Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

ETAT-CIVIL

MARIAGES

2017 : 1

 

14 janvier

Tatiana Voronova

Jean-Claude Santerre

Fernoël

 

 2016 : 5

-55 %


 

NAISSANCES

2017 : 0

 

 2016 :12

-14 %

 

22 décembre

Romane Mandon

Herment

 

 DECES

2017 : 17

 

20 mars

Yves Briquet-Desbaux

Giat

 

20 mars

 Germaine Vergne

née Manouby

Giat

 

20 mars

Yvonne Mège

née Monéron

Giat

 

13 mars

Patricia Mounaud

Giat

 

12 mars

Jean-Louis Coudry

Charenton du Cher - Giat

 

7 mars

Germaine Lecour

née Villatelle

Mozac - Condat en Combraille

 

4 mars

Fernande Lacourbas

née Michon

Giat - Fernoël

 

3 mars

Yves Redon

Condat en Combraille

 

28 février

Jean Boyer

Clermont-Fd - Saint-Merd

 

24 février

Marie-Rose Babut

née Gendraud

Saint-Etienne des Champs

 

23 février

Jean Meyzonnier

Clermont-Fd - Prondines

 

21 février

Marcelle Chaninas

Volvic - Basville

 

20 février

Jeanne Bernard

Flayat

 

20 février

Monique Toton

Verneugheol

 

17 février

Georges Garde

Condat en Combraille

 

16 février

Gilles Tréfond

Puy-Saint-Gulmier

 

15 février

Marinette Cavroy

née Verny

Herment

 

12 février

Marie Lucie Tixier

née Sibial

Giat

 

11 février

Michel Foussadier

Basville

 

5 février

Suzanne Dalaubeix

née Boucheret

Giat

 

5 février

Albert Briquet

Verneugheol

 

2 février

Raymonde Ussel

née

Fernoël

 

30 janvier

Gabriel Roche

Saint-Merd la Breuille

 

24 janvier

Henri Villebonnet

Basville

 

23 janvier

Pascale Brunet-Redon

Saint-Merd la Breuille

 

19 janvier

Sylvie Monneyron

née Montagne

Saint-Avit

 

10 janvier

Raymonde Ledieu

née Thomas

Pionnat - Verneugheol

 

7 janvier

Odette Chambragne

née Moulin

Flayat

 

7 janvier

Ginette Chastanet

née Allochon

Seignosse - Giat

 

6 janvier

Lucienne Lepeytre

Saint-Merd la Breuille

 

5 janvier

Pierrette Barrier

née Berger

Beaumont - Herment

 

5 janvier

Louis Paris

La Celle d'Auvergne

 

4 janvier

Pierre Mousset

Pau - Giat

 

1 janvier

Jacques Holle

Verneugheol

 

2016 : 66

+50 %


28 décembre

Marinette Villebonnet

née Combas

Basville - Fernoël

 

27 décembre

Jean Roulet

Flayat

 

26 décembre

Roland Sibial

Lempdes - Verneugheol

 

23 décembre

Simone Bérard

Giat

 

23 décembre

Marie-Claire Mège

née Taravant

Tortebesse

MARS

GIAT

7 mars / Caisse locale Crédit Agricole

 

C'est à Pontaumur que les assemblées générales des caisses locales de Crédit Agricole de Giat et Pontaumur-Miremont se sont déroulées le 10 mars dernier. En dehors des parties communes où les sociétaires des deux entités ont informés des actions de la caisse régionale et des évolutions économiques générales, chaque caisse fait sa propre assemblée dans un lieu différent.

 

 

Pour celle de Giat, le président Benoît Astre et la secrétaire Sandrine Ledieu-Ferry ont présenté le bilan de l'année écoulée avec des chiffres stables au niveau des résultats, du nombre de sociétaires (38 nouveaux pour 1103 personnes), de l'activité commerciale où les prêts aux agriculteurs restent le premier poste (132 prêts correspondant à plus de 3 millions d'euros). Ces résultats sont satisfaisants au regard des  soucis de personnels avec un effectif réduit une partie de l'année, soucis qui se représentent cette année avec le départ d'un collaborateur et un congé de maternité : un poste en CDI est ouvert à l'agence de Giat et un appel à candidature est lancé (bac+2 minimum). La caisse locale est un acteur de la vie communale,  associative et culturelle du territoire : elle a apporté son soutien à plusieurs projets ou manifestations : fête médiévale de Giat, parents d'élèves, Festi'Voingt et participation à l'aménagement des vestiaires du stade de Condat en Combraille.

 

 

En dernière partie de réunion, Christian Duissard, représentant la caisse régionale , a dressé un bilan des actions sur les cinq départements couverts et sur les perspectives et les évolutions, à savoir réussir la digitalisation en cours des opérations tout en maintenant le contact humain au travers des personnels des agences


GIAT

7 mars / Collège Pierre-Louis-Trapet

 

Poursuivant la démarche collective de labellisation E3D pour le développement durable, le collège Pierre-Louis-Trapet sensibilise ses élèves au problème du traitement des déchets. Le 7 mars, une sortie les a emmenés à Clermont-Ferrand pour une visite sur le site de valorisation des déchets de Vernéa où ils ont participé à trois ateliers pédagogiques sur le sujet. D'abord, un parcours pédagogique de la filière des déchets aidés de tablettes numériques pour regarder des vidéos techniques, puis plus concrètement la vision depuis la salle de contrôle de la réception des déchets  ménagers en provenance d'une grande partie du département et de territoires voisins, et pour terminer une démonstration de la transformation des déchets en énergie avec une maquette animée et commentée. Avant de repartir, les animateurs ont présenté un film qui retrace le parcours des déchets sur l'ensemble du site pour être valorisés (compost, matériaux de voirie, énergie) ou enfouis après maturation. Cette partie technique s'est déroulé en matinée.

 

 

Après le repas pris au lycée Louis-Pasteur, les collégiens ont eu une après-midi culturelle en visitant les expositions photographiques du Frac (portraits de Pierre Gonnord) et de l'hôtel Fontfreyde (festival Circulation(s)), une immersion dans un monde peut-être un peu éloigné des préoccupations des adolescents, mais ils n'ont pas été insensibles aux démarches artistiques.

