ETAT-CIVIL

MARIAGES

2018 : 5

 

1 septembre

Aurore Combeau

Kevin Mouton

Verneugheol

 

18 août

Tiffany Pinot

Jean-Philippe Louis

Saint-Hilaire les Monges - Giat

 

18 août

Sylvie Torreblanca

Pascal Sokal

Voingt

 

11 août

Amandine Martin

Sébastien Maury

Sauvagnat près Herment

 

11 août

Aurélie Cheminot

Mehdi Darck

Condat en Combraille

 

11 août

Jennifer Alleyrat

Cédric Fraisse

Giat

 

 

2017 : 8

+13 %


 

NAISSANCES

2019 : 0

 

2 janvier

Maëlys Legoy

Saverne - St Merd - Giat

 

2018 : 9

-18 %


? décembre

Léa Ledieu

Montel - Condat

 

27 novembre

Zoé Allochon

Fernoël

 

1 septembre

Matthéo Da Silva Almeida

Giat

 

14 août

Adrien Faucher

Davayat - Giat

 

2017 : 11

-15 %


 DECES

2019 : 4


19 janvier

Odile Marche

née Mounaud

Fernoël

 

12 janvier

Mauricette Rouchon

née Trimouille

Cébazat - Verneugheol

 

12 janvier

Ginette Mazet

née Péronny

Giat

 

11 janvier

Lina Pabiot

Saiint-Avit

 

7 janvier

Yvette Brugière

née Lescuyer

Clermont-Fd - Saint-Avit

 

7 janvier

Philippe Therrade

Giat - Verneugheol

 

2018 : 50

-2%


21 décembre

Aurélie Legoueix-Arfeuille

née Arfeuille

Saint-Merd la Breuille

 

20 décembre

Simone Chassagne

née Aubier

Flayat

 

17 décembre

Arsène Michon

Verneugheol


13 décembre

Louis Chevalier

Condat en Combraille

 

7 décembre

Roger "loulou" Souchal

Herment

 

20 novembre

Jean Chassagne

Herment

 

18 novembre

Jean Ribéry

Saint-Avit

 

14 novembre

Georges Laporte

Saint-Avit

 

14 novembre

Robert Labas

Flayat


5 novembre

Jean-Paul Perrier

Sauvagnat près Herment

 

5 novembre

Augustine Thomas

née Bussière

Fernoël

 

2 novembre

Fernand Morel

Prondines

 

14 octobre

Roger Grange

Condat en Combraille

 

12 octobre

André Thomas

Flayat

 

8 octobre

Odette Mazal

Prondines


30 septembre

Josette Carvanier

Hement

 

21 septembre

Jean Tartière

Herment

 

17 septembre

Bernard Thomas

Giat

 

16 septembre

Raymonde Simonnet

Née Nouailles

Saint-Merd la Breuille

 

13 septembre

Françoise Gabrielle Faure

née Jalicon

Saint-Germain près Herment


10 septembre

Henri Faugeron

Verneugheol

 

1 septembre

Daniel Demarly

Herment

 

29 août

Blaise Taillandier

Giat

 

25 août

Lucienne Delaire

née Gaillot

Merlines - Chamalières - Giat

 

25 août

Roger Simonnet

Giat - Saint-Merd

 

 


JANVIER

GIAT

11 janvier / Municipalité

 

"La cérémonie des voeux est un moment de partage et d'échange" a déclaré d'emblée le maire Didier Sénégas-Rouvière en ouvrant cette manifestation après le visionnage d'un diaporama retraçant l'actualité communale de 2018. "Mais, avant les considérations locales, penchons-nous avec inquiétude sur l'actualité de notre beau pays, la France" a-t-il ajouté, surprenant un auditoire qui devenait soudain très attentif aux propos du maire.  "La référence aux actes violents de l'histoire du pays n'explique pas la dérive indigne d'un pays civilisé qui a pour devise "liberté, égalité et fraternité"" s'est-il indigné." La longue liste des revendications, tout comme sa disparité, n'excuse pas les dégradations, les violences et le chaos", poursuivant une diatribe contre des activistes bien éloignés des préoccupations des gilets jaunes de base. Les relations nouées autour des ronds-points montrent la nécessité de lutter contre l'individualisme de la société actuelle, comme cela doit se faire à l'échelle communale : la transition était faite pour revenir aux affaires locales.

 

 

Réapprendre à vivre ensemble, rejoindre les associations, s'engager volontairement (avec un appel fort pour le recrutement de pompiers bénévoles), participer pour le bien commun. Chasser le pessimisme ambiant en se rappelant la qualité des services et de la vie dans le pays, suivre l'évolution du monde en agissant plutôt que de ne rien faire."Solidarité, démocratie, respect, dialogue et tolérance appellent à participer au débat national, le cahier de doléances en maire n'a reçu que trois témoignages alors que beaucoup de citoyens préfèrent se plaindre sur les réseaux sociaux" sans échos dans les institutions. Le maire a souligné les incohérences de ceux qui veulent moins d'impôts mais plus de services publics, de ceux qui veulent moins de fonctionnaires mais plus de présence ...

 


Le maire a ensuite dressé le bilan de l'action municipale, qui a pris en compte la fermeture du collège pour s'engager dans des projets structurants autour du bâtiment scolaire, qui prendront effet cette année et plus tard. La conseillère départementale Audrey Manuby a salué le travail important des élus giatois soutenu par le département.

 

GIAT

11 janvier / Ecole publique

 

Maintenant que les écoliers et l'équipe d'encadrement ont pris leurs marques, après un déménagement citoyen remarquable à la mi-décembre, la municipalité a ouvert au public les portes de la nouvelle école communale le 11 janvier dernier. Cette opération avait pour objectif de montrer une structure agrandie et bien emménagée pour permettre un plein épanouissement des enfants et une qualité de travail nettement améliorée pour les personnels.

