventionnement par les amendes de police va être déposé pour un aménagement de sécurité pour les piétons.

Foncier : le conseil donne son accord pour la vente de parcelles sectionnales à différents propriétaires riverains.

Divers : une aide de 400 € a été accordée à une étudiante pour un projet de stage et mission au Vietnam ; la commune accepte de participer au financement de la piscine pour les écoliers de la commune ; les droits de place récoltés pour la fête, soit 1.510 €, vont être reversés au Comité des fêtes ; le conseil donne son accord à la dématérialisation des actes administratifs (transfert numérisé des délibérations vers les  services de l'Etat) ; il est demandé de promouvoir la recherche de bénévoles pour tenir les permanences de la bibliothèque.

 

SAINT-AVIT

14 octobre / Municipalité

 

L'église romane, dont l'origine remonte au XIIème siècle subit des travaux de restauration depuis quelques mois. La municipalité a lancé une première phase dont on voit l'aboutissement : l'abri du sonneur a été refait, les pierres du pignon ouest ont été rejointés de manière à laisser respirer le mur et améliorer l'assainissement de l'intérieur qui s'abîmait à cause d'un surplus d'humidité. Le montant de cette première partie de la restauration s'élève à plus de 120.000 €, subventionné par l'État,  la Région et le Département. En accord avec l'architecte et les entreprises, les élus ont décidé d'ajouter le mur d'entrée et du contrefort de la porte à la restauration entreprise en ce moment, ce qui ajoute de la dépense à cette première tranche entièrement à la charge de la commune.

 

 

Aussi, l'appel aux dons lancé dans le cadre d'une souscription en partenariat avec la Fondation du Patrimoine est remis à l'ordre du jour : la sauvegarde du patrimoine est l'affaire de tous, habitants, paroissiens, et tous ceux qui sont attachés à l'église communale par leurs origines, leurs familles, leurs propres histoires. Les dons recueillis peuvent permettre des réductions d'impôt sur le revenu ou de l'ISF pour les particuliers, et de l'impôt sur les sociétés pour les entreprises. Des formulaires de versement sont disponibles en mairie, les dons peuvent être effectués par Internet sur le site de la Fondation du Patrimoine : www.fondation-patrimoine.org\44075. Renseignements complémentaires auprès de la mairie : 04.73.79.01.35 - mairie.st.avit@wanadoo.fr

 

HERMENT

13 octobre / Paroisse


Traditionnellement, la fête de la paroisse Saint-Benoît sur Sioulet-Volcans se déroule en octobre dans une des grandes églises de son vaste territoire. Le 12 octobre, la collégiale accueillait plusieurs centaines de croyants venus assister à la messe solennelle célébrée par le Père Jean-Marc Couhert, curé de la paroisse, assisté du Père Philippe Casanova et du diacre José Alvès.

 

 

L'office religieux, plein de ferveur, mettait l'accent sur la jeunesse : les enfants étaient invités à prendre part intensément à certaines parties de la célébration. A la sortie de l'église, des questionnaires sur le thème de "quelle Eglise vouons-nous bâtir ensemble pour la paroisse" étaient distribués aux fidèles amenés à apporter, par leurs réponses, un diagnostic de la communauté paroissiale*. Après la cérémonie, une grande partie de l'assemblée s'est retrouvée dans le parc de la collégiale pour un moment de convivialité autour d'un verre de l'amitié offert par la municipalité.

Plus d'informations sur la paroisse, les horaires et lieux des offices, sur Internet : https://paroissesaintbenoitsursiouletvolcans.fr.

 

GIAT

12 octobre / Collège de la Salle

 

Trois mois quasiment ont passé depuis les épreuves du brevet des collèges et les diplômes sont arrivés au collège ,Jean-Baptiste de la Salle. Le 12 octobre, le directeur Laurent Chambas avait invité les anciens collégiens à revenir dans l'établissement récupérer le précieux document, un premier diplôme que presque  tous ont décroché.

 

 

Avec 84 % de réussite à l'examen et beaucoup de mentions,  le petit collège giatois démontre une certaine réussite de l'enseignement dispensé dans ses murs allié à un environnement favorable grâce à une équipe éducative et au personnel technique et administratif impliqués fortement dans la vie de l'établissement. Le directeur, et les deux professeurs présents à la remise, fiers de leurs anciens élèves, leur ont souhaité une belle poursuite dans leurs apprentissages après le collège.