 


 

SAUVAGNAT PRES HERMENT

4 mars / Municipalité

 

Le 4 mars, Sauvagnat avait revêtu un habit blanc de neige, mais aussi de fête pour inaugurer l'aménagement de la salle des fêtes et offrir aux habitants un lieu de rassemblement agréable et fonctionnel, utile pour réunir, indispensable pour la vie associative et communale. Au regard des conditions météorologiques extérieures, les autorités ont coupé le ruban tricolore à l'abri, entourés d'une bonne partie de la population ayant répondu avec plaisir à l'invitation de la municipalité.

 

 

35 ans après sa construction, la salle des fêtes a été agrandie et aménagé pour répondre aux besoins de l'époque : un lieu de stockage des matériels, une cuisine qui répond aux normes et aux usages des professionnels, une accessibilité renforcée pour être en règle avec les prescriptions légales. Après avoir rappelé tout ceci, le maire Franck Milord a salué le travail de l'architecte et des entreprises locales pour la qualité de la réalisation exécutée dans les délais. Pour le financement d'un montant total de près de 220.000 € les aides de l'Etat (DETR : 53.235 €), de la réserve parlementaire de la députée (10.000 €) et du conseil départemental (74.907 €) ont été un apport majeur qui permet à la commune de supporter ce gros investissement. La participation du département a été soulignée par la conseillère départementale Audrey Manuby, heureuse d'avoir soutenu la demande de la commune. Christine Pirès-Beaune, indiquant les baisses de dotation de fonctionnement a rappelé l'augmentation significative de la Dotation d'Equipement des Territoires Ruraux (DETR) pour compenser la baisse des moyens communaux et soutenir l'investissement public local : "l'Etat a alloué un supplément de 200 millions d'euros à la DETR en 2017 au budget national" a-t-elle déclaré. Elle a félicité "les élus communaux pour leur choix courageux d'investir comme ils l'ont fait au travers de cet aménagement particulièrement réussi". La population et les élus ont ensuite partagé un buffet convivial, signe de rassemblement communal apprécié des participants.

 

  

 

GIAT

2 mars / Ehpad

 

Près de quatre ans après leur dernière animation à l'Ehpad, des membres de Regain de la Combraille ont été invités à revenir dans l'établissement pour une animation auprès des résidents. L'animatrice explique que dans les conversations avec ces derniers, l'usage du patois était un souvenir fort de leur vie et elle a eu le souci de les rassembler autour de ce thème avec l'association patoisante du territoire.

 

 

Jeudi dernier, Bernard Zabé et deux complices de Regain de la Combraille sont venus passer l'après-midi avec une douzaine de résidents pour parler du temps d'avant, raconter des histoires, échanger en patois. Ce plongeon dans le passé a été apprécié, malgré la variété des expressions selon les paroisses qui peuvent donner lieu à des incompréhensions. Après la séance, un petit goûter a clos la réunion. Les patoisants reviendront peut-être apporter un peu de nostalgie dans quelques semaines, mais en attendant, ils préparent une grande soirée, conviviale et amusante, autour du patois, qui aura lieu le 18 mars à Villossanges à 20 h 30. 


GIAT

2 mars / ACPG-CATM


L'assemblée générale de la section locale ACPG-CATM et veuves de combattants s'est tenue le 2 mars en présence du président départemental Georges Merle. Le président Henri Eberlé a débuté la réunion en demandant une minute de silence en mémoire des adhérents disparus depuis la sernière réunion avant de passer la parole à Colette Alleyrat et Roger Donnat pour dresser les bilans moral et financier. Au regard du nombre d'adhérents et de leur âge, les activités se limitent désormais à la participation aux cérémonies commémoratives, aux réunions de la fédération départementale et aux repas de l'association. L'accent a été mis sur le rôle social de l'association et l'engament de la commission sociale emmenée par Christiane Servol : visites, soutiens et cadeaux aux malades, hospitalisés, handicapés).La section a reçu un soutien financier important de la fédération nationale pour  son action sociale.

 

 

Georges Merle a évoqué les informations fédérales et nationales en insistant fortement sur les piliers fondamentaux de la place des anciens combattants dans la société : droits à réparation, solidarité, devoir de mémoire et en rappelant leur responsabilité envers la jeunesse pour la sensibiliser aux conséquences, dangers et risques de guerre, pour l'impliquer dans le devoir de mémoire et le maintien de la paix. La communication interne (journal de  la fédération et encart départemental) et l'administration de l'association départementale (une salariée à temps partiel) sont les postes les plus coûteux mais la situation financière, grâce aux provisions intégrées depuis plusieurs années, reste saine. "les anciens combattants sont condamnés à continuer le travail de mémoire" déclare Georges Merle pour mettre le point sur la difficulté à renouveler les équipes, à maintenir les structures et les droits. Il faut recruter de nouveaux adhérents, des sympathisants et des anciens des opérations extérieures, soldats engagés ayant servi sur les terrains hors de France. Le président a insisté sur l'importance des cérémonies, donc de la présence des porte-drapeaux qu'il faut là aussi recruter : des personnes même jeunes, mais avec un fort sens de la responsabilité, car le drapeau est symbole de la République, mais aussi des valeurs des anciens combattants. Il a un rôle officiel.

 

  

 

MERINCHAL

8 mars / Ecole

 

Un article de la Montagne Guéret

 

Les élus mérinchalois, la population et les parents d'élèves se sont rassemblés ce mercredi entre les deux écoles de Mérinchal pour protester contre la suppression d'un poste en primaire et d'un poste de direction.

Il y a ces deux dessins affichés au portail de l'école maternelle. Sur le premier, on peut lire « Arrêtez de nous compter ! », sur le deuxième « On n'est pas des moutons. » Alors que le bien-être animal est de plus en plus d'actualité, le bien-être des enfants semble ne faire l'objet que d'une situation comptable.