 

 

Avec salle de sieste, de documentation, d'arts plastiques, d'informatique et trois classes, les écoliers ont un espace d'apprentissage qui donnait envie aux visiteurs de revenir à l'école. Une école riche d'équipements : deux tableaux numériques et des dizaines de postes informatiques démontrent la modernité de l'établissement que beaucoup d'écoles urbaines n'ont pas.

 

 

Sans oublier l'espace administratif très vaste par rapport à l'ancienne école. Parmi les visiteurs, des anciens élèves du collège où se trouve désormais l'école ont retrouvé une structure qu'ils ont bien connu, et dont la transformation n'a pas empêché un brin de nostalgie à faire surface.

 

VILLOSSANGES

6 janvier / Voeux

 

Le 6 janvier, la salle des fêtes était comble pour la cérémonie des voeux de la municipalité. Le maire, Jean-Luc le Chapelain s'est adressé aux personnes présentes, et par delà à la population vilossangeoise, avec deux "s" comme doit s'écrire le nom de la commune, une remise en orthographe originale qui fait l'objet d'une procédure en cours devant le Conseil d'Etat. Avant de développer la vie communale, l'élu n'a pas manqué  de se référer à l'actualité : "malgré un contexte de fin d’année difficile, je souhaite ne plus voir mes concitoyens moroses, inquiets dans un pays ou on grogne de plus en plus et ou on rit de moins en moins", un appel qui ne fera pas l'objet d'un arrêté municipal.

 

 

L'optimisme du maire s'est démontré dans ses propos évoquant le dynamisme communal, qui se retrouve dans le succès de la vie associative, la fréquentation du café communal, l'investissement bénévole de beaucoup de citoyens comme pour la journée de la lutte contre le cancer. Côté aménagements, Jean-Luc le Chapelain a indiqué la numérotation des habitations dès ce début d'année, et les projets de création d'une maison des associations, la rénovation de logements, la restauration de l'intérieur de l'église et des statues des saints patrons, des travaux de voirie,  tout ceci financé avec les aides habituelles mais aussi grâce à une gestion saine qui permet de ne pas augmenter les taux des taxes communales.

 

 

Il a conclu avec un appel à l'engagement citoyen : " Mais le succès de notre commune, ce n’est pas la seule responsabilité des élus, nous ne sommes que des ambassadeurs, des catalyseurs, des facilitateurs. La recette de la réussite, l’alchimie du bonheur, c’est vous qui la détenez. Vous les acteurs du monde associatif, vous les chefs d’entreprise, vous les jeunes actifs, vous les retraités, vous les bénévoles, vous les institutrices, vous les employés communaux, vous tous porteurs de bonne volonté, c’est vous qui allez faire le Villossanges de demain, un Villossanges source d’énergie, d’innovation, qui étonne et force l’admiration et le respect."

 

 

Après le discours, Odile Robert et Patrick Cloux, écrivains de Villossanges, ont reçu la médaille d'honneur de la commune en remerciement de leur talent qui valorise le territoire.

Apéro municipal - 23 décembre

Sauvagnat

 


 

Statistiques

Etat Civil Pays de Giat

 MND
20185
9
50
201781151
20166
13
66
2015111444
201410
1246
201311962

Service simple et gratuit

Créer un site Internet gratuit

 

ANNONCES

 

 

GIAT

21 janvier / Conseil municipal

 

Le conseil municipal se réunira en mairie le lundi 21 janvier à 20 h 30. A l'ordre du jour : programmation FIC (fonds d'intervention communal), personnel (régime indemnitaire, tarif différencié cantine, autorisations d'absence et création de postes), borne électrique de recharge véhicules. 

 

LA CELLE D'AUVERGNE

17 janvier / Recensement


Le recensement de la population, organisée par l’INSEE, aura lieu du 17 janvier au 16 février. Ce recensement est important pour la commune car il permet de connaitre le nombre d’habitants dont découle la participation de l’Etat au budget de la commune. Lucette Astre a été nommée agent recenseur et se présentera à votre domicile. Elle vous informera des différentes méthodes de recensement : formulaires papier ou internet.

 

SAINT-AVIT

17 janvier / Recensement


Du 17 janvier jusqu'au 23 février, une nouvelle campagne de recensement de la population aura lieu : la commune est concernée.  Organisée avec le concours de l'INSEE, cette campagne a pour objectif d'avoir connaissance du nombre d'habitants, afin de mettre en place des projets adaptés au nombre et aux besoins de la population notamment en termes d'équipements et autres biens pour la collectivité. L'agent recenseur, Marie-Pierre Boyer,  se présentera au domicile des saintavitois. Elle remettra les identifiants pour se faire recenser en ligne ou un questionnaire à papier à remplir. Pour se faire recenser directement en ligne : www.le-recensement-et-moi.fr.

 

GIAT

17 janvier / Recensement

 

Du 17 janvier jusqu'au 23 février, une nouvelle campagne de recensement de la population aura lieu : la commune est concernée.  Organisée avec le concours de l'INSEE, cette campagne a pour objectif d'avoir connaissance du nombre d'habitants, afin de mettre en place des projets adaptés au nombre et aux besoins de la population notamment en termes d'équipements et autres biens pour la collectivité. Deux agents recenseurs, Dominique Gaumet et Jean-Pierre Plane, recrutés par la commune, se présenteront au domicile des giatois. Ils seront munis d'une carte officielle avec une photo. Ils vous remettront vos identifiants pour vous faire recenser en ligne ou un questionnaire à papier à remplir. Pour se faire recenser directement en ligne : www.le-recensement-et-moi.fr.

 

LA CELLE D'AUVERGNE

9 janvier / Mairie

 

Il apparaît qu'à la suite des intempéries du  30 octobre, bien que la circulation sur les voies communales ait été rétablie, il reste des portions de chemins où des branches soient gênantes ou dangereuses pour les usagers  Il est rappelé qu'il appartient   aux propriétaires riverains, dont c'est la responsabilité, de procéder à l’élagage des arbres situés à l’aplomb du domaine public et à l’enlèvement des branches suspendues ou jonchant les accotements.