 

VERNEUGHEOL

10 octobre / Ecole

 

Dans le cadre de la semaine du goût, l'institutrice de la classe des cours moyen du RPI Hermentè-Verneugheol a gardé une journée, le jeudi, pour la dédiée à l'alimentation. Lise Tissandier, aidée de la diététicienne Anabelle Allecio, a proposé à ses élèves une suite pédagogique pour leur faire appréhender les notions liées à la nourriture. Tout d'abord, ils ont étudié la pyramide alimentaire , une façon de visualisé les grands groupes nutritionnels qui servent de base à l'alimentation.

 

 

Cela a été aussi une raison de se rappeler les principes de la digestion vus en classe précédemment et d'aborder la notion de régime équilibré. Après-midi, une séance pratique sur le goût a porté à la connaissance des enfants des fruits exotiques qu'ils n'ont pas l'habitude de voir et pour certains de n'avoir jamais goûté, ce qui est aussi valable pour la maîtresse. Mangoustan, papaye, fruit de la passion, grenade, melon à corne (ou mélano), anone, mague, pitaya ou fruit du dragon, ramboutan ont été présentés au regard avant d'être coupés pour voir des intérieurs pulpeux parfois colorés vivement, et enfin être goûtés avec plus ou moins de bonheur selon chacun. En fin de séance, une session de smoothies a permis de fabriquer des jus de fruits concentrés goûteux à souhait que tous ont très appréciés.

 

GIAT - CHAVANON C0MBRAILLES ET VOLCANS

9 octobre / MSAP

 

 L'opération "portes ouvertes" des MSAP (maison de services au public" de la communauté de communes Chavanon Combrailles et volcans avait sa version locale à celle de la mairie de Giat, comme dans chacune des trois autres unités installées dans les locaux communautaires. Une exposition sur les femmes dans la société prêtée par le conseil départemental était soumise au regard des visiteurs de la mairie sous forme de panneaux déclinant cette place (vie politique, monde du travail, enseignement, vie de couple, avec leur corps, mouvements féministes, figure du féminisme, recours aux associations). Le premier jour de cette semaine dédiée, une animation au maniement de l'informatique était proposée et animée par Cécile Cortot, référente informatique de la Comcom : elle a accompagnée plusieurs personnes à l'utilisation d'un ordinateur et de logiciels de bureautique.

 

  

 

Mercredi matin, des représentantes de la Mission locale pour l'emploi étaient là pour prodiguer des conseils aux demandeurs d'emploi, les aiguiller dans leurs démarches et aussi aider les employeurs dans leur soucis de recrutement notamment. Cette semaine a montré l'utilité de ces instances de proximité de plus en plus utilisées par les usagers qui permettent d'être accompagné pour entrer en contact avec divers organismes, d'avoir accès aux outils numériques et de communication digitale de plus en plus rendus obligatoires par les administrations, de ne pas être isolé et coupé de l'évolution des services de l'Etat, des institutions sociales, et même d'entreprises de services privées. Dans quelques mois, les MSAP deviendront "Maison France Services", un intitulé derrière lequel se trouve "un réseau pour rapprocher les services publics au plus près des citoyens en collaboration avec les collectivités locales" selon les termes du gouvernement. 

 

CONDAT EN COMBRAILLE

8 octobre / Ecole


Dans le cadre de la semaine du goût, les écoliers condatois ont bénéficié de l'invitation d'un chef cuisinier de la ferme de Tonine pour découvrir l'univers de la cuisine. Avant de passer au travail de restaurant, Laurent Faure a fait visiter sa basse-cour impressionnante par les nombreuses espèces de poules d'ornement, dont certaines pondent des œufs bleus, une drôle de surprise pour les enfants. Ils ont aussi pu caresser les poneys et un cochon bien sympathique. Après cette récréation , dans la salle du restaurant, entièrement dédiée aux enfants ce jour-là, place aux choses gourmandes.