Afin de protester contre la suppression d'un poste en primaire et d'un poste de direction, les élus mérinchalois, la population et les parents d'élèves se sont rassemblés ce mercredi entre les deux écoles, élémentaire et maternelle, pour exprimer leur désaccord avec le projet de Pascale Niquet, Directrice académique des services de l'Éducation nationale, concernant la nouvelle organisation des écoles.

Dans un courrier, les maires s'insurgent contre la méthode utilisée pour la mise en œuvre de la nouvelle carte scolaire qui ne tient absolument pas compte du protocole signé en juin 2015 avec l'Association des maires creusois pour une durée de trois ans qui permettait le maintien de l'ensemble des postes. Le ratio d'élèves de l'ensemble du territoire par classe est de 18,5 élèves ce qui, pour les élus, paraît justifié dans un territoire situé en zone de montagne et placé sur la frontière Est de la région Nouvelle-Aquitaine.

 

HERMENT

1 mars / CCFD

 

Chaque année, les membres locaux du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) se mobilisent le mercredi des Cendres pour organiser une soirée solidaire et présenter une action de ce Comité. Après un moment de partage autour d'"un bol de soupe, les 25 personnes présentes le 1er mars à la salle des fêtes ont écouté André Feunteun, bénévole actif, évoquer la souveraineté alimentaire des peuples après avoir posé deux questions : qui vous nourrit ? d'où vient la nourriture ? L'enjeu de la souveraineté alimentaire, c'est à dire la maîtrise du sol, des semences, des productions agricoles par les paysans du monde entier, est primordial pour l'avenir de l'humanité. Alors que les pays riches et développés ont abandonné leur patrimoine semencier aux multinationales agro-alimentaires qui ont pu prendre ainsi en otage des cultivateurs obligés d'acheter chaque année des semences hors de prix, et qu'ils subventionnent des productions pour faire baisser les prix et concurrencer les produits locaux des pays pauvres, on assiste à la désertification des mondes ruraux, l'exode des paysans, leur endettement, la mise sous tutelle de l'industrie de 'agriculture mondiale. Toutes les problématiques du sujet ont été développé dans un film documentaire projeté au public de la soirée qui n'a pu constater que le productivisme était source de gaspillage, que le profit causé la famine parce que des cultures sont destinées à faire du carburant, que la surproduction entraînait la surexploitation des milieux et leur fragilisation, voire leur destruction, que les non-sens de l'industrialisation ne profitaient pas à long terme à l'humanité. C'est une pris de conscience qu'a voulu faire passer l'animateur mais la longueur du film a empêché un débat qui aurait pu être intéressant, et qui doit avoir lieu partout pour l'avenir de l'humanité : l'agriculture peut  nourrir sainement 12 milliards de personnes, l'agriculture industrielle cause la mort de 100.000 personnes par jour et 800 millions souffrent de malnutrition, tandis que la malbouffe cause des dégâts de santé importants dans les pays riches.

 

 

 

PAYS DE GIAT

6 mars / Zeus

 

La tempête Zeus a parcouru le territoire causant de nombreux dégâts dans les forêts comme celle de Chez Paris à Herment, endommageant les toitures comme à Fernoël, coupant l'électricité longtemps comme à Condat en Combraille. Les pluies qui ont suivi ont fait déborder les ruisseaux comme à Giat.

(photos de visiteurs du site)

 

 

 

 

 

 

SAINT-GERMAIN PRES HERMENT

2 mars / Monde


En septembre 2011, Vincent Giraudon quittait le hameau de Chez Lavergne, à Saint-Germain près Herment pour un tour du monde initiatique qui a changé sa vision du monde et sa vie. A la fin de son périple, l'Asie allait bouleversé définitivement son avenir. A l'automne 2012, le globe-trotter du Chavanon  expliquait que l’Inde ne laissait personne indiffèrent. Il n'a jamais oublié cette partie du monde qu'il a adoptée : de nouveau parti sur les routes du monde, afin de donner un sens à sa vie, c'est là-bas qu’il a décidé de retourner depuis quelques mois. Apres avoir surfé les jolies vagues de Bali, puis être parti à la rencontre de tribus dans le nord du Laos, Vincent a posé ses valises en Inde pour du bénévolat solidaire.

Il retrouve Jeanne Péré, une professeure française à la retraite,  qu’il avait rencontrée lors de son tour du monde, une personne qui l'a marquée par son engagement et son entier dévouement auprès des plus démunis.

Ainsi, depuis la fin de l'année dernière, Vincent est volontaire au sein du « Mummy Jee Educational Charitable Trust » crée en 2015 par Jeanne Péré alias Mummy Jee. La fondation se trouve à Bodhgaya (lieu d’éveil du buddha) dans le Bihar, l’un des états les plus pauvres et les plus corrompus de la nation indienne.

 


« Mummy Jee Educational Charitable trust », c'est une école entièrement  gratuite qui accueille près de 150 enfants démunis, orphelins, ou encore mendiants des rues ; une centaine d’entre eux reste au pensionnat toute l’année. La fondation se bat également pour donner aux femmes issues de familles pauvres une place et des droits dans la société. Elle offre aux jeunes filles des formations de 6 mois dans la couture, l’esthétique et l’informatique. Une fois leurs diplômes obtenus, elles pourront alors postuler aux offres d'emplois correspondantes.

Au sein de cette  structure, Vincent Giraudon participe à divers projets et apporte un nouveau regard ainsi que son expérience en matière de gestion de projets et d’organisation (il est diplômé de l'IFAG à Montluçon, école supérieure de management commercial) . En fin de journée, Vincent passe du temps avec les enfants en proposant des ateliers sportifs.

Actuellement, Vincent organise une collecte de fonds depuis l’Inde grâce à internet afin de financer une partie de la nouvelle rentrée scolaire qui aura lieu dans quelques semaines, en avril. Pour participer, il faut se rendre le site Internet  www.okpal.com/mummyjee. La collecte se terminera le 31 mars 2017.