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                             Date d’édition : 18 mai 2018          

                                                                                                 Date de la manifestation :

A l'occasion du départ en retraite après plus de 41 années de fonction d'Eliane Villatelle, secrétaire de mairie, la mairie invite la population à participer à un moment de convivialité le vendredi 26 octobre à partir de 19 heures à la salle des fêtes.

VOEUX DES MAIRES

Herment

Dimanche 20 janvier - 11 h

DECEMBRE

CONDAT EN COMBRAILLE

25 décembre / Faits divers

 

Un accident survenu au carrefour du Cheval-Blanc a fait quatre blessés légers

Voir le site de la montagne

 

SAUVAGNAT PRES HERMENT

23 décembre / Municipalité


Quelle bonne idée qu'a  eu l'équipe municipale, en partenariat  avec l'association de la Bonde, en organisant un apéritif communal le 23 décembre. Si, au départ l'idée était de faire un marché de Noël, chose vue et revue, à l'arrivée, le moment de convivialité souhaité s'est avéré gagnant.

 

 

La population a bien répondu présent à cette manifestation où les papilles ont pu s'exercer aux goûts de la fête tant le buffet, avec des huîtres et des bûches remarquables, était garni et que les boissons appropriées étaient disponibles. C'était tellement bien que beaucoup des visiteurs sont restés plus de temps qu'ils avaient prévu, et même le soir, une soupe à l'oignon mitonnée avec amour par des gens du bourg  a fait sensation pour ceux qui étaient encore là ou qui étaient revenus prendre une part supplémentaire d'amitié communale. Une première mieux que réussie, et de l'avis des participants, il faudra recommencer l'année prochaine, ils sont prêts à revenir.

 

 

GIAT

21 décembre / Ecole de la Salle

 

Grâce à l'opération des petits-déjeuners, l'école Jean-Baptiste de la Salle a pu offrir aux élèves l'intervention d'un professeur de chant  en provenance de l'école de musique de Pontgibaud - Sources et Volcans.

 

 

Le résultat de cette action a donné un petit concert de belle facture le dernier jour d'école avant Noël interprété par les enfants sous la direction d'Elodie avec le concours des enseignantes. Les spectateurs présents ont apprécié la prestation, notamment les solos chantés juste, une performance pas évidente en public.

 

VERNEUGHEOL

21 décembre / Cantine

 

La quinzaine d'écoliers qui mangent à la cantine ont la chance de déjeuner au restaurant tous les jours, puisque la cantine a élu domicile chez Françoise qui gère le local communal qui lui sert de bar-restaurant.

 

  

 

Et pour Noël, le repas a été amélioré, avec pour invités la jeune maîtresse Sandra, dont c'est la première année à Verneugheol, et l'employé communal, Joy, qui va prendre sa retraite à la fin de l'année scolaire.

 

 

Foie gras, magret de canard et bûche à une célèbre pâte à tartiner au goût de noisette, étaient au menu de ce repas d'exception  que tous ont savouré avec délectation, et servi avec le décor approprié aux couleurs de saison :  une belle façon de finir le premier trimestre d'école

 

CROCQ

19 décembre/ Restos du coeur

 

A l'initiative de l'association des parents d'élèves, une collecte de jeux et jouets a été faite auprès des adhérents afin d'apporter de la joie et du bonheur aux enfants des familles défavorisées du secteur. C'est au centre du comité local des Restos du coeur que la distribution a eu lieu le 19 décembre ; le père Noël a bien voulu prendre un peu d'avance pour faire plaisir à une dizaine d'enfants pour leur donner en main propre de beaux  joujoux et autres objets ludiques qui les ont occupé dès le déballage.

 

 

Une distribution de confiseries, pâtisseries et jus de fruits pour toutes les personnes présentes a clos ce moment de générosité. Il faut aussi rappeler que le centre des Restos du coeur est ouvert tous les vendredis après-midi pour aider les personnes en difficulté d'approvisionnement alimentaire.

 

GIAT

19 décembre / Ecole communale

 

Pour mieux répondre aux besoins pédagogiques de l'école publique et assurer un meilleur accueil aux écoliers et aux personnels, et après la fermeture du collège, la municipalité a décidé le transfert de l'école dans de nouveaux locaux précédemment occupés par le collège. La cantiné a déjà intégré  le service communal et la translation de l'école a suivi avant les vacances de Noël, après quelques travaux de normalisation d'accès et d'adaptation à leur nouvelle destination. Le 19 décembre, 32 personnes étaient présentes pour le déménagement : personnels communal, élus municipaux, bénévoles et volontaires, parents d'élèves pour une part mais pas seulement.

 

  

 

  

 

Une journée citoyenne comme cela existe encore dans les petites communes, une façon d'assurer la cohésion communale, de faire participer les habitants à la vie de la cité. Pendant que les uns déménageaient, les autres emménageaient. Les trois classes, la salle d'arts plastiques avec un local de rangement, une salle de documentation équipée du TBI (tableau blanc interactif) relié aux ordinateurs sur lesquels travaillent les enfants, une salle de motricité composent la partie pédagogique de la nouvelle école. Une amélioration appréciée des conditions de travail à laquelle s'ajoute un bureau de direction et une salle de réunion. Un paradis scolaire qui va être opérationnel dès la rentrée de janvier et que les citoyens pourrons découvrir à l'occasion d'une porte ouverte avant la cérémonie des voeux le 11 janvier.

 

SAINT-ETIENNE DES CHAMPS

15 décembre / Sainte Barbe

 

Le 15 décembre se déroulait la première Sainte Barbe du nouveau centre de première intervention de Condat Saint-Avit, issu de la fusion de deux centres communaux et qui n'a pas encore officiellement une appellation identitaire reconnue. Les personnels du centre, avec deux casernes, couvrent les deux communes et aussi celle de Saint-Etienne des Champs où la cérémonie s'est déroulée. Après la messe et le recueillement en hommage aux pompiers disparus, la partie protocolaire s'est passée au chaud de la salle des fêtes. L'adjudant-chef Vincent Mourton  a salué les autorités présentes et les invités avant de détailler la vie du centre : 22 personnes affectés, deux départs masculins compensés par deux arrivées féminines, 63 sorties dont 43 pour le secours à personne, 20 interventions hors secteur. Le chef de centre a insisté sur la place prépondérante des pompiers dans la chaîne des secours en milieu rural, soulignant l'engagement volontaire des personnels et le soutien infaillible des familles.