 

 

Le chef avait préparé une sélection d'algues, de fleurs comestibles et de pousses de divers légumes que les enfants ont goûté bien volontiers en commentant leurs ressentis : la plante à huitre et son fort goût d'eau de mer, les pousses de poireaux qui malgré leur toute petite taille ont un goût très concentré. Mais les favoris à l'unanimité ont été les boutons "apple blossom" au goût acidulé de pomme. L'après-midi s'est terminé dans un moment joyeux autour d'un bon gâteau au chocolat et de pommes séchées accompagnés de jus de fruits préparés par le chef : un délice !

 

SAINT-AVIT

7 octobre / Ecole maternelle


Dans le cadre de la semaine du goût, les enfants de l'école maternelle, et la maîtresse Nathalie Bounioux,  ont fait comme leurs aînés de l'école élémentaire de Condat : ils se sont rendus à la ferme de Taunine, reçus par un chef de cuisine Laurent Faure. Dans un premier temps, ils se sont arrêtés dans la basse-cour. Les enfants n'avaient jamais vu autant de sortes de volailles différentes, les petits yeux étaient grands ouverts et très impressionnés devant tant de diversités.

 

 

Ensuite, à l'intérieur du restaurant, les écoliers se sont prêtés au jeu des saveurs assez expérimentale pour les jeunes palais. Un  jeu décliné de la mer à la terre : de la salicorne à la plante à huître,  de la salade iodée, à  la carotte crue en passant par les fleurs, la nature a révélé des goûts inhabituels. Pour revenir à des valeurs sûres, le chef avait préparé des choux à la crème , très bien adaptés aux jeunes papilles. Cette découverte gustative est un enrichissement des savoirs qui préparent bien les petits enfants à oser goûter et décupler les plaisirs de la cuisine.

 

VILLOSSANGES

3 octobre / Conseil municipal

 

Le conseil municipal s'est réuni pour faire notamment le point sur les dossiers en cours.

Eglise : les travaux sont terminés. Une messe pour l’inauguration est prévue le 28 décembre à 17 heures. Le montant des travaux s'élève à 93.141 € TTC avec des subventions régionales de 27.901 € et départementales de 25.381 €, la compensation de la TVA se monte à 15.279 €. Il reste à charge de la commune 24.580 € (26,39 %).

Gites : les travaux sont commencés, les réunions de chantier seront les mercredis à 14 h 15.

Voirie : le chantier concerne les voies de la croix Sainte-Anne à la Croix des poubelles, aux Breux, la route d’Auteroche à la scierie. Un devis a était demandé à l’entreprise ANIORTE pour la pose de bordure rue du Lavoir pour un montant 9.435 € TTC. Un avenant sera établi pour ces travaux supplémentaires.

Taxe d’aménagement : établie sur la construction, la reconstruction et l’agrandissement des bâtiments et tout aménagement nécessitant une autorisation d’urbanisme, elle est partagée entre . le département et la commune. La part communale reste fixée au taux de 1 %.

Questions diverses :
Le tableau numérique de l’école est réparé par POB RUN pour un montant de 349,36 € ; une live-box est installée à la salle des fêtes pour permettre la diffusion de spectacles en direct. La prochaine manifestation aura lieu le 31 octobre avec la retransmission en direct du café-théâtre « Défonce de rire » d’une pièce de théâtre « Chair de poule » ; les travaux sur les cours d’eau étant réglementés, les administrés doivent faire une demande de travaux auprès de la police de l’eau ; le dossier de demande de modification de l'orthographe du nom "Villossanges" (avec deux s) est en cours d’instruction au ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités qui doit rendre son avis ; le CCAS se réunira le 12 novembre prochain. Le repas des anciens du CCAS aura lieu le 11 décembre ; les employés communaux participent au broyage à Pontaumur 1 fois par trimestre. Le SICTOM étudie une remise sur redevance pour les communes participant activement à cette action ;  Jean-Pierre Mourton et Laurent Battut font état du projet de fusion des SICTOM de Pontaumur-Pontgibaud et des Combrailles  : une vigilance est appelée sur la question de la représentativité et des conséquences sur le financement du futur syndicat, la REOM des communes et des impactes éventuels sur la REOM des habitants.

 

CANTON DE SAINT-OURS

7 octobre / Conseil départemental

 

La Commission Permanente du Conseil Départemental qui s’est réunie le 7 octobre 2019  a accordé les subventions suivantes sur le canton de Saint-Ours.