La fondation « Mummy Jee Educational Charitable Trust » est présente sur Internet (en français) www.mummyjee.org ou sur les réseaux sociaux, page Facebook : Charitable Trust


SAINT-MERD LA BREUILLE

2 mars / Faits divers

 

Un incendie s'est déclaré jeudi en fin d'après-midi dans une maison du bourg de Saint-Merd-la-Breuille.  Cette commune de deux cents habitants se trouve au sud-est de la Creuse, à la lisière du Puy-de-Dôme et de la Corrèze. Ce sont d'ailleurs des renforts de ces deux départements ( Ussel, Eygurande, Herment...) qui sont venus  épauler les pompiers creusois.  Plus de vingt-cinq pompiers, venus entre autres  de Crocq, Mérinchal, La Courtine  et Guéret ont été déployés.

 

Article complet sur lamontagne.fr

Photo Arthur Fabien

 

Inauguration à Sauvagnat

4 mars

Statistiques

Etat Civil Pays de Giat

 MND
20165
12
66
2015111444
201410
1246
201311962

FEVRIER

GIAT

14 février / Collège Pierre-Louis-Trapet

 

Dans le cadre de la labellisation E3D (Etablissement en Démarche de Développement Durable) dans lequel est engagé le collège Pierre-Louis-Trapet, et en préambule au projet pédagogique  "recycl'art" dirigé par M. Cinquin, professeur d'art plastiques, les élèves ont participé à une rencontre avec Julie Lan, de l'association "Semis à tout va" mandatée par le VALTOM pour l'éducation à l'environnement  dans le cadre d'un collectif régional. Michèle Huin, assistante d’éducation du collège est la référente du projet. La séance a débuté par un rappel des actions menées l’année passée avec les élèves : réalisation du compost, création d’une commission menu (avec élaboration d’un menu agri-local, collaboration avec la gestionnaire Sylvie Giraud, création d’une affiche informative pour tous demi-pensionnaires du service restauration). L'intervenante a ensuite présenté le projet dans lequel les collégiens doivent agir comme des « élèves créateurs ». Un premier exercice leur a demandé un travail d'imagination original : les élèves devaient se présenter en tant qu’objet et non comme personne (non pas un prénom Valentin, Léa ou Thomas, mais un canapé troué, une  ampoule ou un ordinateur).

 

 

Les élèves ont participé à un atelier sensoriel, en prenant conscience de la texture, de la matière de l’objet et non pas d’essayer de trouver son nom lui-même, Il a abouti sur la découverte de la notion de « détournement d’objet » en art. Par groupe, les collégiens ont poursuivi leur drôle de cours : un travail sur l'objet choisi en vue de son détournement pour le mettre en scène.  Ainsi, la balance de cuisine est devenue table de mixage lors d’une soirée, animée par  le chapeau de feutre (DJ = disc-jockey) qui portait des clés rouillées (lunettes noires)  pour des feutres fluo (invités) au bord d’une casserole remplie d’eau (piscine)...Pas sûr que tous le monde comprenne la démarche artistique.  

 

  

 

L’intervention s’est terminée par la projection de photos d’œuvres, réalisées à partir de  déchets, faites par des artistes comme Duchamps, Schwitters ou De Saint Phalles…. et sur l’objet des autres interventions planifiées, à savoir, la création d’affiches pour récupérer des objets du quotidien rendus inutilisables auprès des parents afin de réaliser un labyrinthe. La prochaine action du parcours environnement  visite du pôle multi-filières de valorisation Vérnéa le 7 mars.


FLAYAT

25 février / Ecole

 

un article de la Montagne - Guéret

 

Un rassemblement avait lieu le 25 février  à l’école de Flayat pour protester contre la suppression d’un poste d’enseignant à la rentrée prochaine.

«Notre village se meurt, contaminé depuis le passage de la Dasen (*) ». Dans une lettre ouverte à destination de Pascale Niquet, Dasen de la Creuse, qu'ils ont lue lors du rassemblement pour la défense de l'école de Flayat samedi après-midi, les parents d'élèves s'indignent, s'offusquent, accusent.

« Aujourd'hui, nous sommes en colère […] Vous refusez de donner à nos enfants les mêmes chances qu'ont d'autres ». La lettre, explicite, rageuse, compare les décisions de la Dasen à une gangrène qui empoisonne les écoles rurales. On sent la rage, l'exaspération dans ces mots choisis par des parents qui veulent se battre pour assurer une éducation de qualité à leurs enfants.

Dans la cour de l'école de Flayat où tourne une pétition, les banderoles scandent le même message : « Touche pas à mon école », « Tous contre la Dasen pour notre école », « Proximité = qualité ». Au beau milieu des vacances scolaires, ils sont une petite centaine, dont de nombreux élus de la nouvelle Communauté de communes, à être venus soutenir l'école, menacée d'une suppression de poste à la rentrée prochaine.

« Ce combat organisé par les parents d'élèves et soutenu par les élus montre la détermination de tous à maintenir nos deux classes à la rentrée prochaine », commente Marie-Hélène Michon, maire de Flayat. L'école compte aujourd'hui deux classes, une pour les maternelles et le CP, l'autre du CE1 au CM2, pour une vingtaine d'élèves. En septembre, ils seront 24, et malgré cette hausse d'effectif, un poste risque d'être supprimé.

 


« Une classe unique à 25 gamins, c'est irresponsable, s'insurge Fanny Tissandier, représentante syndicale des enseignants du département, et proposer des regroupements sans prendre en compte les réalités du territoire est absurde ». Car ce que propose la Dasen, c'est de mettre les cycles 3 (CM1-CM2) à Crocq, et de couper les journées des maternelles en 2, le matin à l'école, l'après-midi à la MAM (Maison des Assistantes Maternelles) après signature d'une convention avec cette dernière.

« Ils sont heureux les enfants, s'il faut faire une demi-heure ou une heure de car tous les matins, ça les stresse, explique Raymonde, 70 ans, ancienne enseignante et adjointe au maire de Saint-Pardoux-d'Arnet. Mon petit-fils est resté trois ans dans cette école, c'est ici qu'il s'est le plus régalé ».