 

 

La vie du centre passe aussi par du temps collectif avec l'Amicale présidée par François Michon dont la chorale des Sapeurs de Rien est une entité remarquable. Cöté promotions, on note celle au grade de Caporal de Chloé Mourton, de Sergent-Chef de Pierre Cedan, et d' Adjudant de Patrick Girondon. le caporal-chef Romain Dejoux (également sapeur pompier professionnel, opérateur au CODIS) a été distingué en recevant la médaille d"honneur bronze pour dix ans de services. Les deux nouveaux retraités Jacques Dejoux, promu sergent honoraire et Philippe Mestas ont été félicités pour 20 et 26 ans de service avec la remise de cadeaux. Eric Bonnabry a reçu le "D" d"honneur pour sa grande disponibilité, totalisant un nombre d'heures de service exemplaire. Au nom des trois maires, Michaëlle Andanson a souligné la présence vitale du service des secours sur le territoire, et l'implication des volontaires et de leurs familles. Le Lieutenant Thuillier, représentant le groupement Nord, dans l'attente de la nouvelle organisation départementale en cours de programmation, a fait part de sa satisfaction sur la fusion réussie des deux centres, indiquant qu'il avait de bons espoirs pour l'équipement des vestiaires mais les contraintes budgétaires ne lui permettaient pas de faire plus de promesses. La fête s'est poursuivie après le vin d'honneur stéphanois avec le banquet servi à la salle des fêtes de Condat.

 

GIAT

13 décembre / Foire

 

Sur le bas de la place des Anciens-Combattants, en haut des grands escaliers qui remontent de la grand-rue, depuis des lustres, le camion de Claude Besse imposait sa présence les jours de foire. En fait, l'apparition du camion date de 1956, quand son père est arrivé pour vendre des vêtements de travail, des habits de tous les jours :  Clément Besse était le fournisseur des familles parfois nombreuses du territoire, celles qui venaient à la foire depuis la Creuse, la Corrèze, de la région montluçonnaise (par le train) et de l'ouest du Puy-de-Dôme. Clément Besse venait de Bort-les-Orgues où son fils Claude a repris l'affaire en 1963. Une belle affaire familiale qui avait pignon sur rue avec deux magasins à Bort et Mauriac. 1.200 foires plus tard, Claude Besse qui n'en a jamais, ou presque, raté une, baisse le rideau/ Le 22 décembre, c'était la dernière fois à Giat.

 

 

Quand il évoque sa carrière, il repense à la grande époque, celle des veaux de boucherie qui envahissaient le foirail, quand il déjeunait chez la Jeannette, puis chez Patard,  qu'il achetait l'onglet, la poire ou le merlan à la boucherie Meunier, quand il payait les droits de place à Paris ou Joly, quand son père demandait des nouvelles des figures locale Dédé Ribaud ou Jean Passelaigue qu'il appelait "barbaille". 55 ans de présence sur les foires et marchés de la région, à parcourir la campagne, à satisfaire les ménagères qui trouvaient de véritables bonnes affaires, un bon rapport qualité-prix, à  voir cette évolution qui a fait disparaître les paysans, les petits commerçants, qui a vu le commerce changer avec la vente par correspondance,  les grandes surfaces et Internet, A l'heure de la retraite, Claude n'a pas de repreneur, les deux magasins sont vendus, l'un d'entre eux va vendre des produits bio : autres temps, autres ventes. Les foires ne sont plus ce qu'elles étaient, entend-on souvent : ce sera encore plus vrai en 2019 avec une place où il manquera un grand marchand.

 

CROCQ

12 décembre / Maire

 

Un élément du Chemin de Croix de la Chapelle du Montel-Guillaume  nécessite une restauration après une chute de 4 mètres.  Passionné du patrimoine et ancien professionnel du bâtiment, spécialisé dans la peinture et les finitions des intérieurs des maisons, le maire de la commune met son expérience et son talent au service de la sauvegarde des éléments du petit patrimoine en occupant une partie de son temps libre, plutôt réduit avec les charges qui lui incombent, à travailler pour l'intérêt général.

 

 

C'est aussi comme cela que les petites communes font des économies budgétaires qui ne sont pas comptabilisées, donc invisibles dans les rapports sur les coûts des services publics qu'il faut toujours réduire malgré une saine gestion au centime près.

 

SAINT-AVIT

10 décembre / Ecole


A quelques jours des vacances, les écoliers de la maternelle du RPI Condat-Saint-Avit se sont confrontés à l'art avec la visite de l'exposition Sara Masuger, sur la représentation du corps, au FRAC, à Clermont-Ferrand. L'objectif de ce périple urbain entre dans le cadre de l'initiation à l'art intégré au projet d'école. Si cette exposition a pu être  très appréciée, la sortie à la capitale départementale  en fin d'année, révèlent  des surprises au détour des rues et ruelles. En début de  journée, une séance de courts métrages sur le thème de Noël était offerte au jeune public au Cinédôme. suivi d'un pique-nique au cinécafé. es enfants étaient ravis de leur séance qui pour bon nombre d'entre eux était la première occasion d'aller au cinéma.

 

 

Plus tard, place de Jaude , les yeux n'étaient pas assez grands pour admirer la grande roue, le sapin et le tramway. Continuant leur promenade en ville, passant devant la cathédrale avec ses deux "grands pics", au détour des allées du marché de noël de la place de la Victoire,  les enfants ont été arrêtés par un  grand homme vêtu de rouge avec sa barbe blanche devant  sa maison : la surprise et la joie étaient à son comble. Une photo s'imposait alors, après avoir glissé le courrier au père Noël de la classe dans la boîte au lettre. Vivement Noël !