  • Education : Dotation Globale de Fonctionnement et dotation spécifique service restauration et hébergement : 36 626 € et 17 734 € au collège Willy-Mabrut à Bourg-Lastic, 66 408 € et 19 413 €  (plus 1 000 € pour remplacer le compresseur de l’armoire froide) au collège Pierre-Gironnet à Pontaumur, 82 570 € et 15 043 € au collège Anna-Garcin-Mayade à Pontgibaud.
  • Eau et assainissement : 13 203 € pour la sécurisation de l’alimentation en eau potable du bourg à partir du réservoir de Chanonet à Briffons ; 200 000 € au SIAEP Sioule et Morge pour la construction d’une nouvelle usine de pompage sur la commune au lieu-dit Peschadoires (tranche 2). 
  • Voirie : fonds d'intervention communal (FIC), 21 688 € à Bromont-Lamothe, 8 052 € à Fernoël, 19 882 € au Montel-de-Gelat, 41 285 € au Puy-Saint-Gulmier, 28 242 € à Villossanges.  
  • Equipement : 8 000 € pour l’acquisition d’une saleuse à Giat.
  •   Bâtiments : 20 654 € pour des travaux d’accessibilité mairie-école (FIC) à Pulvérières, 8 000 € à la Communauté de communes Chavanon Combrailles et Volcans pour l’acquisition et la réhabilitation d’un logement locatif social PLUS sur la commune de Saint-Avit.
  •  Culture : 2 000 € à l'association  « L’ Heure du Conte » à Pontaumur.
  •  Agriculture : aide aux agriculteurs, 3 491  € pour l’achat d’un chauffe-eau solaire, soutien à l’autonomie énergétique des exploitations agricoles à Saint-Julien Puy Lavèze, 2 232  € pour l’installation de deux parcs de contention au Montel de Gelat, 6 202  € pour la construction d’un bâtiment destiné au stockage de fourrage à Chapdes-Beaufort).
  •  Sylviculture : 400 € pour le soutien à la restructuration, foncière forestière à un propriétaire de Giat.

 

SAUVAGNAT PRES HERMENT

6 octobre / Anniversaire

 

Jean-Marie Dumas est une figure locale très connue pour sa capacité à rassembler et réunir les gens. Il est aussi le président emblématique de l'association des anciens combattants du secteur. Cependant, la maladie a affaibli cet homme plein d'énergie et depuis quelques mois il a perdu l'usage des jambes, u handicap difficile à supporter. Jean-Marie viens d'avoir 80 ans et quand il a fêté ses 75 ans, il avait promis d'organiser une fête à la hauteur de l'évènement, une promesse compromise dont il avait fait son deuil pour les raisons expliquées plus haut.

 

 

Mais c'était sans compter sans sa famille et ses amis proches qui lui ont réservé la surprise d'être réunis à la salle des fêtes le 6 octobre. sous un prétexte anodin, on est venu le chercher un  peu avant midi et c'est en arrivant dans la salle des fêtes qu'il a compris, non sans émotion, qu'une fête en son honneur l'attendait. Cela aura été une belle journée mémorable, qui aura été une éclaircie bienvenue et bienheureuse dans ces temps où la jeunesse s'en est allée.  

 

SAINT-AGNANT PRES CROCQ

4 octobre / Vendanges


Bien que le réchauffement climatique n'est rien à voir dans l'affaire, les invités aux vendanges à Gourd n'ont pu s'empêcher d'y penser. Et pour cause, la vigne n'est pas une culture ordinaire sur la commune de Saint-Agnant même si on peut voir ici et là des pieds de vigne plantés en façade de maisons bien orientées, plus comme ornementation que culture. Le défi de planter des ceps de vigne pour en tirer du raisin et faire du vin a été relevé par Jan van den Broek, un artiste peintre originaire des Pays-Bas installé ici depuis quelques années.

 

 

 

Sur un lopin de terre à proximité de sa maison, bien à l'abri d'une haie fournie en noisetiers qui ceint la parcelle, plusieurs dizaine de ceps "Régent", une variété hybride destinée aux pays nordiques, ont donné un belle production malgré un coup de gel inattendu début septembre. Depuis, abrité par des voilages, le raisin a pu mûrir convenablement. Grâce à un outil mécanique, la production a été écrasée, une opération de foulage qui précède celle du pressage dans quelques jours. Le 4 octobre, les participants à ces vendanges ont goûté le vin issu des vendanges de l'année dernière : un petit vin sans prétention mais bien gouleyant, une bonne surprise appréciée de tous. Baptisé "vin des côteaux de la chapelle saint Michel", issu de raison produit sans additifs, ni pesticides et autres intrants artificiels ou chimiques, ce breuvage est réservé aux amis du producteur dans une quantité limitée.