Marie-Hélène Michon a exprimé sa volonté de maintenir deux enseignants pour les deux classes et les huit niveaux de l'école de sa commune : « Il faut être solidaires, se serrer les coudes, et dénoncer les intentions de la Dasen ». C'est pourquoi tous les élus ou leurs représentants de la Communauté de communes s'étaient rassemblés la veille en réunion d'urgence afin d'écrire une motion à destination de la Dasen, du recteur d'académie, du préfet et des élus du département.

 


Une motion pour dire leur mécontentement des décisions de la Dasen qui ne prend aucunement en compte la réalité des paramètres structurants du territoire. 982 enfants pour 53 classes seront inscrits à la prochaine rentrée, mais les rassemblements voulus seraient préjudiciables aux enfants comme aux cœurs de village.

« Nous n'accepterons pas les décisions de la Dasen sur la carte scolaire », grondent les élus, qui rappellent les engagements pris par la Direction Académique en 2015 via un protocole d'accord avec le Conseil départemental, indiquant qu'aucune suppression de poste ne serait effectuée jusqu'en 2017.

(*) Directrice Académique des services de l'Éducation Nationale

Virginie Lorthioir


GIAT

17 février / Ecole JB de la Salle


Dans le cadre du projet pédagogique annuel "Voyage autour du monde" et du nouvel an chinois, les élèves de l'ensemble scolaire Jean-Baptiste de la Salle  ont pu découvrir un repas typiquement chinois avant de partir en vacances. Un peu d'exotisme au temps du carnaval. L'équipe du personnel s'était déguisée en conséquence et le réfectoire était paré de ses habits de fête et les enfants ont déguster une soupe chinoise, suivie d'un sauté de porc au miel accompagné de nouilles chinoises et en dessert des beignets aux pommes. Deux jours avant, les élèves avaient fait une escale virtuelle en Amérique du Sud : au Brésil pour la classe de maternelle CP CE1 et en Argentine pour la classe des grands. De belles productions et encore un repas typique avec musique brésilienne.  Les enfants ont apprécié les empanadas (friands), le chili con carne et surtout le quindim (flan coco brésilien).

 

  


Et comme dit plus haut, c'est le temps du carnaval, et aussi des crêpes : donc juste avant de sortir de l'école pour deux semaines de repos, les écoliers ont fêté les vacances en dégustant des crêpes. L'après-midi était la conclusion de cette période consacrée à l'Amérique du Sud, les enfants ont partagé ce goûter, maquillés et déguisés comme au carnaval de Rio.

 


 

GIAT

16 février / Ecole publique

 

C'est l'année du cirque à l'école publique et ce thème sert de fil rouge pédagogique entre les différents niveaux des classes et des matières scolaires à l'intérieur desquelles il y a toujours quelque chose à raccrocher. A côté du cirque, la vie locale reste fondamentale au coeur de l'école. Ainsi, avant les vacances d'hiver, les élèves de maternelle se sont rendus à la maison de retraite pour un petit échange culturel. Les enfants ont chanté des chansons et comptines apprises tout au long de l'année, dont certaines en rapport avec le cirque.  En échange, des résidents de l'Ehpad avaient confectionné un gâteau qu'ils ont partagé avec les enfants, pour le plus grand plaisir de tous : plaisir gourmand des écoliers, joie du sourire des aînés qui ont salués les petits enfants pour leur sagesse et leur politesse. D'autres échanges sont prévus et le cirque aura encore plus de place.

 

 

FLAYAT

10 février / Ecole

 

Un article de La Montagne-Guéret

 

Le 10 février dernier, Pascale Niquet, directrice académique de l'Éducation nationale, accompagnée de P. Sennepin, a rencontré Marie-Hélène Michon, maire de Flayat et présidente du bassin scolaire, et la vice-présidente, première adjointe de Saint-Merd-la-Breuille, pour présenter son projet de carte scolaire pour la rentrée 2017-2018.

La directrice d'académie s'appuie sur les chiffres de prévisions d'effectifs pour la prochaine rentrée scolaire pour exposer son projet. L'inspectrice s'interroge ainsi : « n'est-il pas envisageable de mettre le cycle 3 à Crocq, de maintenir un poste et demi d'enseignant (au lieu de deux aujourd'hui) et de réfléchir à la possibilité de monter une convention avec la Maison d'assistante maternelle de Flayat ? ». Elle a ajouté que si le cycle 3 allait à Crocq, « une classe CHAM serait ouverte ».

Une réunion d'information en présence des maires de Flayat et Saint-Merd-la-Breuille, de la vice-présidente du bassin scolaire, des délégués des parents d'élèves, des parents d'élèves et d'une représentante de la SNUipp-FSU 23 s'est tenue le 15 février. Les parents étaient nombreux et les échanges ont été riches.

 


Parents et élus s'interrogent sur le bien fondé de cette proposition et envisagent le pire pour l'avenir de l'école. Ils ont conscience « qu'un village sans école est un village qui meurt ».

Cette proposition de nouvelle carte scolaire , si elle est validée, aura des conséquences très lourdes pour les enfants des communes concernées : un rythme d'enseignement et un droit à l'instruction bafoué, une moindre attractivité pour l'installation de nouvelles familles, une incidence sur le tissu économique du secteur, un réel sentiment d'abandon du monde rural en termes d'accès aux services publics, des difficultés de reclassement pour le personnel de l'école, une augmentation des charges de fonctionnement du bassin scolaire et de la part financière de chacune des communes de Saint-Merd-la-Breuille et Flayat dues au départ du cycle 3 à Crocq.

Les parents d'élèves, ainsi que les élus, ont décidé de se mobiliser pour affirmer leur volonté de maintenir l'effectif des deux enseignants actuellement en poste et de garantir ainsi le droit à l'éducation des élèves de l'école communale de Flayat, de la petite section au CM2. Un appel au rassemblement a donc été décidé à l'unanimité pour le 25 février , à 14 heures, à l'école de Flayat.