 

GIAT

10 décembre / Ecole

 

Les ateliers photographiques "intergénérationnels" s'inscrivent dans un travail avec le SMAD des Combrailles. Ce dernier coordonne la mise en place d'un parcours nommé "Comb Image". L'école publique a été sollicité pour participer à ce projet permettant aux écoles et maisons de retraite de travailler ensemble. Parallèlement un autre projet avec un danseur et acteur est en cours, avec un financement commun. Le photographe Nicolas Anglade, intervient sur le projet: il a présenté son travail auprès de la classe CP/CE1 avant d'initier les écoliers à la prise de photos : cadrage, lumière... il a fait de même avec des résidents de l'Ehpad. Un premier exercice s'est déroulé durant la foire du 15 novembre en prenant des photos, un groupe de personnes âgées a fait de même, le thème du projet porte sur "la foire d'hier et d'aujourd'hui".

Le 10 novembre matin, à l'Ehpad, les écoliers ont poursuivi leur travail avec une session de portraits , guidés par le photographe, avec des résidents comme modèles. Les enfants ont aussi interrogés quelques-uns des pensionnaires sur les foires d'antan.

Les projets s'inscrivent dans le cadre de la Convention culturelle intermédiaire signée avec l’État (DRAC et DRAAF Auvergne Rhône Alpes, Rectorat, Canopé et DDCS du Puy de Dôme), la Région Auvergne Rhône Alpes et le Département du Puy-de-Dôme pour l’année scolaire 2018/2019, le SMADC coordonne la mise en place d’un parcours du spectateur pour les jeunes du pays des Combrailles intitulé « Comb’images ». 32 établissements scolaires et structures enfance jeunesse participent à Comb’images, ils bénéficient d’ateliers de pratiques. Parallèlement, une expérimentation financée par la DRAC Auvergne Rhône Alpes et le SMADC, vise à développer les pratiques artistiques des personnes âgées et handicapées et à leur offrir un accès aux spectacles des saisons culturelles du territoire. À l’issue des ateliers, des expositions photographiques seront présentées sur l’ensemble du territoire.

 


En outre, les jeunes et les résidents des maisons de retraite assisteront également gratuitement à des spectacles professionnels programmés en partenariat avec La Passerelle à Pouzol, la salle de spectacle intercommunale du pays de St Eloy, la Grange de Jacques à Bourg-Lastic, le Théâtre Hélios à Mérinchal et le Conseil Départemental du Puy de Dôme dans le cadre de « Scènes en territoire ».

Ainsi, 8 classes des écoles de Giat, St Avit, Condat en Combraille, du collège et lycée de Pontaumur ; des résidents des maisons de retraite de Giat, Pontaumur et de la cellule de répit ont assisté à l’une des deux séances du spectacle « En Enfancie » programmé le 21 décembre 2018 à 10h et 14h au théâtre « Hélios » à Mérinchal.

 

 

CROCQ

8 décembre / Sainte Barbe

 

Le lieutenant Jean-luc Pierron, Chef de Centre a accueilli les élus, les personnels de Crocq et des représentants des centres de secours voisins pour féter leur Sainte Barbe. Une minute de silence  à honoré la mémoire du Lieutenant Honoraire Roger Talatot, disparu brutalement en début d'année.

Le bilan opérationnel de l'année indique une augmentation de 10 % des sorties, avec 85 % de secours à personnes. Les effectifs restent  stable, avec 21 volontairess, auquel viendront se rajouter 3 nouvelles recrues au 1er janvier 2019 : Bastien Prugny, Jérémie Dupradeaux, et Cyril Dymitriack (infirmier) .Cette année a  été marquée par un nombre de feux de broussailles plus importants, cause de sécheresse, le Centre de secours, spécialisé  "Feux de forêt"  a souvent renforcé les autres centres. En terminant premier des trois chalenges, sport attitude, foot avec une équipe mixte Crocq Mérinchal, pétanque, et de nombreuses places individuelles au niveau départemental, et une participation au championnat de France de cross, le centre est un exemple au niveau du sport. Le lieutenant Pierron a annoncé avec une satisfaction non feinte le projet tant attendu de réhabilitation et d'agrandissement du centre pour 2019

Le Président de L'Union Départementale des Sapeurs Pompiers, évoqué  une directive Européenne dont l'application mettrait en danger le système de sécurité civile  français. Remerciant les sapeurs pompiers crocquants , pour leur investissement dans les opérations solidaires (petits déjeunres de Trisomie 21  et action du Téléton), il a rappelé l'évènement majeur des 14 et 15 février 2019, à la Souterraine : les 1ère "Assises Santé Secours et Territoire  qui doivent rassembler tous les acteurs de la santé, des secours, les élus.. pour faire des propositions, travaux qui devraient être conclu, par la venue des plus hautes autorités de l'Etat.

Représentant le SDIS, le Commandant Jean-Luc Langlais,  a indiqué que l'inspection, par le Direction Générale de la Sécurité Civile et des Gestion de Crise, fait ressortir un SDIS en forme et qui bouge. Le conseiller départemental Jérémie Sauty,  a fait le point sur l'important engagement du Département sur le financement du SDIS, sur le renouvellement du matériel, et l'investissement sur les casernes, dont Crocq qui est l'aboutissement d'un projet qui date de 2009.Le Maire Jacques Longchambon soulignait l'engagement des pompiers pour garder le dernier service public de proximité. 

 

 


De nombre diplômes ont été remis aux personnels pour ce perfectionner, ou acquérir de nouvelles spécialités en adéquation avec les besoins du territoire défendus. Décorations : la Médaille d'honneur échelon Bronze pour 10 ans d'ancienneté a été remise aux sergents Gilles Chastrusse et Nicolas Gervais et au caporal David Aubier.  Ont été promu les caporaux-chefs Thierry Battut, Gérald Levert et le caporal Fabrice Villebonnet.