 

GIAT

2 octobre / SICTOM

 

A l'occasion de la dernière foire, comme cela a été le cas aussi à Pontgibaud le 19 septembre le SICTOM Pontaumur-Pontgibaud a animé un stand d’information et de sensibilisation au tri. Des visiteurs se sont ouverts à la discussion sur les bonnes pratiques du tri interloqués à la vue des déchets  exposés sur une bâche. Les deux ambassadrices du tri ont expliqués le principe de cette animation. Une poubelle à couvercle jaune est vidée et retriée pour montrer les erreurs de tri les plus courantes : des emballages en plastique souple comme des barquettes et des pots de yaourt, paquet de chips ou encore une bouteille de verre.

 

 

Il a été rappelé l’importance de mettre le verre dans les bonnes colonnes car il peut se recycler à l’infini. Les points propres répartis sur l’ensemble du territoire du SICTOM sans oublier les déchèteries réceptionnant les matériaux, les ferrailles, les encombrants, les équipements électriques et électroniques …permettent d'éviter les dépôts sauvages et les incivilités. Il a également été rappelé l’importance de mettre les textiles dont on ne veut plus dans les colonnes bleue ou blanches prévues à cet effet, souvent installées sur les parkings de supermarché ou avec les points propres.

 

SAINT-AVIT - CC CHAVANON COMBRAILLES ET VOLCANS

1 octobre / Conseil communautaire

 

Le Conseil communautaire Chavanon Combrailles et Volcans réuni le 1er octobre à Saint-Avit a abordé deux points importants avant de délibérer sur des dossiers en cours relatifs aux investissements engagés et au fonctionnement. La première partie de la réunion portait sur les UTN, unités ,nouvelles de tourisme, dans le cadre d'un territoire engagé dans un SCOT, schéma de cohérence territoriale, comme celui élaboré au niveau du pays des Combrailles. Emmanuelle Fourmont, responsable de l'agence de la Direction des Territoires Combraille Nord-Limagne, a rappelé des régles d'urbanisme complexes liées à l'aménagement de structures touristiques (hébergement ou animation) sur le territoire, selon l'importance des projets.

 

 

L'UTN normal est soumis aux règles d'urbanisme classique, pour les projets plus conséquents, d'autres contraintes administratives et techniques peuvent s'ajouter au dossier. En seconde partie, la mobilité, dont une enquête auprès des citoyens va présenter un état des lieux dans quelques semaines a occupé un temps important. Il est question de compétences définies entre la région et la communauté selon la future loi sur l'orientation des mobilités à devoir être votée bientôt, de réseau de transport en commun qui ne couvre que 7 communes sur 36 à l'échelle communautaire. Des situations ubuesques ont été montrées comme l'arrêt de car à Saint-Avit pour aller à Clermont mais qui n'existe pas au retour (ligne TER Felletin-Clermont), des horaires parfois inadaptés aux besoins hors périodes scolaires ou à la clientèle des actifs, un transport scolaire pas toujours satisfaisant surtout en période de rentrée.

 

 

Les services spécifiques comme le bus des Montagnes, avec des transports spéciaux pour de grands évènements de la métropole, ou comme le transport social sur le secteur de Bourg-Lastic ont le souci de la proximité mais ne répondent pas complètement aux besoins. Le covoiturage est une solution utilisée à la marge et la connaissance des l'offre existante doit être améliorée (voir le site auvergne-mobilité.fr). Des décisions devront être prises après le vote de la loi pour prendre, ou pas, une compétence très importante liée à la vie quotidienne des habitants dans un souci d'efficacité et de proximité. "Le transport des personnes est un sujet à traiter à l'échelle locale pour être performant' a déclaré le vice-président Boris Souchal alors que Jean-Claude Grange souhaiterait "que soient simplifiées les procédures des services de proximité".

 

  

Service simple et gratuit

Créer un site Internet gratuit