Les parents et les élus s'associent à toutes les actions de soutien pour toutes les écoles de Creuse qui sont actuellement en danger et ils n'hésiteront pas à se déplacer le 10 mars prochain au siège de l'académie pour faire valoir leur droit si la suggestion de la Dasen était maintenue.


GIAT

15 février / Ehpad


Les résidents de l'Ehpad et leurs visiteurs ont eu droit à une animation folklorique le 15 février grâce à la présence des danseurs et musiciens des Crouzadoux de Saint-Priest des Champs. Sur des airs de ritournelles du vieux temps, des bourrées et autres marches qui étaient de rigueur pour les bals et les fêtes dans la première partie du siècle dernier, quelques anciens ont retrouvé un peu de leur jeunesse en participant au petit bal de la maison de retraite.

 

  

 

VERNEUGHEOL

16 février / Ecole - TAP

 

C'est une grande année scolaire pour les écoliers de Verneughol intégrés dans un programme pédagogique musical d'envergure qui verra sa conclusion en juin avec une manifestation importante. Nous reviendrons sur ce projet dans quelques semaines. Toutefois, Au cours des TAP (temps d'activités périscolaires) de la semaine avant les vacances d'hiver, le 16 février, les élèves ont fait une sortie à Pontaumur pour découvrir l'orgue de l'église. Guidés par Pierre Ganne, animateur patrimoine de la communauté de communes Chavanon Combrailles et Sioulet, accompagnés de leur instituteur Jean-Paul Jarleton et de l'intervenant musical Fabian Proye, et encadrés par les personnels du centre de loisirs, les enfants ont d'abord eu droit à une présentation succincte de l'église construite en 1895, histoire d'apprendre un peu de vocabulaire architectural et un peu d'histoire locale. 

 

  

 

Jean Comes, guide bénévole local, a ensuite expliqué les raisons de l'orgue à Pontaumur, et donné les différentes étapes de sa réalisation,  copie conforme de l'orgue d'Arnstadt construit en 1703 sur lequel Jean-Sébastien Bach fut le premier titulaire. Cet instrument de musique grandiose pour les enfants comme pour les adultes, d'un poids de trois tonnes, est imposant par sa majesté comme par ses dimensions. Les apprentis musiciens ont écouter quelques notes jouées par leur professeur pour qui s'était une première sur ce type d"instrument. Ensuite l'orchestre verneugheolois a fait une petite répétition hors les murs de l'école et de la salle des fêtes , dans une ambiance et un décor inédits. Une belle démonstration de l'exercice des TAP pour l'initiation et la découverte culturelles.

 


 

FLAYAT

14 février / Pays'sage

 

L’association Pays'Sage  a tenu son assemblée générale le 31 janvier. Suite à cette réunion, la lettre d'information de l'association du mois de février a pour sujet  principal la situation financière de Pays’Sage. Malgré des manifestations qui ont fait le plein en 2016 et un fort engagement des bénévoles et soutien des adhérents, l’association Pays’Sage reste sur la brèche pour 2017.

Depuis 5 ans , l’équilibre financier n'a pu être maintenu. Pendant 4 ans,  de gros efforts pour réduire tous les couts possibles ont été engagé, en parallèle d'une baisse des aides publiques, ce qui n'améliore pas la situation. Les responsables tirent la sonnette d’alarme depuis 2 ans. Après avoir atteint un palier sur la réduction des coûts devenus incompressibles, l'association a dû se séparer du directeur en septembre 2016, pour faire l'économie d'un poste. L’intérim est assuré momentanément par le Bureau. Cela demande des efforts et sacrifices supplémentaires aux bénévoles et une organisation différente, qui devient de plus en plus compliquée au fil du temps. L’équipe salariée est composée actuellement de 2 animatrices en temps partiel.

Malheureusement,  la poursuite de la baisse des aides publiques et un décalage de versement des aides de la Région de plus de 6 mois pour l’aide concernant l’emploi associatif  et aussi le décalage des subventions de fonctionnement de la région de Nouvelle Aquitaine et du conseil départemental de la Creuse avec un paiement en juillet contre un paiement en avril habituellement, ont engendré des frais bancaires supplémentaires et importants. Coup fatal et insurmontable pour l'association qui  n’a plus aucun fond de roulement.

Malgré cela, les dirigeants essaient encore de faire vivre ce qui a été créé et qui répond à un besoin évident. L'excellente fréquentation des Bistrots d’Hiver le prouve à elle seule. Ainsi, en accord avec le comptable, l'association va continuer sur cette configuration jusqu’à la fin du mois de juin 2017. Il sera alors temps, de faire un bilan à mi-parcours 2017  et de décider ou non de mettre un terme à l’aventure de Pays ‘Sage commencée il y a maintenant 28 ans.

 

GIAT

13 février / Collège de la Salle

 

Daniel Borel est un bénévole de la Ligue contre le cancer et il faut parti du groupe des cinq intervenants en milieu scolaire pour sensibiliser les enfants aux dangers pour la santé de la consommation de substances comme le tabac. Le 13 février, il était présent au collège de la Salle pour une conférence devant les élèves de 6ème et 5ème, un âge où les jeunes sont encore réceptifs. Après un historique sur la consommation de tabac qui ne se fume que depuis 1870, avant c'était prise ou chique, Daniel Borel a aussi évoqué la chicha : une séance de chica équivaut à 1/2 paquet de cigarette, une affirmation qui a surpris même les adultes présents, ils pensaient ce mode de consommation moins dangereux. La cigarette est devenue un produit de consommation courante après 1945, et l'arrivée sur le marché des produits américains dans la foulée du débarquement. La cigarette contemporaine est un produit de l'industrie qui doit rapporter aux fabricants, c'est pourquoi ils optimisent la dépendance en introduisant dans le tabac tout un ensemble de produits chimiques, souvent polluants et très nocifs à la santé, mais qui ont la particularité d'adoucir la fumée, et d'activer  l'absorption de la nicotine dans le cerveau. A l'aide de de vidéos et d'images, le conférencier attiré l'attention des jeunes sur les conséquences de fumer, à commencer par l'effet de goudron dans les poumons : il existe 23 maladies respiratoires, circulatoires et cancéreuses liées au tabac. Le tabagisme passif a été signalé comme dangereux car la fumée inhalée par les non-fumeurs n'est pas filtrée, donc plus nocive.