 

HERMENT

8 décembre / Sainte Barbe

 

C'est avec beaucoup d'émotion que le chef du centre de secours, le lieutenant Thierry Berger, a débuté la partie protocolaire de la sainte Barbe : le dépôt de gerbes en mémoire des pompiers disparus  revêtait un caractère particulier. L'année 2018 a été marquée par le décès de trois anciens sapeurs-pompiers qui ont servi remarquablement le corps hermentois. Jean Tartière, Jean Chassagne et Roger Souchal (dont les obsèques ont eu lieu le matin même de cette journée festive)'' étaient présents dans les esprits de tous, soulevant une charge émotionnelle importante qui a eu un effet sur le discours du commandant de la caserne. Thierry Berger a quand même dressé un bilan des opérations, au nombre de 135, une charge lourde avec seulement 18 volontaires dans les effectifs. D'où un rappel au recrutement à rejoindre une grande famille et assurer le dernier service public de proximité, dans l'esprit des fondateurs du centre de secours en 1928. 

 

 

Les conseillers départementaux Audrey Manuby et Lionel Muller, le maire Boris Souchal, et les représentants des communes desservies, et ceux des centres voisins,  l'aumonier des sapeurs pompiers Michel Chabanel, le Commandant David Marchandin représentant le groupement Nord  ont participé à la remise des diplômes (caporaux Xavier Berger , Sébastien Berger,  Christophe  Mailhot et Benoït  Moutarde) grades et distinctions. Le  lieutenant Thierry Berger  a été promu au grade de capitaine et qui a reçu l'insigne de chef de centre échelon argent, le caporal Moutarde Benoît est devenu sergent et Julien Monteille a été nommé sapeur  à la suite de sa formation de jeune sapeur pompier.

 

 

Le corps des sapeurs-pompiers a été créé par décision du Conseil municipal en 1928. 90 ans plus tard, les successeurs des élus de l'époque, ont voté l'acquisition d'un nouveau drapeau pour le centre de secours afin de remplacer celui qui a accompagné tous les moments officiels du centre pendant neuf décennies. A l'occasion de la Sainte Barbe, le maire Boris Souchal a remis au chef de centre, Thierry Berger promu capitaine, le nouvel étendard brodé aux armes de la commune. 

 

MONTEL DE GELAT

8 décembre / Sainte Barbe

 

Sainte Barbe a été fêtée dignement le 8 décembre : après la messe et l'hommage aux pompiers disparus avec un dépôt de gerbe au monument aux morts, les personnels du centre de première intervention (CPI), leurs familles, les autorités présentes et quelques habitants se sont retrouvés à la salle des fêtes pour la partie protocolaire. Le chef de centre, Pierre Mousselon, a regretté l'absence de la hiérarchie départementale comme un signal supplémentaire du fossé entre la métropole et le monde rural éloigné, bien évoqué dans l'actualité sociale du moment. Pierre Mousselon est revenu sur les difficultés de recrutement dans une unité opérationnelle en journée. "La réorganisation des secours sur le territoire soit prendre en compte la complexité des territoires, les mesures doivent se prendre en concertation avec les gens de terrain", ajoute-t-il. Les contraintes administratives et techniques sont un frein au recrutement elles démotivent aussi les personnels en place malgré un engagement fort." Les jeunes citoyens ont aussi des efforts à faire", reconnaît le chef, pour apporter leur contribution au dernier service public de proximité. Deux départs sont compensés par l'incorporation d'un nouveau sapeur et la prochaine arrivée d'une jeune recrue. Pierre Mousselon a salué la présence des JSP en formation à Pontaumur. En 2018, le centre a effectué une cinquantaine d'interventions, pour du secours à la personne en majorité, seuls 5 incendies ont été actés. Les élus présents ont salué les familles qui prennent part au volontariat des personnels, en demandant à tous de garder le courage et la foi malgré la morosité ambiante. Les inquiétudes sont partagées, les solutions doivent être locales et collectives pour un engagement commun du territoire.

 


A l'issue de la cérémonie, Pierre Mousselon et Guillaume Bourdarot ont reçus leurs grades d'adjudant et Angélique Guillot celui de sergent-chef.

 

GIAT

8 décembre / Patrimoine

 

En 1857, un incendie ravageait tout un quartier du bourg (selon Pierre Ganne, habitant du quartier féru d'histoire) : une quarantaine de bâtiments étaient détruits dont de nombreuses maisons au niveau de la rue des Maronnes. Des reconstructions ont été réalisées à la suite de ce drame et parmi elles le bâtiment agricole du château, avec étable au-dessous de la grange, de 40 à 50 mètres de longueur, dont la charpente en coque renversée était remarquable.

 

 

Un  siècle et demi plus tard, au gré du temps qui passe, la fonction agricole de la construction n'avait plus lieu d'être, incompatible avec les modes d'exploitations modernes et leur contraintes matérielles imposantes. Ayant supporté les tempêtes de 1982 et 1999, le toit vieillissait mal, les tuiles tombaient régulièrement sous le coup du vent, les murs se fragilisaient. Devant la menace d'écroulement, deux solutions se présentaient aux propriétaires : consolider ou démolir avec l'obligation de le faire rapidement pour la sécurité des passants de la route départementale qui traverse le bourg. Début décembre, les riverains ont vite compris que la solution de destruction avait été choisie, les passants étant déviés le temps des travaux. Plus d'une semaine a été nécessaire pour écrouler et évacuer les matériaux : les belles pierres d'angles ou les tours des portes ont trouvé acheteur, celles des murs serviront à des entreprises de maçonnerie ou de terrassement, une partie de la charpente peut encore donner des éléments de toiture, le reste du bois finira dans une chaudière ou dans une décharge.

 

 

Maintenant le carrefour de la rue du Château,  de l'Hôtel de Ville et de la rue des Maronnes est bien dégagée, comme la vue sur le château, construction bourgeoise du XIXème siècle de la famille Redon dont Hippolyte a laissé ses initiales (1858 RH) sur une pierre au-dessus de la porte  de l'étable, sur le pignon sud-ouest en partie conservé, seul vestige de ce remarquable bâtiment à jamais disparu en décembre 2018.

 

CROCQ

6 décembre / Mémoire


La "maison des Granges" où est installée l'école primaire actuellement a servi de refuge à une centaine de fillettes juives de 1939 )à 1942, du début de la seconde guerre mondiale à son évacuation vers le château de Chaumont à Mainsat. Cette maison d'enfants, une des quatre que comptait le département, était le résultat du transfert de celle de Neuilly en zone rurale, loin de la région parisienne et des risques de conflit.

 

 

Le maire de Crocq, Jacques Longchambon, n'a de cesse de mettre en évidence le devoir de mémoire, insistant cérémonie après hommage, à rappeler le passé tragique d'une époque pour ne pas vouloir le revivre un jour.  A Crocq, la place Marie-Thérèse Goumy, directrice de l'école pendant la guerre qui a oeuvré pour la protection des enfants, le rue Louis-Aron, directeur de la maison des enfants, qui a pris tous les risques pour les sauver, rappellent la mémoire de ces Justes, auxquels il faut ajouter Marie Lagrollière, ouvrière de Chapal, qui a sauvé un enfant de la rafle. Le 6 décembre, un panneau informel de l'histoire de ce bâtiment en 1939 et son rôle primordial dans le sauvetage de ces fillettes, a été dévoilé à l'entrée de la cour de l'école par Serge et Béate Klarsfeld, venus exprès pour cette inauguration émouvante.

 

 

Dans les discours, débuté par le rappel de l'histoire avec un Jacques Longchambon très ému, Serge Klarsfeld a souligné son rapport avec la Creuse qu'il a découvert pour les mêmes raisons que les enfants juifs arrivés à Crocq : lui aussi a été protégé un temps dans le département il y a 78 ans. Il a évoqué Louis Aron, dont il a édité le journal, témoignage exceptionnel de la vie quotidienne des réfugiés juifs en Creuse. Il a salué "les actes de bravoures des petites gens, qui discrètement, ont fait des actes ordinaires pour eux mais héroïques pour les autres".

 

 

A cette cérémonie, le représentant du comité français du mémorial Vad Yashem , a salué le travail de mémoire local qui répond à la résurgence des actes antisémites et racistes de ces temps troubles. Les autorités politiques, Valérie Simonnet, présidente visiblement émue du Conseil départemental, Jean-Jacques Lozach, sénateur et Maxence Den Heijer, sous préfet d'Aubusson, ont souligné tout cela en citant souvent Simone Veil  : le rétablissement de l'histoire dans sa vérité, l'appartenance de tous à la même planète, se rassembler pour s'unir contre les haines  et en apportant leur estime au maire et à la population croquante.

 



Cette belle cérémonie, chargée d'émotion et d'espoir, a été suivie par les écoliers et les collégiens des établissements scolaires du bourg. Tous les enfants ont écouté avec une attention rare l'ensemble des discours, signes de l'intérêt du sujet qu'ils ont abordé auparavant en classe pour préparer ce moment important de leur vie d'écolier qui s'est clos en chanson du répertoire de Jean-Jacques Goldman : "Elle s'appelait Sarah elle n'avait pas huit ans/ Sa vie c'était douceur rêves et nuages blancs / Mais d'autres gens en avaient décidé autrement / Elle avait tes yeux clairs et elle avait ton âge / C'était une petite fille sans histoires et très sage / Mais elle n'est pas née comme toi ici et maintenant". Les paroles de cette chanson ont résonné comme un hymne à l'enfance qui a été protégée et sauvée entre 1939 et 1942, puisque toutes les fillettes réfugiées à Crocq ont évité l'arrestation et la déportation, toutes ont survécu presque miraculeusement à la tragédie qui les avait condamnées grâce à l'humanité, à la résistance, aux actes ordinaires de bon sens des petites gens de Crocq et de la Creuse. Une histoire, un exemple qu'il ne faudrait pas oublier.

 

CHAVANON COMBRAILLES ET VOLCANS

6 décembre / Réseau de lecture

 

Avec la fusion des trois communautés de communes locales qui ont formé celle de Chavanon Combrailles et Volans, les réseaux de lecture publique sont aussi devenus une seule entité, la compétence communautaire ayant une de celles prises à l'unanimité. Près de deux ans après ces décisions, le rapprochement se construit selon les priorités et celle du réseau de lecture n'a pas été la principale.

 

 

C'est pourquoi le 5 décembre, à Herment, les responsables ont réunis les bénévoles des points lecture du territoire qui globalement représentent 38 heures d'ouverture hebdomadaire des bibliothèques réparties sur le secteur communautaire. 40 bénévoles sur les 66 recensés étaient présents à cette réunion animée par Michèle Jarrier, en charge du réseau, Annabelle Monnéron, directrice adjointe de la Communauté de communes et Alicia Vecchi, responsable à la médiathèque de Messeix, en présence de Joël Coulon, représentant la médiathèque départementale. Sous forme de tables rondes, les points lectures ont été présentés, et les responsables ont évoqué les points forts et faibles de leur structure.

 

 

Sous forme de micro-ateliers, avec un mélange de bénévoles, des propositions ont été évoquées pour l'animation, les échanges, l'organisation, la communication et les rencontres dans le réseau, entre les bénévoles, les lecteurs et les acteurs de celui-ci. Le principal sujet a porté sur les échanges et la circulation des documents entre points-lectures qui nécessitent une meilleure efficience pour attirer de nouveaux usagers, pour mieux informer, pour attirer davantage.

 

 

Le réseau compte 1418 adhérents (345 en plus en 2018) pour moins de 23.000 prêts chaque année, dont une grande partie de romans et d'ouvrages du terroir. En conclusion, les participants ont souhaité au moins une rencontre annuelle de l'ensemble du réseau et des approches plus locales entre points-lectures voisins, pour mieux se connaître et développer des actions et des animations conjointes.