 

 

CANTON DE SAINT-OURS

13 février / Conseil départemental

 

La Commission Permanente du Conseil Départemental qui s’est réunie le 13 février 2017 a accordé les subventions suivantes sur le canton de St Ours :

Education : dans le cadre de l'aide aux déplacements pédagogiques et sportifs des collèges : 1.440 € sans conditions pour toute destination au choix de l’établissement et 800 € sous conditions de sorties sur des sites départementaux ou pour des manifestations culturelles et artistiques soutenues par le Conseil Départemental au collège Pierre-Gironnet à Pontaumur, 1.120 € sans conditions et 400 € sous conditions  au collège Willy-Mabrut à Bourg-Lastic, 1.920 € sans conditions et 1.400 € sous conditions au collège Anna-Garcin-Mayade à Pontgibaud, 960 € sans conditions et  200 € sous conditions au collège Pierre-Louis-Trapet à Giat, 279 € pour les déplacements pédagogiques et 270 € pour les déplacements sportifs au collège Jean-Baptiste de la Salle à Giat.

Répartition des amendes de police : 7 500 € pour l’installation d’un radar pédagogique au village de Chomadoux et pour des aménagements de sécurité à Chomadoux, Bogros, Les Gannes, Messeix et Bialon à Messeix ; 637 € pour l’installation d’un miroir sur la RD 19 à Voingt ; 952 € pour le remplacement d’un miroir et la reprise des caniveaux au carrefour de la RD 11 avec une voie communale à Tortebesse.

Voirie : prise en considération l’aménagement de la RD 204 (rectification de virages) pour un coût global des acquisitions foncières à 40 € à Fernoël.

Fonds d'intervention, communal (FIC) : 22.990 € pour le petit patrimoine à Saint-Etienne des Champs.

Eau et assainissement : 33.596 € pour la création d'une nouvelle station d'épuration sur la commune de St Jacques d’Ambur, dans le cadre des travaux et études d'alimentation en eau potable et d'assainissement et  6.000 € pour la restructuration du poste de refoulement des eaux usées de La Chazotte de la commune de St Jacques d’Ambur au syndicat intercommunal des Fades-Besserve ; 30.000 € au S.I. d'Assainissement de la Région de Riom (SIARR), pour la restructuration du collectif syndical entre Paugnat (commune de Charbonnières-les-Varennes) et Moulet-Marcenat (commune de Volvic) pour l'élimination des eaux claires parasites ; 4.758 € pour la réalisation d'une étude sur le choix du mode de gestion en eau potable du SIAEP du Sioulet.

Associations : 192 € à l’association « Pétanque Les Cheires » à Pontgibaud pour l’achat de vestes.

Agriculture : 5.562 € pour la plantation de haies et bosquets (2 dossiers – communes de Giat et St Pierre le Chastel).

Sylviculture :  1.129 € pour des travaux d’élagage (2 dossiers – commune St Etienne des Champs) ; 8.157€ pour des travaux de reboisement (11 dossiers – communes de Briffons, Savennes, Sauvagnat prés Herment, Fernoël, Villossanges, Giat, Condat en Combraille, Combrailles, Tralaigues, Montel de Gelat.


HERMENT

4 février / UNC

 

La section locale des anciens combattants UNC-Soldats de France a organisé son assemblée générale annuelle à la mairie où le président Jean-Marie Dumas a accueilli les participants. Il a ouvert la séance en demandant d'observer une minute de silence en mémoire des camarades décédés au cours de l'année écoulée. L'année 2016 a été une année calme pour l'association, sans autres mouvements que la participation aux différentes commémorations locales et aux réunions départementales de la fédération. Le gros morceau de l'année aura été le voyage à Lourdes. Il y a eu aussi une journée de visite dans l'Allier au musée du paysan-soldat. Le rapporteur aux comptes Jean Boeuf l'a montré en expliquant le bilan financier où les écritures concernent surtout cette manifestation. La situation de la trésorerie reste saine avec l'apport des subventions des six communes que couvre l'association. Le secrétaire Guy Thomas a rappelé que la cotisation de 23 € était réparti en trois parts : 11 € à la fédération nationale (comprenant l'abonnement au journal fédéral), 4 € à la section départementale et 8 € restant à l'association locale. Quatre  nouveaux adhérents ont pris leur carte dont un ce jour. Le président a aussi annoncé la revalorisation de la retraite de combattant de 8 %, ce qui fera une somme de 730 € versé chaque année aux anciens combattants. En 2017, en dehors des parties commémoratives, un voayge au Puy-du-Fou est organisé au début septembre.

 

  

 

En fin de réunion, Jean-Marie Dumas a officié pour le changement de porte-drapeau à Herment en remettant le drapeau de la section à Claude Armand qui succède ainsi à Daniel Barrier. Ce dernier a été décoré de la croix du djebel échelon argent pour plus de 40 ans de fonction assumés avec dévouement et honneur. Le président a épinglé la médaille et remis le diplôme en félicitant Daniel Barrier et le remerciant pour son action.

 

 

 


GIAT

3 février / Collèges et Gendarmerie

 

L'adjudant Fabrice Sénotier, formateur relais anti-drogue (FRAD) de la communauté de brigades de gendarmerie Pontgibaud-Pontaumur a visité les deux collèges giatois pour porter la bonne parole auprès des élèves au sujet des dangers d'internet. Devant les collégiens, adaptant son discours à leur niveau, le gendarme avait pour objectif la sensibilisation à la protection des données  personnelles. Utilisateurs assidus des réseaux sociaux et d'Internet, les adolescents sont souvent ignorants de l'utilisation qui est faite de ce qu'ils publient, croyant naïvement que leurs informations restent leur possession quoiqu'il arrive. Fabrice Sénotier a attiré leur attention sur les CGU, conditions générales d'utilisation que personne ne lit, où il est bien indiqué que tout ce qui est publié devient propriété de l'opérateur. Ces opérateurs étant basés juridiquement aux Etats-Unis, les lois qui les régissent sont américaines, le droit français ne s'applique pas en dehors du territoire. Ceci étant dit, la projection d'une vidéo "Maître John" a mis en exergue les dangers de l'anonymat des relations sur le web, avec une fausse identité, qui piège souvent les adolescents. Des pervers ou des arnaqueurs causent d'énormes dégâts dans les vies et cela peut durer longtemps puisqu'il n'y a pas la maîtrise de ses informations divulguées. Le réseaux sociaux sont autant de fenêtres ouvertes sur soi et les employeurs n'hésitent pas à les visiter pour prendre des renseignements : l'adjudant Sénotier l'a démontré par un exemple personnel.