 

PRONDINES

5 décembre / Chambre d'agriculture

 

A l'initiative de la Chambre d'agriculture et de son antenne locale Dômes-Haute-Combraille,, deux journées portes ouvertes de bâtiments agricoles étaient proposées aux exploitants de la petite région agricole située en zone demi-montagneuse. Sur sa partie occidentale, trois visites étaient organisées : deux au Montely, sur la commune de Verneugheol et une à Françouillères sur la commune de Prondines, Si les deux premières concernaient des bâtiments d'élevage bovin allaitant , des stabulations libres à aire paillée de conception différente selon leur importance (98  et 41 places , 2000 et 1000 m²), la troisième et la plus récente était tournée vers la production laitière.

 

 

Le Gaec Monnéron a investit dans une stabulation à 84 logettes pour leurs 65 vaches laitières, avec salle de traite en épi à sortie rapide. L'originalité de la structure, deux bâtiments juxtaposés d'une surface totale de 1700 m² est l'ossature bois; la couverture en tôles, bien éclairée naturellement pas du bardage translucide.

 

 

Le 5 décembre, plusieurs dizaines de professionnels du monde agricole sont venus voir cette construction, échanger avec les propriétaires, prendre la mesure de l'investissement tant technique que financier (plus de 8.000 €/place subventionné à 42 % dans le cadre du Plan de Compétitivité et d'Adaptation des Exploitations - PCAE) et pour certains entraîner une réflexion sur leurs besoins de construction. L'objectif du Gaec est d'améliorer et d'augmenter la production avec un outil performant.

 

GIAT

4 décembre / Commune

 

Créé par une "start-up" , une nouvelle application d'information destinée aux communes a été mise en service récemment : Panneau Pocket. En Fance, actuellement, 500 collectivités ont adopté ce système de communication de proximité parrainé par l'association des maires ruraux. Dans le département, Giat est la première à avoir adhéré à ce service gratuit pour les utilisateurs. Le principe est simple mais il faut être connecté et avoir téléchargé l'application sur son smartphone. Une fois la commune choisie, la représentation d'un panneau d'information comme ceux qui existent dans les villes s'affiche avec des informations essentielles que les services de la mairie auront préalablement saisies. L'avantage de cet affichage réside dans l'actualisation des informations : plus question de lire des messages périmés et aussi avoir en temps réel des messages urgents qui apparaissent en alerte sur l'écran. Le coût pour la commune est de 130 €/an, sans être obligé d'acquérir un logiciel, sans frais de maintenance.

 

 

Depuis un ordinateur, un téléphone ou une tablette,  les informations sont saisies de même que les alertes qui seront vues par les citoyens connectés.  Qu'il soit habitant permanent ou de passage, l'utilisateur du service  ne communique pas son numéro de téléphone ou son adresse mail pour être informé.

voir ci-contre à droite bas de page

 

CANTON DE SAINT-OURS

3 décembre / Conseil départemental

 

La Commission Permanente du Conseil Départemental qui s’est réunie le 3 décembre 2018 a accordé les subventions suivantes sur le canton de Saint-Ours :

  • Fonds d'Intervention Communal (FIC) : 4 768 € pour la mise en accessibilité de la mairie de Bourg-Lastic ; 7 466 € pour des travaux de voirie communale de Landogne ; 7 453 € pour des travaux de voirie communale de la Goutelle ; 3 587 € pour des travaux d’accessibilité mairie/école de Saint-Avit ;11 230 € pour des travaux d’accessibilité à Saint-Germain près Herment ; 2 331 € pour des travaux d’enfouissement des réseaux de télécommunications à Saint-Jacques d'Ambur ; 12 731 € pour des travaux d’accessibilité au stade et aux églises de Saint-Ours les Roches ; 8 527 € pour des travaux de rénovation de ponts à Sauvagnat près Herment.
  • Voirie : 2 045 € pour la création de voiries forestières à la Celle d'Auvergne.
  • Eau et assainissement : 79 262 € pour le renouvellement du réseau d’alimentation en eau potable du village de l’Eclache à Prondines.
  • Patrimoine : 30 888 € pour la restauration du pignon ouest, de l’abri du sonneur et l’assainissement de l’église de Saint-Avit.
  • Agriculture : 1 696 € pour l’aide à la certification pour une production en bovins viande, agriculture biologique, à un éleveur de Saint-Ours-les-Roches ; 2 067 € pour la création d’une fumière et récupération des jus avec citerne souple pour une production en bovins viande (bio), à un exploitant de Saint-Ours-les-Roches ; 3 835 € pour la construction d’un centre d’emballage d’œufs et de stockage froid pour une production d’œufs, dans le cadre du soutien à la création des ateliers individuels à un agriculteur de Saint-Pierre le Chastel

 

FLAYAT

2 décembre / Elections municipales partielles

 

Résultats élections 1er tour


inscrits : 308

votants :  154

exprimés :  124


Chambragne Loic : 120 voix - Elu

Dutheil Alain :  104 voix - Elu

Houard Jean-Yves : 102 voix - Elu

Mounaud Patrick :  108 voix - Elu

Vergne Jean-Luc :  102 voix - Elu

 

Tous les candidats ont été élus, il reste deux sièges à pourvoir.

Un élément du Chemin de Croix de la Chapelle du Montel-Guillaume  nécessite une restauration après une chute de 4 mètres.  Passionné du patrimoine et ancien professionnel du bâtiment, spécialisé dans la peinture et les finitions des intérieurs des maisons, le maire de la commune met son expérience et son talent au service de la sauvegarde des éléments du petit patrimoine en occupant une partie de son temps libre, plutôt réduit avec les charges qui lui incombent, à travailler pour l'intérêt général. C'est aussi comme cela que les petites communes font des économies budgétaires qui ne sont pas comptabilisées, donc invisibles dans les rapports sur les coûts des services publics qu'il faut toujours réduire malgré une saine gestion au centime près.

 

à GIAT

UN NOUVEAU SERVICE

Les images d'une année d'actualité à Giat - 2018

PANNEAU POCKET