 

    

 

Cette intervention est une étape du parcours de l'éducation à la santé et à la citoyenneté, en lien avec l'acquisition du socle commun de connaissantes, de compétences et de culture. L'adjudant Sénotier a aussi évoquer les dangers de la drogue, en liaison avec l'infirmière scolaire, auprès des élèves du collège public. Une journée riche d'informations à retenir pour les collégiens qui ont été sensibles aux arguments développés.

 

 


GIAT

2 février / Ehpad

 

La chandeleur est une date importante dans la vie des familles, c'est le jour des crêpes. Les résidents de l'Ehpad ont perpétué la tradition grâce à l'animatrice de l'établissement Mélanie Babut, aidée par un jeune stagiaire en étude d'économie familiale et sociale : le 2 février ils ont cuisiné et distribué plein de crêpes avec sucre, confitures, miel et caramel aux anciens dont certains ont dévoilé leur gourmandise et pas hésité à en manger plusieurs.

 

 


HERMENT

2 février / Commerce

 

Il y a autour de 20 ans que "Loulou Rapida" fermait sa boucherie face à la halle, la municipalité d'alors avait pris l'initiative d'aménager un local communal en boucherie pour installer un artisan et compenser la fermeture d'un commerce de proximité cher aux habitants. Après bien des péripéties et plusieurs tentatives, le magasin communal a baissé le rideau il y a quelques mois, laissant un vide de plus dans le bourg victime de la baisse démographique continue d'un monde rural éloigné des grands centres urbains. Comme ailleurs, les consommateurs fréquentent les grandes surfaces des grandes villes à une heure de route, ou vont faire leurs courses à Giat, Bourg-Lastic ou Pontaumur à 10 et 20 km de là. Mais ces solutions adoptées par les jeunes générations friandes des grands centres commerciaux, adeptes des "drive" et de l'e-commerce sur Internet, ne sont pas celles approuvées par les habitants du bourg qui aiment bien avoir le pain et la viande de première fraîcheur, alliant le  plaisir de faire les courses sur place et de rencontrer les voisins. Depuis le 2 février, face à la boulangerie ouverte tous les matins, chaque jeudi, un boucher ouvre son camion-magasin de 11 h à 12 h 30. Une bonne nouvelle pour les clients et un supplément de commerce pour la commune. Christian Chazot, artisan à la Bourboule, vient depuis de nombreuses années à proximité sur Rauzet-Lastic : il a prolongé son circuit pour répondre à une demande de la clientèle avec l'accord plus que favorable de la municipalité. L'accueil de la première journée a été apprécié, tant du point de vue du commerçant que de celui des clientes bienheureuses de retrouver un boucher de proximité.

 

   

Information Condat

Dans le cadre du projet d'aménagement foncier de la commune de Condat en Combraille, une enquête publique est en cours. Les personnes concernées peuvent trouver des informations sur le site de la commune de Condat :

http://www.mairie-condatencombraille.fr/spip.php?article85

 

 

Lien pour lire le dossier de l'enquête publique :

http://www.puy-de-dome.fr/territoires/amenagement-foncier/amenagement-foncier-agricole-et-forestier.html

 

Info Chambre d'agriculture 63

ANNONCES

Remerciements

 

A la suite des obsèques de

Pascale Brunet-Redon,

la famille informe  les personnes généreuses qui ont laissé un don qu'une somme de 815 € a été remise à la Fondation pour la Recherche Médicale. Que tous soient remerciés de leur geste et de ce signe d'affection envers Pascale et sa famille.

 

RFM

 

 


La nouvelle méthode d''accompagnement des résidents dite méthode Montessori sera le sujet d'une conférence animée par Audrey Deluca qui se tiendra le mardi 13 octobre à 20 heures à l'EHPAD. Ouvert à tous.

La liste des objets trouvés rapportés en mairie s'établit ainsi : 2 paires de lunettes de vue montures noires, 1 veste de jogging gris et rose, 1 kway marine enfant, 1 veste femme bleue, 1 pull homme bleu, 1 bonnet gris Quechua, 1 casquette rose Mizuno, 1 étui boules de pétanque Obut,  1 parapluie pliant marine. Tous ces objets sont à la mairie, à la disposition de leur propriétaire pendant un délai de 3 mois.

Une réunion d'information au sujet de la révision du Plan local d'urbanisme de la commune est organisée le mardi 23 février à la salle des fêtes à 20 h 30. Le PLU établit les règles d'urbanisme et d'aménagement du bourg et des hameaux pour les prochaines années, les habitants sont invités à participer à cette réunion importante pour débattre du sujet, donner leur avis, émettre des suggestions pour que le projet soit fait en pleine concertation.

Auteur : Rémi PRUNY 


Bordereau d’article                                                                            Date d’édition : 10 avril 2016          

 

Commune :                                                                                                    Date de la manifestation 

Verneugheol

 

17/04/16

Titre :

REUNION D'INFORMATION

La municipalité organise une réunion d'information sur les zones humides en prévision de la création d'un groupe de travail pour participer à l'inventaire de ces zones sur la commune et pour expliquer les réglementations en vigueur et à venir pour leur protection. Les agriculteurs et propriétaires fonciers sont invités à assister à cette réunion qui les concerne le dimanche 17 avril en mairie à 10 h.